AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Peur ? [pv]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 22
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Peur ? [pv]   Sam 24 Oct - 16:32

Peur ?


[pv]Morwenna Ivanov


    Cette plaine est plutôt intéressante. J'aime bien m'y promener. Les sangliers ne me font pas peur. Les voyageurs non plus. C'est d'ailleurs eux l'attraction la plus importante. Nombreux sont ceux qui se perdent. Nombreux sont ceux qui ne reviennent jamais dans leur famille. Nombreux sont ceux qui tombent sur un fou comme moi. Ça leur coûte leur petite vie minable. Une moitié de ceux qui se perdent ici, sont sur le point de mourir. D'abandonner toute recherche pour retourner en ville. Ils sont moins marrants que les autres, à peine ils te voient, qu'ils se mettent à genoux et te demande de les tuer. Pitoyable. Quand j'ai vraiment besoin de leur sang, je n'hésite pas. Sinon, je les laisse pourrir au milieu de la végétation. C'est énervant. D'ailleurs, je viens d'en abandonner un plus loin. Beaucoup plus loin. Il marchait sur la plaine depuis de bonnes heures déjà. Sans jamais retrouver son chemin. Il se sentait... suivi. Mais il ne perdait pas espoir. Il savait que si la nuit tombait, il trouverait son chemin. Si la nuit tombait. Hors il a eu à peine le temps de voir disparaître le soleil derrière Ombreuses. Il s'était arrêté et mangeait un peu. Je l'ai laissé finir son repas, quoi de mieux pour être en forme ? Quand il eut fini, je sortis de l'ombre d'un pas souple et silencieux. Je me présentai brièvement avant de le clouer au sol. Il était terrorisé. Après avoir fait couler la sueur sur son front, j'ai mis fin à sa vie pour augmenter la longueur de la mienne. Le soleil venait tout juste de se coucher. Puis j'étais parti, laissant derrière moi son corps de plus en plus froid. Les mains dans les poches, le regard posé sur l'argent de la lune, j'avais repris ma route.

    Je n'étais gêné par rien. Les sanglier me fuient, ainsi que le plus redoutable des félins. Il n'y a que les humains pour ne pas me fuirent. Les plus fous de tous les animaux. Aussi bien terrestre qu'aquatique. Quels animaux, hormis les humains, voudraient se risquer près d'un vampire ? Ou de la capitale. Aucun oiseau ne la survole, aucun animal ne broute ou ne chasse aux alentours. On nous fuit comme la peste. Mais ça ne m'empêche pas de vivre. La preuve, j'ai plus de deux mille ans. Et oui, j'en ai vécu des choses. J'en ai vu naître, mourir, souffrir. Oui, vous pouvez me haïr. J'ai éduqué plus d'un Vampire. Mais j'ai arrêté depuis longtemps. Je ne perds plus mon temps à ce genre de chose. Je n'ai pas que ça à faire. Oui je sais, en me voyant là, allongé dans l'herbe de la plaine. Les jambes allongées et les mains liées sous ma tête. On peut se demander pourquoi je peux me permettre de perdre mon temps à contempler la lune alors que je ne veux pas le perdre en formant un Vampire. Vous voyez, on ne s'entend pas toujours avec son élève. Depuis le jour où je suis devenu Vampire, j'ai pris un peu de mon temps pour contempler chaque soir la lune. Je n'ai pas perdu cette habitude et je passe ses moments en tranquillité. Un élève ne vous laissera jamais faire ce genre de chose. Il préfère apprendre. Le dernier élève que j'ai éduqué m'a dit ça. Et j'ai répliqué sur un ton menaçant. Alors apprend ! Il n'a pas compris, je l'ai abandonné, il est devenu "végétarien". Vous savez ses vampires qui ne boivent que les animaux. Je n'ai plus jamais voulu éduquer un timbré dans ce genre. Alors je n'ai fais que tuer. Tuer. Sans jamais laisser la vie sauve à une seule de mes victimes. Jamais. Je ne veux plus. C'est un manque de temps précieux.

    Voilà plusieurs heures que je suis allongé dans l'herbe. Aucun danger ne me guette. Les bras croisés derrière ma tête, je regarde la lune monter dans le ciel. Elle est déjà plus haute que quand j'ai tué l'autre fou. Il s'obstinait à penser qu'il retrouverait son chemin. C'était assez... comique. J'ai fermé les yeux il y a une heure environ. Guettant le moindre bruit, la moindre odeur. Et pour le moment, toujours rien. Mais je sais que ça ne durera pas. Bientôt je serai dérangé, j'ai bénéficié de quelques heures de tranquillité, c'est déjà beaucoup. Même si ce n'est pas assez. Je rouvris les yeux. Une odeur nouvelle flottait dans l'air. Une femme. Seule. Mais elle ne semblait pas comme les autres. Je refermais les yeux. Si elle veut me voir, elle viendra toute seule. Je suis bien assez voyant. Surtout qu'autour de moi il n'y a que de l'herbe rase. Et la lune éclair parfaitement bien cette partie de la plaine. Tout le monde pouvait me voir. Même un aveugle. Je restais calme, qu'avais-je à craindre. Je n'ai pas extrêmement confiance en moi, mais je vis depuis assez longtemps pour croire que ma vie ne s'arrêtera pas aujourd'hui. Les yeux fermés et la respiration toujours calme, je suivais chaque mouvement de cette femme. Elle semblait étrangement différente. Nous verrons bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 22
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Sam 24 Oct - 21:16

La Mort. Situation bien étrange que celle de se sentir sombrer dans le Sommeil Eternel. Tout devient flou. Plus rien ne vous appartient. Tout n'est que chaos et Enfer. Pourtant moi petite fille frêle que j'étais, j'ai échappé à tout ça. Mais le Passé est le Passé. Morwenna Ivanov n'est plus. Seul son nom est resté. A présent, la fille de Satan a pris sa place. La Mort. Jamais auparavant cette situation enivrante ne m'avait envahie. Jamais auparavant on ne m'avait décrit le dernier souffle comme je l'ai vécu. Personne n'en est revenu de cette fin inévitable. Personne n'en est revenu de cet aboutissement de la Vie si éphémère. Personne. Personne sauf moi. Pourtant qui étais-je pour mériter cela ? Même pas la fille d'un grand roi, même pas la fille d'un tyran. Personne. Je n'étais personne. Moi. Juste moi. Mais Il m'a choisie. Il en a décidé ainsi. Ce serait moi et moi seule cette fille dans convoitée. Ce serait moi et personne d'autre. Personne.

Cette Lune couleur argent. Cette Lune-là que j'aime tant regarder le soir avant de partir accomplir ma macabre mission. Cette Lune qui fait hurler Vampires et Loups-Garous lorsqu'elle se dévoile entièrement. Face après face. Cratère après cratère. Rayon après rayon. Cette Lune éblouissante. Cette Lune hypnotisante. Cette Lune maîtresse du ciel nocturne. Cette Lune qui s'élève peu à peu dans le ciel d'une beauté écrasante. Tout en moi me dit de lui faire confiance. Un instinct que j'ai toujours eu. Un instinct que j'avais même avant qu'Il me fasse revivre. Même avant qu'Il me sauve. Lui qui m'a choisie pour ce que j'étais. Lui qui m'a choisie pour ce que j'étais ou peut-être pour ce que je n'étais pas. Lui qui m'a choisie pour ce que je suis devenue aujourd'hui. Jamais je ne manquerai ma cible. Il m'a donné un souffle de vie unique. Un souffle de vie qui n'est destiné qu'à moi. Qu'à moi et à personne d'autre. Il m'a redonné ce souffle à moi et à moi seule. Je me suis fais le serment de ne pas défaillir quelles que soient les circonstances. Je ne dois pas Le décevoir. Pas Lui qui m'a permit de vivre pour autre chose que pour vivre. Pas Lui qui m'a redonné ma chance. Cette unique chance dont j'ai été la seule à être dotée. Cette unique chance pour laquelle j'ai été choisie. Cette chance-là je dois Lui montrer que je l'ai méritée. Cette chance-là je dois tout faire pour la conserver.

Je marche. Depuis combien de temps ? Je marche. Vais-je m'arrêter ? Je marche. La Lune est si belle là haut dans le ciel étoilé. Si proche qu'on pourrait presque la toucher. Si proche qu'on a envie de tendre le bras et de s'envoler pour l'effleurer. Je marche. Des pulsions meurtrières me font carburer à pleins régime. Je marche. Je sens une présence étrangère. Ce même instinct que j'ai toujours eu me dit qu'il est dangereux. Ce même instinct me dit qu'il ne faut pas l'approcher. Mais cet instinct m'a accompagné dans le Passé. Mon Passé. Ce Passé que je veux à tout prix oublier. Ce Passé où je m'appelais Morwenna Ivanov et où j'étais la fille d'une femme qui faisait les trottoirs à la recherche de quelques pièces en échange de son corps nu. Ce Passé où je n'ai pas eu de père. Mon Passé. Cet instinct me prévenait du danger lorsque j'étais petite et fragile. Cet instinct ne me sert plus à ça maintenant. Je dois me contraindre à comprendre ce qu'il me dit à l'envers. D'aller vers les lieux qu'il me dit dangereux. D'aller vers les gens qu'il me dit agressifs. Je marche. Il n'est pas bien loin. L'herbe est basse ici. Presque trop. Je ne m'arrête pas. Il est là. Allongé dans l'herbe, les bras croisés sous sa tête et les jambes étendues il contemple. Il observe. Je marche. Ma ceinture décorée de tête de morts qui pend par dessus ma robe rouge sang rythme mon pas. Son cliquetis incessant prévient cet inconnu que je suis là. Le prévient que je l'attends.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 22
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Dim 25 Oct - 16:12

    La Mort ? Devrais-je avoir peur ? Si je suis vivant aujourd'hui, c'est que j'ai échappé à la Mort. Je suis passé entre ses doigts froids. Je l'ai longtemps regardé avant de faire un pas en arrière, le sourire aux lèvres. Mais tout ça n'est que rêve. Pendant trois jours, il n'y a que ça. Des rêves. Ou devrais-je dire cauchemar ? Pour vous, pas pour moi. Le plus beau des rêves est celui que j'ai fait pendant trois jours. Si tu es en âge de choisir, tu peux choisir. Mourir et partir en Enfer, ou mourir et rester sur terre. La Mort a pris ma vie mais je suis rester ici. Je suis bannis. En quelque sorte. Mais j'ai choisis. Maintenant, je peux savourer le côté mauvais de mon coeur. Celui qui s'est réveillé quand je suis mort. Grâce à lui je suis ici. Allongé dans l'herbe, les yeux clos, sans avoir à craindre quelqu'un ou quelque chose. Puis de toute façon j'ai vécu longtemps maintenant. Ma mort ne me fera rien. Je peux mourir aujourd'hui comme demain, qu'est-ce que ça change ? Rien. Je me souviendrais toujours de ces trois jours là. Du plus beau rêve de ma vie. Celui que vous appelez tous cauchemar. Dans ce rêve, j'ai dis adieu à l'infime partie de bonté qu'il restait en moi. J'ai fait face à la Mort qui me tendait un bras. La Mort qui voulait que je l'accompagne dans les fins fonds de la terre. De là où l'on ne revient pas. Je lui ris au nez à la Mort. Qu'elle y aille en Enfer. Je ne viendrais pas. Pas maintenant. Je l'ai esquivé, je l'ai effleuré, je l'ai abandonné. Et maintenant je suis là, mais je sais que quand je mourrais pour de bon. Elle m'attendra. Pour me donner une nouvelle chance. Celle que je ne pourrais pas refuser.

    As-tu déjà entendu hurler un Vampire ma belle ? Les Vampires ne hurlent pas. Leurs victimes hurlent. Pas les Vampires. La douleur et la peur font hurler. La contemplation et l'admiration non. Les Vampires ne hurlent pas à la lune. Les loups eux préviennent l'étranger qui rôde sur leurs terres. Moi je ne préviens pas. Vous devriez déjà être au courant. Je n'ai rien à dire. Je ne vais quand même pas me promener avec des panneaux. Attention Vampire ! C'est ridicule. Tu es prévenue, tu le sais que je suis dangereux. Je ne dois pas te le dire. Personne ne peux te le dire. Nous sommes seuls. Ton corps te cri ce que je suis. Écoute le. Mais je sais que tu n'es pas comme ça. Tu avance vers le danger. Tu aimes ça. Je te connais. J'ai entendu parler de toi. Tu as volé la vedette à certains Vampires. Que devrais-je penser ? Que tu es dangereuse pour notre race ? Non. Je me fous de ma race. Qu'ils apprennent à tuer au lieu de se plaindre. J'ai entendu parler de toi. Oui. Un jour, une de mes proies te fuyait toi. Elle ne m'avait pas vu, pas entendu. Elle m'a tout raconté. Je me souviens de cette description. Elle savait qu'en t'entendant arriver, elle devrait mourir. Maintenant je sais. Ce cliquetis infernal qui provient de cette chaine sur ta robe. J'en ai entendu parler. L'entendre de ses propres oreilles est bien mieux. Pendant un moment, j'ai cru que tu n'étais qu'un mythe. J'ai vite cessé d'y croire. Tu existes. Autant que moi.

    "Approche Morwenna. Viens jouer pour moi. Viens jouer cette mélodie entraînant la mort de celui qui l'écoute. Laisse moi l'apprécier..."

    Un sourire étira mes lèvres. Je rouvris les yeux. Elle n'était pas si loin. Je le savais. Elle m'avait entendu. C'était sûr. Mais je ne sais pas si elle viendra. Je ne pense pas qu'elle fuit. Ou alors, je serais entièrement déçu. Je me rappelle une fois, une jeune femme, avec une réputation intéressante. Tous les jours elle tuait minimum une personne. Je me rappelle encore, ce jour, celui où tout a basculé pour elle. Celui où elle a rencontré plus fou qu'elle. Moi. Dracula Skrekk. Vampire depuis bien des années. A cette époque, peu nombreux sont ceux qui n'avait jamais entendu parlé du Vampire Solitaire. Ombre parmi les humains. L'Ombre de la Mort. Mais peu était ceux qui avait pu me rencontrer et s'en rappeler, se vanter de n'être pas mort ou de pouvoir en parler. Quand je l'ai rencontré, j'étais allongé dans l'herbe, un soir de pleine lune. Elle est arrivée. Pas furtif et silencieux. Presque inaudible. Mais pas pour moi. Je l'ai attendu. Elle s'était mis dans la tête de me tuer. Elle ne me connaissait pas. Quand elle s'est penchée sur moi, c'est une dague à la main. Un magnifique dague. Elle la plaqua contre ma gorge. Et cracha plusieurs mots. Elle me disait qu'aujourd'hui était mon dernier jour que même un Vampire fini pas mourir. Alors j'ai pris sa main. Et je lui ai dis de me tuer en appuyant légèrement sur ma gorge avec sa lame. Elle a lâché sa daguer et est partie en courant. Je n'ai plus jamais entendu parler de cette femme. Je me demande si elle est encore en vie. J'ai gardé sa dague. Souvenir. Toujours allongé dans l'herbe, je savais qu'elle était toujours là. Les yeux posés sur la lune, j'attendais. Si elle n'approchait pas. Je me relèverais. Quand j'y pense, je rencontre la Fille du Diable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 22
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Dim 1 Nov - 22:24

Je ne crains rien, même si ce Vampire a une réputation égale à la mienne : une réputation d'assassin cruel et sans pitié aucune. Lorsque je n'étais encore qu'une humaine comme les Autres, j'étais naïve. Aujourd'hui j'ai compris qu'il n'y a pas d'autre solution pour passer devant que d'écraser les autres. Dans ce nouveau corps que rien ne peut faire frémir je me sens tout à fait à l'aise ; tout comme dans ce nouvel état d'esprit. Rien ne peut plus me résister depuis que je suis passée entre les mains glacées de la Mort elle-même. Avant, lorsque je marchais dans la rue avec mes guenilles pour seuls habits, personne ne faisait attention à moi ; avant, lorsque je n'étais qu'une enfant sans histoire issue d'une famille pauvre, tout le monde me méprisait et me haïssait. Maintenant, lorsque je marche dans la rue et que mes talons claquent au rythme du cliquetis de ma chaîne, les petites gens s'enfuient en courant où restent pétrifiés par la terreur ; à leur grand damne ; maintenant, aujourd'hui que je suis devenue une autre personne avec d'autres buts que ceux de jouer et de grandir, les gens me méprisent et me haïssent mais pas pour la même raison. Lorsque je n'étais encore qu'une humaine comme les Autres, je faisais confiance à tout le monde. Aujourd'hui j'ai compris que je ne dois faire confiance à personne.

“Approche Morwenna. Viens jouer pour moi. Viens jouer cette mélodie entraînant la mort de celui qui l'écoute. Laisse moi l'apprécier...”

Il est allongé là, dans l'herbe ; ou du moins dans ce qu'il en reste. Il regarde la lune avec un sourire aux lèvres. Je ne puis m'empêcher de sourire moi-même en contemplant ce spectacle. Un Vampire dont la renommée dépasse aujourd'hui la taille d'un cyclone ne resterait pas allongé là à attendre. Pourtant, il se trouve que si ; il est bel et bien là ce Vampire que tout le monde craint ; il est bel et bien là allongé dans l'herbe rase de la Plaine Félicité. Je me demande ce qu'il peut bien faire ici d'ailleurs, ce Vampire redouté de tous mais je ne dis rien. Il m'a demandé d'approcher et son ton était étrange, proche de celui du défi et un peu idiot à la fois. Je m'avance ; ma robe rouge sang traîne un peu par terre et ma chaîne sonne continuellement ; comme la cloche d'une église sonne, monotone, lors d'un enterrement. Je marche encore, jusqu'à lui. Il est là. Sa forme allongée se détache parfaitement de la grande plaine où aucun animal n'aime vivre. Ce n'est qu'une silhouette, certes, mais je distingue parfaitement ses contours et ses formes anguleuses. Il est là. J'avance encore jusqu'à être à moins de dix centimètres de lui. Je m'accroupis près de lui et dessine un cercle autour de nos deux corps ; un cercle parfaitement rond et parfaitement intégré dans la terre. Fermant les yeux je m'imagine le violon de la Mort qui m'accompagne partout où je vais. Il apparaît dans mes mains et il y restera jusqu'à ce que je lui ordonne de se dématérialiser. Il pourra, de ce fait, rester là plusieurs heures ou seulement quelques minutes. Lentement, je me relève et je porte mon instrument à ma joue. Le bois glacé m'excite autant qu'une femme nue exciterait un homme. Je lève mon arche dont le crin de cheval habituel n'est autre qu'une lame plus tranchante que celle d'un poignard. Je caresse les cordes avec, lentement, doucement. Alors s'élève dans le ciel cette mélodie fracassante que j'aime à jouer nuit et jour ; la mélodie de la Mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 22
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Mar 3 Nov - 19:13

    Sauf que l'on m'a oublié. Je reste dans l'ombre depuis longtemps. Pourtant, si l'on regarde bien. Je continu de faire autant de victimes. Ça fait plus de 2 000 ans que je vis. Que je sème la terreur sur mon passage. On me craint encore mais seulement ceux qui me connaissent. Les autres restent dans l'ignorance. Jusqu'au jour où j'arrive chez eux. Je ne sais pas combien de temps ça fait maintenant, mais la plupart m'ont oublié. Depuis longtemps. Pourtant je sais que ma réputation me suit encore pour ceux qui la connaisse. Pour les enfants que j'ai laissé en vie. Ou les enfants des enfants. Enfin bref. Certaines familles se rappellent de moi. Je crois que les familles royales m'ont oublié. Tu parles d'un exemple.
    Avant j'étais comme toi, connu sur tout le continent. Même les familles royales me connaissaient. Tous. Mais aujourd'hui, tout le monde a oublié mon nom. Tous. Je te laisse la place Morwenna. Tu verras, toi aussi on t'oubliera. Moi ça ne m'a rien fait. Au moins, la plupart de mes victimes ne me fuient pas dès que j'entre dans leur vie. Avant, dès que j'arrivais, il n'y avait plus personne dans les rues. C'était assez impressionnant. Mais c'est fini tout ça. Et tant mieux. Je n'aime pas le faite de marcher tout seul dans une rue. C'est pas marrant. Je préfère voir les gens s'écarter sur mon chemin quand je marche dans les rues. Presque comme si j'avais une escorte de soldats invisibles. Tout ça pour quoi ? Parce que je suis Vampire.

    "Dis-moi Morwenna, es-tu fière de ta réputation ?"

    J'écoutai la mélodie de son violon. C'était plus beau que ce que j'avais pus imaginer. Je détournai alors le regard pour poser mes yeux bleus pâles sur cette jeune femme. Plutôt mignonne la petite. Mes yeux passèrent rouge. Je fronçai les sourcils et après quelques secondes, ils redevinrent bleus. Je ne voulais pas la mordre. Pas elle. C'est des élèves comme elle que j'aurai aimé avoir. Savoir au moins une fois dans ma vie que mes efforts ne sont pas vains. Que je créer une vraie machine à tuer. Mais je n'ai pas eu le droit à ce genre de Vampires. Une fois j'ai eu un élève intéressant. Une élève. Elle était honorée d'être mon élève. J'aurai bien aimé la connaitre mieux et lui apprendre mon Art. Mais elle est morte sous la patte d'un dragon. Saleté de bestiole. Toujours là pour tout gâcher.
    Elle aurait pu faire une bonne élève. Avoir une réputation comme la mienne. On ne lui a pas laissé le temps. Elle est morte. On ne peut pas retourner en arrière. C'est trop tard. Tant pis. Peut-être un jour trouverais-je un élève intéressant. Un bon élève. Mais je n'ai pas d'espoir pour ça. J'ai abandonné mes recherches depuis longtemps. Je sais que ça ne sert plus à rien. Les gens bien ça ne court plus les rues. Pas les rues de ce monde en tout cas. Comment va le diable Morwenna ? Tu vois, certains croient que le premier Vampire était une personne bannie, condamnée à errer sur terre et à se nourrir de sang. Moi je pense que c'est l'œuvre du diable pour semer le mal sur cette terre. Chacun son point de vue. Mais je préfère quand même le mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 22
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Mer 4 Nov - 10:30

Mes yeux se sont fermés pour apprécier cette mélodie. Mon arche tranchant glisse habilement sur les cordes, sans les couper. C'est là une des rares choses que je ne comprends pas ; le tranchant de ma lame peut trancher des gorges, transpercer des poitrines, enlever des vies mais il est incapable de couper les cordes de mon violon. Mes doigts fins et glacés pincent les cordes et les relâchent ; appuient et laissent libre ces cordes incassables. C'est dans ces moments-là, lorsque je me mets à jouer du violon, que mes doigts s'allient avec mon arche pour jouer les notes les plus belles de tout Exodus ; les notes que m'a enseigné la Mort. Malgré ce que l'on peut croire, la Grande Faucheuse est un très bon professeur lorsqu'il s'agit d'apprendre à tuer, massacrer, terroriser, torturer. C'est pour cette raison uniquement qu'elle m'a apprit à jouer du violon ; car mon instrument est aussi mon arme la plus redoutable. La lune s'élève, majestueuse, dans le ciel d'un noir d'encre. Les arbres ont perdus leurs feuilles dans cette plaine où plus rien ne vit. Plus aucune maison, plus aucun homme, plus aucun animal, presque plus de végétaux ; seulement lui, le Vampire le plus célèbre de tous, et moi, la Fille du Diable, sa Poupée de porcelaine si précieuse. Deux âmes totalement obnubilées par le mal et la soif de tuer. Deux âmes dans lesquelles ne figure aucune trace de bonté ou de pitié, si infime soit-elle.

"Dis-moi Morwenna, es-tu fière de ta réputation ?"

Il écoute attentivement chaque note qui s'échappe de mon violon. Le cercle de Satan que j'ai tracé autour de nous l'empêche de mourir des ultrasons que cet instrument ravageur envoie à chaque fois que je frotte mon arche contre ses cordes. Ce cercle que je me suis entraînée à dessiner à chaque occasion et qui, à présent, est parfaitement tracé dans la terre de la Plaine Félicité. Je sens son regard posé sur moi ; regard glacé qui caresse ma peau. L'espace d'un instant il me semble que ses émotions changent, deviennent meurtrières vis-à-vis de moi. Mais il change très vite d'expression et continue d'écouter le doux tintement du violon, musique rythmée par la cliquetis régulier de ma chaîne qui se balance au gré du vent. Sa questions est étrange. Très étrange même. Je connais sa réputation à lui, Dracula Skrekk le Vampire impitoyable. J'ai appris qu'autre fois il formait des apprentis à la tuerie. Pourquoi a-t-il arrêté ? Ça je ne le sais pas ; sans doute ses élèves n'étaient-ils pas assez imprégnés du Mal. Je m'arrête de jouer, laissant l'arche retomber doucement le long de mon corps. La dernière note résonne encore dans toute la plaine tandis que je m'assieds près de ce Vampire qui me comprends, ce Vampire qui est comme moi.

“Ma réputation de tueuse finira par s'estomper Dracula ; tout comme la tienne. Même les meilleures armes de Satan finissent par se retirer dans l'ombre de l'inconnu. Car tu es aussi un des Fils de Satan Dracula. Tous les Vampires sanguinaires le sont.”

Et je le pensais vraiment. Pour moi, toute âme étant possédée par le Mal était une œuvre de Satan. Les Vampires les plus redoutables comptaient parmi ces œuvres du Diables. Bien entendu, ces sanguinaires qui se disaient végétariens et ne se nourrissaient que du sang des animaux étaient rejetés de ce lot. Pour moi, faire partie de ces âmes créées par Satan et possédées par le Mal était un honneur intarissable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 22
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Dim 22 Nov - 16:49

    J'écoutai ce son mélodieux. Comment ne pas apprécier. Je ne quittais pas la lune des yeux. Son argent m'attirait. J'avais envie de tendre les bras et de la toucher. De l'embrasse, de la caresser. Bref. Tout jeune, je rêvais qu'elle soit ma mère. Plus vieux, j'étais sûr que mon père était le diable. Le Diable et la Lune étrange combinaison. Mais c'était plutôt convaincant. Je tournai la tête pour regarder Morwenna. Je fronçai les sourcils. Depuis quand connaissait-elle ma réputation.

    "Tu connais la réputation que j'ai eus ? C'est étrange. Je sais que ma réputation s'éteint. Mais je l'entretien de mon mieux."

    Parfois, je laisse des enfants derrière moi. Des nouveaux orphelins. Pour qu'on se rappelle de moi. J'ai fais terreur il y a longtemps. Et on ne peut pas se débarrasser de moi aussi facilement. Je tue et je laisse en vie ceux qui peuvent se rappeler de moi. Un enfant de trois ans ne vaut pas la peine d'avoir la vie sauve. Il ne se rappellerait pas de moi dix ans plus tard, ni vingt ans après. Enfin, ça dépend. Je fixai la lune encore et encore. Une question me vint à l'esprit. Je la posai alors, dans le plus grand calme.

    "As-tu déjà pensé à prendre un apprenti ? Un élève ?"

    (désolée c'est vraiment pourri T.T)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 22
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Jeu 26 Nov - 8:32

Ce regard sanguinaire rivé sur l'astre aux reflets argentés. Ce Vampire sans pitié passionné par cet air simple torride et destructeur. Cette poupée de porcelaine jouant amoureusement de son violon meurtrier. Le regard, la Lune, le Vampire et la poupée. Etrange combinaison que ces quatre maillons d'une chaîne insensée. Lequel d'entre eux est le plus bon ; le plus mauvais ? Lequel d'entre eux traversera le long Styx aux couleurs du sang en premier ? Personne ne le sait et personne ne le saura ; pas avant qu'il ne se passe quoique ce soit. Ce regard sanguinaire à présent rivé sur cette poupée de porcelaine jouant du violon. La Lune est attentive, autant que le Vampire et son regard terrifiant. Je sens une onde, étrange, perturbatrice. Cette onde vient du Vampire ; il est perplexe. Et cette onde négative ne fait que se confirmer.

“Tu connais la réputation que j'ai eus ? C'est étrange. Je sais que ma réputation s'éteint. Mais je l'entretien de mon mieux.”

Est-ce vraiment étrange ? Ou est-ce agréable ? Réputation dont la flamme se consume ; de plus en plus. Mais réputation dont la flamme ne s'éteindra jamais. Un souffle la ravive mais elle ne tient pas longtemps. Petit à petit ma flamme fera de même et nous tomberons tous deux dans l'oubli le plus total. Le plus total sûrement pas ; personne ne peut oublier le passage de la Mort dans sa maison, dans sa famille. Personne ne peut oublier combien ce fléau peut faire des ravages si précieux pour l'Âme du Diable. La flamme se consume mais jamais ne s'éteindra ; n'oublie jamais ça Dracula. La musique s'arrête et se perd dans le Néant de la Plaine Félicité. La Lune semble encore plus éclatante et projette sa vive lumière autant magnifique qu'aveuglante sur notre couple de tueur ; notre couple d'Âmes possédées. C'est alors qu'une question s'échappe de la gorge de ce Vampire qui terrorise.

“As-tu déjà pensé à prendre un apprenti ? Un élève ?”

Dois-je vraiment répondre à cette question presque aussi idiote qu'elle est intéressante ? Sûrement que oui si je souhaite éviter les conflits avec cet Être presque aussi maléfique que moi-même. Mais souhaite-je vraiment éviter ces conflits ? Peut-être que non après tout ; j'ai bien été programmée pour ça. Mais quelque chose dans mon for intérieur m'assure que je dois me lier avec ce Vampire et non devenir son ennemie. C'est pourquoi je lui réponds.

“Pourquoi me tuerais-je à enseigner l'art de tuer à un idiot qui ne souhaiterai être mon apprenti que pour être connu et pour inspirer la peur ? Non, je n'ai jamais songé à instruire quelqu'un pour qu'il tue à son tour. Et toi Dracula, y as-tu déjà songé ?”


Il me semblait avoir entendu que ce Vampire avait instruit des jeunes gens dans l'art de tuer mais on n'était jamais très sûr des ragots que les victimes colportaient avec cette indifférence propre aux humains insignifiants. Voilà pourquoi j'avais préféré lui demander de vive voix ; lui qui était le seul à pouvoir me répondre la vérité vraie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 22
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Sam 5 Déc - 20:13

    Malheureusement oui. J'ai déjà essayé. Plusieurs fois. Mais les élèves sont plus idiot qu'autre chose. Il ne pense qu'à apprendre dans le sens tuer. Encore et encore. Mais ce n'est pas ça vivre. Pas comme moi je le vois. Tuer est une chose. Tuer comme moi je le fais, une autre. Il y a tuer dans le sens, arriver devant sa victime et boire son sang. Mais il y a aussi l'autre façon. Suivre sa victime. Faire sentir ta présence mais rester invisible. Lui faire peur à un tel point qu'il reste pétrifié. Ou justement, il prend ses jambes à son cou sans réel espoir. Puis quand il a bien pleuré sa mère, arrivé devant lui, derrière lui. Lui faire comprendre ta présence et continuer à le terrorisé. Quand vient le bon moment. Quand son cœur bat si vite. Boire son sang.
    Puis, bien sûr, abandonné sa victime pour que tout le monde la voit. Le mieux est de laisser une empreinte. Une chose qui montre aux autres que c'est toi et encore toi. Seulement toi. Ta réputation grandit sans que quelqu'un puisse donner un visage à ce buveur de sang. Comme ça, tu peux toujours avoir des victimes. Puisqu'aucune ne te connait. A part les rescapés qui se font un plaisir de raconter leur peur. Et d'agrandir ta réputation. Encore et encore. Jusqu'au jour où la réputation baisse. Le nombre de victime est toujours le même. Mais ils oublient vite. Ils n'y prêtent pas d'attention. Parce qu'ils ne connaissent pas ta réputation. Elle a été oubliée pour certain. Ce qu'ils leur fait le plus peur, c'est de voir une famille victime du Vampire. Et un des membres, manquant. Ils n'aiment pas ça. Parce qu'ils comprennent que s'il revient, ce sera pour les tuer. Tous. Moi je ne ferai plus d'élèves. Aucun ne m'intéresse. Ils sont nuls. Inintelligents et impatients. Exaspérants et décevants. Enfin bref. Ce ne sont pas des tueurs.

    "Oh oui Morwenna. J'y ai songé et je l'ai fais. Mais ils étaient tous des incapables. Je les ai abandonné. A quoi bon continuer l'apprentissage d'idiots. Je n'ai rencontré, en deux milles ans, qu'une élève intéressante. Et je n'ai pas pus terminer mon travail. Dommage. Elle te ressemblait beaucoup Morwenna. "


    Beaucoup trop. Je m'en rendais compte plus en plus. Son comportement et son physique étaient si ressemblant à celui de mon élève. La seule qui a sourit lors de sa transformation. La seule pour laquelle je suis restée à son chevet pendant trois jours. Trois jours pendant lesquels elle m'offrait son sourire. La seule qui m'ai écouté attentivement sans poser de questions. La seule qui s'est allongée à mes côtés pour regarder la lune. J'avais l'impression qu'elle me comprenait. Un lien fort m'avait attaché à elle. Un lien Maitre/Elève. Un lien que seule la mort peut cassée, et elle l'a fait.
    C'est bien la seule chose que je lui reproche. Avoir enlevé la vie d'une perle rare. De la perfection incarnée. D'une fille que les défauts rendent parfaite. Une fille que même Satan aurait pu envié. Avoir envie qu'elle soit sa fille. Et pas celle d'une famille d'humain. Insignifiante et sans utilité. Cette fille méritait de vivre pour répandre autour d'elle la haine, la jalousie, l'envie. Pour noircir le cœur de chacun de nous. Cette fille était la mort elle même. Incarnation parfaite d'une déesse. Celle qui prend la vie des autres pour prolonger la sienne. Cette fille, c'était un miracle. Cadeau de Satan, du diable, de la Mort, la Grande Faucheuse. C'était quelque chose.
    Je surpris une larme sur ma joue blanche. Mais je ne l'essuyai pas. Non. Je la laissai tracer une belle courbe sur mon visage. Ca fait bien longtemps que je n'ai pas pleuré. Je souris à la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 22
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Lun 7 Déc - 16:21

La Plaine si grande savoure le son du violon de la Mort. Rien n'est aussi plaisant que ce grincement harmonieux tiré de quatre cordes tissées par Clotho, Lachésis et Atropos, les trois Parques qui filent la Destinée des pauvres et coupent le fil de leur vie d'un claquement de ciseaux d'or. Dracula est toujours étendu sur le sol et n'a pas bougé ; il observe attentivement la Lune argentée. Je suis assise à côté de lui ; mon violon flotte à hauteur de mon flanc. Cette nuit est magnifique ; une nuit à tuer... Ou pas car ces moments-là méritent d'être préservés au mieux. Pour l'instant je n'ai pas vraiment d'idée précise pour la fin de l'ère nocturne mais je suis bien partie pour rester assise là à ses côtés. Je réfléchis encore à la question du Vampire, même si je lui ai déjà donné une réponse. Certains diront que je suis encore jeune et que j'ai le temps de prendre un élève pour faire son apprentissage mais ai-je vraiment envie d'instruire un idiot qui sera trop impatient pour apprendre la meilleure manière de tuer un être innocent ? Je ne crois pas. Me connaissant, l'élève en question finirait comme les autres : étendu au bord d'un chemin, un filet de sang au coin de la bouche et le visage figé et pâle sur lequel la lune viendra se refléter. Cette vision me fait sourire. Je baisse la tête ; des mèches bouclées noires comme l'ébène tombent devant mon visage. Je fait un geste pour les repousser ; geste qui s'arrête lorsque je me rends compte qu'elles ne me gênent pas vraiment. Le Vampire n'a toujours pas bougé ; il semble légèrement perdu dans ses souvenirs et je décide de ne pas le déranger. La Lune est belle aujourd'hui ; voire magnifique. Que pourrais-je perdre à la regarder ?

“Oh oui Morwenna. J'y ai songé et je l'ai fais. Mais ils étaient tous des incapables. Je les ai abandonné. A quoi bon continuer l'apprentissage d'idiots. Je n'ai rencontré, en deux milles ans, qu'une élève intéressante. Et je n'ai pas pu terminer mon travail. Dommage. Elle te ressemblait beaucoup Morwenna.”

Sa phrase terminée, je remarquai qu'il m'observait à nouveau. Je me laissai faire en essayant de percer son regarde vampirique ; en vain. Ses émotions étaient beaucoup trop floues pour que je ne puisse en discerner ne serait-ce qu'une infime onde. Mélancolique comme il m'arrivait rarement de l'être, je caressai l'herbe sèche de la main que bien des soldats partant au combat avaient foulée. Aujourd'hui plus personne n'avait le besoin ni l'envie de passer par cette Plaine abandonnée où nous partagions ce moment avec Dracula. Pourtant que pouvait-il y avoir de mieux que l'air froid et humide, l'atmosphère lugubre et deux tueurs étendus là ? Je sentais son regard peser sur moi comme le poids d'un Passé qu'on ne peut oublier. Un Passé que tout le monde nous rappelle et qui nous oblige à ravager des villages entier pour l'oublier. Mais tout ce désastre, ces cris et ces pleurs, ces morts et ces gens en deuil n'effacent jamais entièrement les souvenirs encrés dans une mémoire ; seulement sur le moment. Il est vrai que la destruction est le meilleur moyen pour oublier les choses dont on ne veut pas se rappeler. Il est vrai que la mort des autres est un petit plaisir que bien des gens pourraient s'offrir si ils n'avaient ne serait-ce qu'une once de méchanceté et de haine dans le sang. Mais l'âme des gens est bien trop pure ; jamais ils ne voudraient causer du tort à leur voisin alors que celui-ci vole sans cesse leurs poules. Moi j'ai fait ce choix là et je ne le regrette pas ; je ne regrette rien. Aujourd'hui je me dis que j'aurais pu être cette jeune fille que Dracula admirait. Je me dis que j'aurais pu être transformée par mon propre maître et causer la mort autour de moi ; inspirer la crainte des autres. Je me dis que j'aurais pu mourir à sa place sous la patte de ce dragon. Je me dis pleins de chose que je dois oublier mais que je ne peux oublier. Du coin de l'œil j'aperçois une trace humide sur la joue du Vampire qui est allongé près de moi. Je plisse les yeux ; totalement perdue dans les sentiments de ce tueur.

“J'aurais pu être cette fille Dracula ; tu aurais pu m'apprendre. Satan l'a fait à ta place mais ç'aurait été tout autre chose avec toi Dracula. Tout autre chose...”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 22
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Dim 20 Déc - 17:06

    Je plongeais le bleu de mes yeux dans le gris des siens. Je levai la main et traçai une courbe parfaite avec mon ongle sur sa joue. Une courbe invisible mais bien parfaite. Mon ongle fini son chemin sous son menton et je fronçai les sourcils. Non. Ca ne pouvait pas s'arranger. Elle n'était pas faite pour être une Vampire. Oh non. Ca ne lui irait pas. Elle était beaucoup mieux comme ça même si le sang qui coule dans ses veines est le sang des Humains. Ca ne souille pas trop ce qu'elle est. La Parfaite Poupée du Diable. C'est vrai qu'elle aurait pût être mon élève. Son sang aurait coulé dans mes veines. Mais non. Je ne veux pas. Elle doit rester comme elle est. Humaine. Car cette race camoufle la Tueuse qui est en elle. Cette race lui donne la possibilité de passer pour une jeune femme fragile et sans défense. Ce que les Humains sont mais pas elle. Elle, c'est Morwenna Ivanov, la Fille du Diable.

    "Explique toi Morwenna. Certes je ne suis pas Satan mais j'aimerai que tu me dises. Est-ce que ça t'aurai plu ? Ou préfères-tu l'enseignement de Satan ?"

    Moi je sais que ça m'aurait plu de continuer l'éducation de mon élève. Mais je ne sais pas si j'aurai aimé avec Morwenna en élève. Peut-être que oui, peut-être que non. Mais une chose est sûre, jamais je ne transformerais Morwenna en Vampire. Elle est bien mieux comme ça et je n'ai pas envie de m'attirer la colère du père. Je préfère boire et enlever des vies plutôt que de transformer. Je n'ai plus envie d'avoir d'élèves. Je n'ai plus envie d'être déçu. C'est trop tard. J'ai appris à comprendre certaines choses. Si certains veulent tellement devenir comme moi, ils n'ont qu'à demander à un autre et apprendre tout seul. Moi personne n'est venu me dire comment tuer. C'était déjà inscrit dans mon crâne. Des inscriptions que l'on ne peut effacé. Je sais que je ne connaîtrais pas l'amour et je n'ai pas envie de le connaître. Il n'y a personne sur cette terre qui puisse conquérir mon coeur. Je resterais seul et je préfère. Je resterais le tueur solitaire, le tueur de l'ombre.
    Au moins, comme ça personne ne peut faire comme moi. Personne ne peut savoir comment je fonctionne. Personne ne peut essayer de me tuer en gagnant ma confiance. Car ma confiance je ne la donne pas. Puisque moi-même, je ne suis pas quelqu'un de confiance. J'en ai fais des coups bas. Combien de fois j'ai piétiné la confiance des autres. Un jour c'est oui un jour c'est non. On ne peut savoir la vérité. La confiance c'est quelque chose d'aussi important que la vie. Si on la donne à n'importe qui, on peut être sûr de perdre la vie. Je ne suis peut-être pas de confiance mais je sais reconnaitre les personnes que je ne dois pas trahir. Ces personnes je les respecte et c'est bien les seuls. Alors regarde. Si je te respecte, tu peux être sûr d'être tranquille. Si je ne te respecte pas. Fais attention et n'ouvre pas la porte. Parce que le moment venu je prendrais ta vie pour agrandir la mienne. Moi je suis comme les bourreaux. Il faut mieux m'avoir de son côté.
    Toi, Morwenna, ne t'en fais pas, je te respecte pour le moment. Je suis de ton côté pour l'instant. Mais il se peut qu'un jour je sois déçu. Même si ça me parait presque impossible. De toute façon, pourquoi me retournerais-je contre la Fille du Diable ? Par peur de mourir ? Mais prend la ma vie, j'ai vécu assez longtemps pour ne plus craindre la mort. Donc tu peux être sûre d'être tranquille. Je suis dans ton camp ma jolie. Et pour le moment je ne risque pas de changer d'avis. Pour le moment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 22
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Dim 27 Déc - 13:06

Son regard de vampire si velouté se plante dans le miens comme un poignard pénètre dans le cœur de l'Elu d'un tueur. Car un tueur doit choisir sa proie minutieusement. Il ne faut pas se tromper et élire la mauvaise car on ne prend pas autant de plaisir. L'instant où nos yeux se posent calmement sur la proie est celui que je savoure le plus. La chasse commence alors et nous qui sommes des prédateurs redoutés marchons calmement dans les ruelles silencieuses pour suivre l'homme choisi inlassablement. Lorsque nos yeux luisent dans la nuit et que la proie sens ce regard posé sur sa nuque ; alors la traque peut débuter. D'abord il faut commencer par suivre la personne de très loin pour ne pas qu'elle panique. Ensuite on se rapproche ; de plus en plus. On peut alors détailler cette proie unique que notre instinct a choisi. Me concernant je ne réfléchis pas ; mes sentiments meurtriers le font à ma place. Mon cerveau de Sentinelle trace parfaitement les traits du visage apeuré de ma prochaine victime et je n'ai plus qu'à chercher dans les villages d'Exodus jusqu'à ce qu'elle m'apparaisse. Mon apparence m'avantage énormément ; autant que ma qualité d'être humain car mes victimes, pauvre mortels, ne se méfient pas de moi. Je peux alors les faire mijoter à petit feu. Parfois même, lorsqu'ils sont suffisamment à mon goût, je joue avec leur sentiments et leur vole un baiser avant de leur voler la vie. Mais ces occasions sont rares : les visages que mon cœur de Sentinelle dessine dans mon esprit son rarement attirants. Maintenant je me rend compte qu'il ne m'est jamais arrivé de regretter la mort de l'une de mes victimes. Peut-être est-ce parce que je ne joue jamais très longtemps avec elle et que je préfère les achever assez rapidement. Dracula, à ma connaissance, préfère amplement s'amuser avec la peur de ses proies et, en bon prédateur, il leur souffle dans le cou plus d'une fois et leur marche sur les talons avant de prélever leur sang dans un coin de rue sombre.

Son toucher est rugueux et glacé et il me fait du bien. Je ferme les yeux pour profiter du contact que le Vampire créée en traçant une courbe invisible sur ma joue. Mon cœur bat de plus en plus vite tant le plaisir de sa peau glaciale sur la mienne est infini. Mais la sensation s'arrête lorsqu'il ôte sa main de mon visage et me regarde en fronçant les sourcils. Peut-être n'a-t-il plus envie de discuter et préfère m'égorger de la lame de ses ongles. Je crispe mes doigts sur ma robe en satin rouge sang. La voix de Dracula me procure une bienfaisance que je ne peux trouver ailleurs et j'aime à discuter avec lui de ses plus belles années en tant que tueur. Mais s'il décide de me faire face ; alors je devrai m'opposer à lui pour espérer garder ma vie en l'état. Pourtant c'est une chose que je redoute de faire et c'est bien la seule et l'unique. Rien ne me fait peur sauf affronter Dracula ; ce vampire avide de chair et de mort autant que moi ; poupée du diable qui ait encore beaucoup à apprendre. Pourtant il n'a pas l'air de vouloir me tuer ; du moins pas sur l'heure. Il préfère me demander quelque chose dont la réponse ne peut venir immédiatement. Il préfère me demander si son enseignement aurait pu être plus fructueux que celui de Satan lui-même. Je garde le silence pendant un moment ; je réfléchis. Il me faut une réponse mais je ne peux dire quelque chose d'aléatoire ; tout cela mérite réflexion. Je lève la tête vers le ciel étoilé que la lune d'argent éclaire faiblement. Le firmament ne paraît pas disposé à me donner de réponse. Je décide alors de prendre mon temps ; tout comme j'ai appris à le faire lorsque l'inspiration d'une arme redoutable ne me vient pas vraiment. Je m'allonge à ses côtés et ferme les yeux. L'apprentissage de Satan m'a permis d'être une redoutable tueuse ; c'est un fait. Mais Dracula aurait pu m'apprendre bien des choses que Satan ne peut me transmettre. Lui n'est jamais sorti de son antre pour ôter la vie des pauvres et m'utilise comme intermédiaire. Dracula est un Vampire de terrain ; il sait ce qu'il faut faire lorsque la situation se complique et que la victime est plus coriace que prévu. Mais Satan m'a sauvée ; je lui dois donc la vie.

“Je ne peux te répondre Dracula. Satan m'a appris bien des choses que tu ne connais peut-être pas mais je suis sûre que tu aurais pu m'apprendre d'avantage dans le domaine de la tuerie. Satan n'a jamais pointé le bout de sa queue au dehors de son antre ; il n'est jamais sorti dans notre monde. Toi tu es un homme de terrain et tu peux réagir à n'importe quelle situation. Vos deux enseignements auraient pu m'être utiles mais Satan m'a choisie et sauvée de la Mort. Je lui appartient maintenant.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 22
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Mer 10 Fév - 21:07

    La lune me procurait un effet de bien être. Elle m'apaisait. Si je m'énerve, je peux compter sur elle pour me calmer. C'est pour ça qu'il vaut mieux m'éviter les soirs sans lune. Si je suis énervé. Il ne faut pas me croiser. Même toi Morwenna. Je ne suis pas sûr que tu pourrais me retenir. Je pourrais te faire du mal. Beaucoup de mal. Je crois qu'en se monde seulement deux personnes pourraient me faire face. Hécate mais ce n'est pas sûr. Et Kendra. Bien plus âgée que moi. Bien plus dangereuse. Si je devais craindre quelqu'un, se serait elle. A croire que de nos jours les meilleurs tueurs sont des filles. Hécate, Kendra et Morwenna. Je soupirai. La vie est parfois étrangement bizarre.

    Mes yeux retombèrent une fois de plus sur son visage. Elle était à côté de moi, allongée. Je fermais les yeux et laissai mes autres sens explorer les environs. Nous étions seuls. Encore et toujours. Personne dans la forêt à côté. Personne près du ruisseau. Personne aux alentours. Je me redressai lentement et baillai avant de m'étirer. Tous mes os craquèrent. J'adore ce son qu'ils produisent quand ils craquent. C'est un son assez dégoutant. La plupart des humains détestent entendre un os craquer. Je prends un malin plaisir à me faire ceux de la main quand je suis dans une auberge humaine. Tous ces regards haineux qui se posent sur moi. J'adore.

    Mais quand ils voient que je suis Vampire, ils préfèrent tourner la tête et ne plus me regarder. Oui, j'aime m'amuser avec mes victimes. Je choisis la bonne, quand j'en ai le temps, et je m'amuse à lui faire peur. Je la suis partout. Je pose ma main glacée sur son épaule et quand elle se retourne il n'y a personne. Entendre leur cœur accélérer leur course ça m'amuse. Ca me donne encore plus envie de continuer. Il y a bien sûr des limites. Parce que parfois mes victimes frôlent la crise cardiaque. Ca ne m'amuse plus alors je les tue. Quelle idée d'avoir un cœur sensible. Le plaisir dure moins longtemps et c'est moins marrant. Il ne m'est arrivé qu'une fois de voir une de mes victimes ne pas avoir peur. Elle savait qui j'étais et pourquoi je venais. Elle m'a même présenté son cou après avoir assisté à l'assassinat de sa famille. Cette victime, c'est toujours la même. C'était mon élève.

    ''Si tu devais suivre l'entraînement de quelqu'un d'autre, ce ne serait pas le mien. Malheureusement, elle n'a plus d'élève depuis longtemps. Je ne sais pas si tu la connais. Elle se fait surnommer l'Ombre de la Mort.''

    Je voulais tester sa culture sur les plus grands tueurs de l'histoire. Kendra elle était une légende vivante. Nombreux sont ceux qui ont essayé de la tuer. Ils sont tous morts. Elle sait tout. Certains ont essayé de la comprendre et l'ont suivit. Au bout d'un moment elle les attendait. Elle savait qui ils étaient. Et ils sont tous morts. Cette femme, je ne sais pas comment elle fait mais elle est très douée. Les légendes, je me demande bien à quoi elles servent. Ce n'est que mensonges. Tout le temps.
    Je ne l'ai jamais vu mais il paraît qu'elle est très belle. Un jour j'ai sentis sa présence derrière moi. Quand je me suis retourné, elle n'était plus là. Cette femme, elle est Vampire et elle est bien plus âgée que les plus vieux Vampires. Elle, elle a eu des élèves. Et elle leurs apprenait ses techniques sans rien demander en échange. Je suis sûr qu'elle ne leurs montrait que les plus faciles de ses techniques. Car je ne connais personne aussi souple et rapide qu'elle. J'ai appris qu'elle avait eu des élèves qui n'étaient pas Vampire. Elle ne les transformait pas. C'est très rare qu'un Vampire donne à un Humain son savoir. Mais elle, elle l'a fait. Et son savoir est appris dans un monastère d'Assassin. A croire qu'elle fait ça juste pour sa guilde. Cette femme, elle est très étrange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 22
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Lun 15 Fév - 19:57

  • On ne peut se douter de la puissance d'un individu ; même lorsque l'on est aussi expérimenté que Dracula. Il ne peut juger de ma force ; il ne peut comprendre à quel point Satan a été pour moi, en plus d'être un sauveur, un excellent professeur. Je connais ses moindres techniques, ainsi que la manière dont on peut pister une proie et connaître ses sentiments. Il m'a apprit à suivre la trajectoire d'une perle de sueur et à interpréter cette trajectoire. Je lui dois la plus grande reconnaissance ; celle que l'on ne peut donner en une vie. Il est pour moi à la fois un père, un dieu, un sauveur et un professeur. Toutes ces fonctions qui sont regroupées dans son corps aux couleurs de sang et dans sa queue pointue. Son apprentissage a été et restera certainement pour moi l'événement le plus important de ma courte vie de mortelle ; une chose que je n'oublierai jamais et qui refera toujours surface dans les pires moments ; ceux où l'on a besoin de soutient ; une chose qui ne sera jamais enfouie au fond de ma mémoire.

    Il m'observe encore une fois. Je le sais ; je le sens. Son regard est aussi froid que les contrées les plus glaciales et la lune reflète les éclats rouges sang de ses yeux. Je souris ; c'est bon de sentir un regard presque accusateur sur sa peau blanche. C'est une chose que les autres redoutent mais que j'apprécie particulièrement. Dans ces moments-là, mon cœur se met à battre plus fort qu'à l'accoutumée et je ressens des frissons de plaisir qui me parcourent l'échine. Ce sentiment d'être observée et ce que l'on appelle une émotion double ; on aime la procurer aux autre et on aime tout autant la recevoir. Ces émotions sont si rares qu'il me semble n'en connaître personnellement qu'une seule ; celle-là.

    De qui devrais-je recevoir des leçons ? Cette Ombre de la Mort ? Certainement pas ; Kendra n'est autre qu'une égocentrique qui formait autrefois des élèves, vampires ou humains, pour créer une armée secrète destinée à détruire le monde. Toutefois je la respecte ; ne serait-ce pour éviter de me faire détruire par sa force. Je ne l'ai jamais vue à l'œuvre et je ne veux pas parler des rumeurs qui circulent sur elle mais je sens sa puissance à des kilomètres à la ronde. Je sais qu'elle est presque indestructible et que je ne pourrais presque rien contre elle si je venais à la combattre. Quant à Hécate, je ne peux me fier aux rumeurs que les petites gens colportent sur cette tueuse. Et pourtant, tout comme Kendra, je sais qu'elle est beaucoup plus puissance que le Vampire avec qui je parle gentiment en ce moment. Je sais que, contre elle non plus, je ne pourrais rien.

    “Je suppose que tu veux parler de Kendra, crachais-je. Oui je la connais mais je ne l'ai jamais rencontrée.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 22
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Lun 19 Avr - 15:22

"Je retire ce que j'ai dis. Tu ne mérites qu'un enseignement. Ni le mien, ni celui d'une quelconque légende. Il n'y a qu'une personne au monde qui puisse t'apprendre quelque chose. Et cette personne est ici. Pause. Toi."

Quand je me mets à sortir ce genre de chose, il vaut mieux m'écouter. Je ne dis pas n'importe quoi. Je sais ce que je dis. Ais-je eu un maître moi ? Et pourtant, voyez ce que je suis devenu. On me craint. Pas assez c'est vrai pour qu'on parle de moi dans un livre. Mais trop pour qu'on m'oublie. Il y aura toujours une personne sur ce monde qui me connaîtra. Et qui pourra parler de moi aux autres. Est-ce voulu ? Au début, oui. Quand je commençai à tuer je voulais être connus. Je voulais qu'on parle de moi partout. Mais maintenant, je ne veux plus. Je préfère me tapir dans l'ombre. Je préfère qu'on m'oublie. Je ne veux plus. J'ai appris beaucoup de choses. Je peux vous jurer que ça ne sert à rien d'être connu de tous. Strictement à rien.

"Mais dis-moi ma belle Morwenna. Ne t'es-tu jamais sentis seule ?"

Pourquoi cette question ? Parce que je veux savoir. Je veux savoir si le Diable a fait cette chose à Morwenna. S'il l'a abandonné sur un monde hideux. Je veux savoir si depuis qu'elle est arrivée ici, elle a sentis sa présence près d'elle. Si elle a eut l'impression qu'il l'aidait parfois. Je veux savoir s'il était là pour elle quand elle en avait besoin. Je veux savoir s'il a fait de Morwenna une exception à ses principes. Parce qu'il a des principes. Beaucoup. Peut-être trop. Je ne sais pas. Et ce n'est pas sur ça que je veux le critiquer. Mais sur autre chose. Une chose beaucoup plus importante. J'ai besoin de savoir si Morwenna s'est déjà sentis seule au point d'avoir peur ou d'être triste. Enfin quelque chose comme ça. Je dois savoir.

"T'a t-il appris à regarder les étoiles ?"

Elle peut me prendre pour un fou si elle veut. Mais dans mes questions elle pourra retrouver la critique que je fais à l'enseignement du Diable. Ou alors peut-être ne l'a t-il pas assez bien éduqué pour qu'elle comprenne. Je restai assis dans l'herbe, observant la nuit en silence. Bientôt je devrais partir. Je ne veux plus rester ici. Je n'ai pas à me justifier. Je fais ce que je veux. Je suis libre. Et c'est cette liberté qui m'empêche de mourir. Sinon, il y a bien longtemps qu'on n'entendrait plus parler de Dracula Skrekk. Je poussai un soupir et observai une nouvelle fois les alentours. Une fois avec mes yeux bleus d'humains et une autre fois avec mes yeux rouge de Vampire. J'aime changer la couleur de mes yeux. Et ça, ce n'est pas grâce au Diable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 22
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Lun 26 Avr - 17:39

    Moi. Seule personne capable de parfaire l'apprentissage de ma propre personne. C'est un crime. Une infamie. Mais n'est-ce pas là ce qui fera mon destin ? Je me détends dans l'herbe qui me sert pour cette heure de matelas. Au côté de ce tueur qui est en somme de ma famille. En pensant à celui qui autrefois me sauva. De cette mort certaine. Mais ne m'a-t-il pas en même temps condamné ? En me laissant en vie alors que je souhaitait la mort. La fin infinie. Le repos éternel. Je ne sais pas encore si je dois lui en vouloir. J'étais affamée et légèrement folle. Mes parents n'en pouvaient plus de moi. De mes idioties. De mes soit-disants pouvoirs. Et j'avais décidé d'en finir. Et lui m'avait redonné la vie. Sans mon autorisation ! Je me demande maintenant si je n'aurai pas mieux fait de m'en remettre à Dieu. Cet hypocrite. Je ris intérieurement à mon pseudo-malheur. Parfois je me trouve idiote. Mais après tout je ne suis intelligente que pour tuer, décimer, assassiner. Rien d'autre. Satant ne m'a pas conçue et entraînée pendant toutes ces années pour que je sache calculer à la demande et rédiger des lettres interminables. Il l'a fait pour que je tue.

    Seule. Suis-je parfois seule ? Je ne le pense pas. Pas comme ça en tout cas. La solitude est pour moi une sorte de délivrance. Un moyen d'échapper à la connerie du monde, à la naïveté des autres. Encore une fois je ris. A voix haute cette fois. Et ouvertement. Je veux faire comprendre à Dracula qu'il n'y a aucune personne ni aucune situation qui peut me faire pleurer ou avoir peur. Sauf un tueur de son genre. Ou de celui de Kendra. A cette pensée je serre les dents. Cette femme nuit à ma réputation. Je vis dans son ombre. Et pourtant, à un peu plus de vingt ans, j'ai sans doute tué plus qu'elle n'a tué. Je suis invincible... et très peu modeste. Mais tout de même très forte pour mon âge. Trop pour certains. Et pas assez pour elle. Elle qui a tout ce qu'elle a toujours voulu. Elle dont la réputation a atteint son paroxysme pour ne plus jamais le quitter. J'enrage. La jalousie me ronge tel les multiples pêchés qui m'étaient autrefois interdits. Je crache les dents serrées :

    “Jamais je ne me sentirai seule !”

    Et les étoiles. Ces étoiles. Les seules. Les mêmes. Les plus belles. Je les admire chaque soir. Sans vraiment savoir pourquoi. Cela doit venir d'une habitude que j'avais avant. Avant. C'est un mot que je dois bannir de mon vocabulaire et le remplacer par après. Mais cette habitude. Regarder les étoiles. J'imagine que je devais alors me hisser sur le toit pour les observer, ces points scintillants qui attire tant d'enfants. J'y passais peut-être même la nuit entière. Maintenant je pourrai y passer la vie. C'est sous cette voûte céleste que je me sens le plus en sécurité. Et pas sous le soleil éclatant. Je préfère le noir, la pluie et les nuages.

    “Les étoiles sont pour moi comme un bienfait de sorcière.”

    Je vois les yeux du Vampire changer. Tantôt bleus, tantôt rouges. C'est amusant. Mais je m'en lasse vite et préfère à ces orbites cruelles le ciel bleuté d'une nuit de pleine lune. C'est un spectacle dont je ne me lasse ni ne me lasserai jamais. C'est une vision que j'aime à garder au plus profond de moi en fermant les yeux pour la capturer. Parfois elle se débat un moment, essayant d'échapper à mon emprise. Mais rapidement elle se calme et plonge au plus profond de mon âme démoniaque. Là où mon passé est enfermé. Là où tout se perd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 22
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Lun 24 Mai - 15:28

Je ne te parle pas de gamins incompétents ! Je ne te parle pas de ces morveux naïfs et sans défense ! Ils font pitiés ses petits innocents que tout le monde admire ! Ils me répugnent ! Ce n'est pas à un gamin que tu vas demander de tuer. Ce n'est pas un gamin qui va te dire pourquoi le soir il regarde les étoiles. Il n'en sait rien ! Il les regarde scintiller la nuit. Il essaie de les compter ou il se demande ce que c'est. Il ne voit pas dans les étoiles ce que moi je vois. Ce que toi aussi tu dois voir. Il ne ressent pas ce que nous pouvons ressentir. C'est un ignorant avec des yeux qui pétillent à l'idée de savoir. Mais il ne sait pas apprendre !

''Que tu es têtue !''

Ce n'est pas vraiment de la peur que je veux parler. Mais d'une solitude qui pèse sur ton bien être habituelle. Une solitude qui rend le sang fade et les meurtres sans intérêt. Une solitude qui te pourrit la vie plus qu'elle ne l'est déjà. Nous sommes condamnés. Condamnés à tuer. Pendant une éternité. Toi. Toi, tu es encore une Humaine. Un jour tu vas vieillir. Un jour tu ne tueras plus. Un jour tu mourras. Tu mourras parce qu'il n'y a plus personne à tes côtés pour te garder en vie. Tu es seule Morwenna. Tu as toujours été seule. Et ça ne changera jamais. Juste qu'un jour, tu comprendras enfin la vérité. Ce jour là, tu pourras regarder la solitude dans les yeux et lui cracher ta haine au visage. Tout doucement ton corps se meurent. Quand tu mourras enfin, tu regretteras de n'être pas morte avant. Tu regretteras le sauvetage du Diable. Mais ce jour là, tu apprendras qu'il ne t'a pas sauvé. Il t'a condamné. Comme il a condamné chacun des nôtres.

''Tu es encore jeune Morwenna mais un jour tu devras mourir, comme moi. Nous ne sommes que des pions, quand nous n'avons plus d'importance, ils nous jettent par dessus leur épaule...''


Oui, c'était plutôt une comparaison étrange. Mais je le vois comme ça. Comme un jeu d'échec. Il y a deux joueurs, deux clans. Nous servons tous à quelque chose un jour ou l'autre. Mais quand nous ne servons plus, il prend le pion qui nous représente et le jette. Nous mourons. Le jeu continue, il ne finit jamais. Car chaque pion qui meurt est remplacé par un autre. La preuve est là, nous ne vivons pas très longtemps. Personne ne vit. Que ce soit à un an ou à trois milles ans, tout le monde meurt.

Je cessai de m'amuser avec ma vue. Mes yeux restèrent rouges, attirés pas les reflets argentés sur le cou de Morwenna. Tu dois comprendre ma belle que le Diable ne t'aide plus. Tu peux mourir là, sous mes crocs, ça lui fera ni chaud ni froid. Une esclave en moins ça ne lui fait rien, il en a tant d'autre à côté. Tu n'es pas la seule a qui il a redonné une chance. Tu n'es pas la seule qu'il a condamné à errer sur cette terre. A qui il a murmuré de belles choses. A qui il a fait des promesses qu'il ne tiendra jamais. Non, je ne parle pas de moi. Moi je n'ai pas de maître. Mais ma ''mère'' l'a rencontré elle aussi. Je l'ai vu partir et revenir. Elle était folle de lui. Moi je le détestai pour ce qu'il avait fait. Il l'avait condamné.

Je me redressai lentement, m'étirant en faisant craquer mes os. Un frisson de plaisir traversa mon dos quand j'entendis les sinistres craquements. C'était une si belle mélodie. Je me levais pour faire marcher mes articulations. Elles poussèrent des craquements de protestation et je marchais quelques secondes. Je revins m'assoir à ma place et observai la lune une dernière fois. Un sourire étrange étira mes lèvres, dévoilant mes crocs. Je bondis sur Morwenna, la plaquant au sol grâce à ma vitesse et à ma force vampirique. Je soufflais dans son cou avant d'effleurer sa peau blanche de mes crocs. Si le Diable la protégeait, je ne pourrais pas faire ça. Un frisson de plaisir traversa mon corps.

''As-tu peur Morwenna ?''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 22
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Sam 29 Mai - 15:49

    Têtue. Un adjectif qui résume tout de moi. Je ne pense à rien sauf à accomplir ce que j'ai décidé d'accomplir. Et tous ceux qui se trouvent devant moi doivent périr pour m'avoir empêché de le faire. Ils n'ont aucune conscience de ce que je peux leur faire subir. Ils ne comprennent pas que je peux les faire mourir ne serait-ce qu'en frôlant leur peau de mes doigts subtilement diaboliques. Alors ils succombent. Folie. Désespoir. Angoisse. Mort. Chaque victime réagit différemment. Et c'est ce qui est le plus intéressant. Moi. Assassin. Je n'ai pas besoin de changer de comportement. Pas besoin de m'adapter à chaque être que je décime. J'agis toujours de la même façon. Avec discrétion et sadisme. Et tous ceux qui succombent à mes coups, s'ils se réveillent, ne se souviennent de rien. Mais il est très rare qu'ils soient toujours capables de se souvenir de quelque chose...

      "Aurais-tu oublié que je suis la fille de Satan Dracula ?"


    Un sourire étire mes lèvres rouges sang. La Mort ne me fait pas peur. C'est pour moi comme une mère. Et elle me protège d'une vie trop cruelle. Je ne suis pas comme tous ces humains qui préfèrent aller invoquer leur dieu pour monter dans un paradis imaginaire plutôt que de venir en enfer. Moi je souhaite le contraire. Retrouver mon sauveur. Retrouver ma patrie. Et être fière de moi pour tous ces actes que j'ai accomplis. Et qu'il soit fier de moi. Qu'il ne regrette pas de m'avoir élevée comme sa fille. Qu'il ne regrette pas de m'avoir choisie, moi. Qu'il ne jette pas mon pion à moi. Qu'il me garde près de lui, même après la mort. Et si jamais je ne mourrais pas ? Et si jamais il décidait de me laisser en vie pour que je puisse accomplie de plus grandes choses ? Ce serait un honneur. Pas un châtiment. Et j'accomplirai ma tâche avec dévouement.

      "Il n'a pas de pion. Je le sais. Et quand bien même il en aurait, je ne ferais pas partie de son jeu. Toi peut-être. Mais moi je suis la seule à pouvoir faire cela pour lui. La seule a avoir pris la décision de le rejoindre."


    Comparer la vie à un jeu d'échec dont les marionnettistes jettent les pions quand ils n'en veulent plus pour les remplacer par d'autres, plus jeunes et meilleurs, est une pure idiotie. Ce n'est pas ainsi que Satan décide. Moi il me gardera. Je le sais. Et il me choisira pour toutes ces choses que ces humains frivoles ne peuvent accomplir. Car je ne suis pas sa poupée. Je suis sa fille. Et je suis la seule chose qu'il aime. Même plus que le plaisir d'accueillir les bandits dans son antre. Même plus que le fait de les attirer vers lui avant l'heure. Plus que tout. Plus que la mort. Plus que lui même, aussi. Sinon il m'aurait laissée brûler vive dans la lave. Moi en tant qu'enfant. Voulant échapper à ma famille si naïve.

    Dracula se lève. Ses os craquent dans l'immensité de la plaine désertique. Mélodie bien plaisante mais beaucoup moins harmonieuse que les notes échappées de mon violon. Le violon de la Mort. Je caresse son bois verni et sculpté en pensée. Je me joue un morceau satanique dans ma tête. Le vampire marche. Ses articulations émettent de nombreuses plaintes. Mais lui s'en fiche. Il se rassoit, fiche la lune un moment. Il semble prêt. Mais prêt à quoi. Je n'ai pas le temps de réagir lorsqu'un sourire mystérieux et déterminé se forme sur son visage, dévoilant des crocs où se reflètent les rayons de la lune. Il me plaque au sol, utilisant sa vitesse et sa force propres aux vampires. Je ne peux pas me dégager. C'est inutile d'essayer. Mais pourquoi fait-il ça ? Je l'ignore. Il veut me prouver quelque chose d'après la lueur dans son regard rouge argenté. Il souffle dans mon cou et effleure ma peau douce avec ses crocs blancs. Je ne sais pourquoi je ne peux m'empêcher de frémir de bonheur. C'est irrésistible.

      "Non je n'ai pas peur. Mord-moi si tu le veux. Je ne t'en voudrai pas Dracula."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 22
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Ven 25 Juin - 12:05

Je fermai les yeux, réfléchissant à toute allure comme j'ai l'habitude de le faire. Ce n'était pas pour savoir si je devais le faire ou pas que je réfléchissais. Mais je réfléchissais à comment lui expliquer ce qu'elle ne voulait pas comprendre. J'en ai marre d'essayer de lui apprendre les choses fondamentales de la vie. Elle croit tout savoir mais elle reste une Humaine et moi, je suis Vampire, de puis bien longtemps je vis. Bientôt cela fera trois milles ans que je dois supporter de rester sur la terre. Comme j'aimerais pouvoir retourner en bas. Ce que tu ne sembles pas comprendre, c'est que j'ai vu tant de choses que tu ne verras sans doute jamais. Je t'aime bien Morwenna, mais tu me fais de plus en plus penser à ces empotés qui croyaient apprendre et savoir alors qu'ils ne savaient rien et ne faisaient pas l'effort d'apprendre ! A force de m'énerver à ce point, tu vas finir par apprendre au moins une chose. Voler.

''Mais je le ferais bien Morwenna ! Je le ferais pour que tu apprennes le goût amer de l'abandon ! Mais si je le fais, tu mourras ! Et jamais, jamais je ne pourrais retourner en bas ! Mais tu n'es qu'une idiote ! Tu crois tout savoir Morwenna ! Mais regarde-moi, regarde-toi !''


Je me redressai pour la regarder dans les yeux. La lueur rouge des miens brillaient dans la nuit. Si elle savait comme c'est tentant de lui sauter au cou et de boire son sang si chaud. Mais je ne dois pas, je ne peux pas faire ça. Voyez-vous, quel intérêt de garder sous sa protection une Vampire. Il avait choisit Morwenna parce qu'elle allait mourir, parce qu'elle était Humaine. Il l'a transformé en Assassin. Il a forgé une arme redoutable dans la naïveté d'une enfant et dans la beauté d'une poupée. Il n'y a pas de doute, s'était sûrement l'une de ses plus belles armes. Mais des Humaines il en trouvera d'autre, si tu deviens Vampire, il t'abandonnera, et si personne ne t'aide, tu mourras. Je refermai ma main sur son petit cou si fragile et la colère commença à monter en moi.

''Regarde-moi ! N'ai-je pas eu le choix moi ?! Ils m'ont recueillit quand j'avais trois ans ! Trois ans !! Ai-je la tête d'un adolescent ?! Non !! Pourquoi ?! Parce qu'ils ont attendu que je décide de me jeter sous leur crocs ! Que je leur demande de me transformer ! Par pour achever mes souffrances, non. Mais parce que je voulais devenir comme eux, parce que j'aimais voir le sang couler et faire couler le sang. J'ai fait un choix ! J'ai choisi d'être Dracula le Vampire, j'aurai pu rester Dracula l'Humain. Mais ce n'était pas marrant. Je savais qu'un jour je finirais par mourir et je savais qu'un jour je ne pourrais plus tuer ! J'ai fait ce choix ! Alors ne dis pas n'importe quoi ! S'il y a des pions, nous sommes tous des pions ! S'il n'y en a pas, alors, à quoi servons-nous ?''

Ma main faisait presque le tour de son cou. Dans mon énervement, je l'avais soulevé du sol, la maintenant juste au dessus de moi. Ses pauvres petits pieds ne touchaient plus la terre. Mon sang bouillonnait si fort dans mes veines. J'avais l'impression que j'allais exploser, que j'allais enfin pouvoir retourner en bas. Retourner parmi les miens. Je serrais un peu plus mes doigts autour de son cou, ma main faisait presque le tour. Mais avant que je ne lui brise les vertèbres, je l'envoyai voler quelques mètres plus loin. Il ne fallait pas que je la tue, sinon, je serais condamné à jamais sur cette terre de misère. Je jetais un coup d'œil à la lune et inspirai longuement. Qu'elle vienne se venger, je n'attends que ça. Après avoir retrouvé mon calme, je me couchai de nouveau dans l'herbe, au même endroit que tout à l'heure. Je fermai les yeux et continuai de parler, sachant très bien qu'elle entendrait tout.

''Sache, Morwenna, que dans ma vie j'ai rencontré une personne qui était comme toi, qui croyait être la fille de Satan. Qui l'admirait et l'aimait pour ça. Elle croyait qu'il la protégeait, qu'il l'aimait plus que tous les autres. Elle en est morte. Un jour où l'autre, il nous abandonne tous. Même les personnes qui aurait fait de très grands tueurs.''


Je ne pus m'empêcher de repenser à mon élève. Elle était si parfaite dans son rôle de tueuse que je l'admirais. Dans toute ma vie, je n'ai admiré qu'une personne, Satan. Maintenant je le déteste. Il a arraché à ce monde la seule élève qui apprenait et savait. La seule élève qui aurait mérité de vivre des siècles et des siècles. Une élève qui aurait pu devenir plus dangereuse que Kendra et Hécate réunies. Mais ça n'a pas du lui plaire. Car ce n'était pas lui qui avait trouvé cette élève. Mais moi. Vampire de plus de deux milles ans, condamné à vivre encore et encore. Parce que j'ai osé trouver l'enfant rarissime. Celle qui était née pour être une tueuse. Celle qui voulait en être une. Celle qui en était une bien avant de naître. Celle qui m'a mené à elle pour que je tue ses parents et la transforme. Pour qu'elle puise tuer pendant des siècles. Satan a prit sa vie et rejette la mienne pour ça. Parce que j'ai osé répondre à l'appel d'une enfant. Celle qui aurait pu tous nous tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 22
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Lun 28 Juin - 15:13

    Les yeux fermés, on aurait dit un innocent. Mais la fureur qui bouillonnait dans ses veines me disait le contraire. Va-t-il me tuer ? En est-il vraiment capable. Faire une telle chose à celle qu'il surnomme amèrement la marionnette de Satan ? Je sais qu'il le déteste. Je sais qu'une guerre interminable les oppose. Mais est-une raison pour mettre fin à mes jours ? Moi qui pourrait l'accompagner. Il est trop égoïste pour ça. Ses élèves ne sont peut-être pas morts comme il l'entend et le dit mais de ses propres crocs, de ses propres armes. Je sais qu'il est capable de faire n'importe quoi. Tant que cette tuerie lui provoque le plaisir qu'il a toujours cherché à éprouver pendant ces longues années. Est-il psychopathe ? Il le semble. Le voilà qui hurle. Qui me crache au visage la haine sans limite qui fait battre son cœur. Ai-je choisi d'être sauvée par le diable ? Ai-je choisi de tuer pour le servir ? Il a sûrement raison. Je ne suis qu'un pion parmi tant d'autres. Un pion qui, quand il sera trop usé pour fonctionner correctement et obéir aux ordres, sera jeté indifféremment par dessus son épaule et sera oublié à jamais. Mais il est trop tard maintenant. Trop tard pour sauver le peu de dignité qu'il me reste. A moins que le fauve aux yeux luisants penché sur moi, à l'allure obscène et perverse dans le halo lumineux de la lune, ne fasse quelque chose pour me sauver de son emprise.

    Je ne dis plus rien. Je pousse un malheureux soupir qui se perd dans l'immensité de la plaine aride. Soupir que je laisse échapper non sans mal. Il me tient à la gorge. Je suffoque. Je vais mourir. De la pire des façons qui soit. Étouffée par un assassin professionnel. De la même manière que j'ai tué tant de gens. Mon cœur n'est plus irrigué comme il devrait l'être. Mon cœur de pierre que rien ne peut adoucir. Je ne touche plus la terre de mes pieds glacés. Mes bottes se balancent dans le vide au gré des mouvements de fureur de Dracula. Va-t-il me lâcher ? Me laisser tomber et partir en ne se préoccupant uniquement que je pourrisse dans le désert ? C'est sûrement ce qu'il compte me faire. Pour ne l'avoir pas écouté. Pour n'être qu'une idiote qui croyait en Satan commet les habitants des villages perdus d'Exodus s'obstinent à croire à un dieu qui ne peut rien pour eux. Un dieu impuissant qui ne pense qu'à manger du raisin doré sur le mont Olympe ou sur ses nuages d'argent et à courtiser les femmes qui l'entourent pour qu'il ne s'ennuie pas. Un jour une putain. C'est pitoyable. Le vampire aux yeux rouge sang ferait bien de m'étouffer pour de bon. Puisqu'il n'y a plus que pour ça que je vis : mourir sous son poing musculeux et son regard de glace. Je commence à perdre connaissance. Je ne vois plus que du noir et la lueur harcelante de ses prunelles rougeoyantes. Il me relâche enfin.

    J'atterris lourdement sur le sol. Rien n'amortis ma chute. Lui a le dos tourné. Lentement, je reprends mes esprits. Je n'entends presque rien de ses paroles. Je me relève avec difficulté et essuie le sang qui a coulé de ma bouche. La sueur perle à mon front et mes jambes tremble. C'est quelque chose qui ne m'est jamais arrivé étant sous cette forme-là. Étant petite, quand je manquais de nourriture parce que je n'avais pas pu manger pendant des jours durant, je marchais de la sorte, titubant à chaque pas et m'écrasant dans la poussière, soulevant un nuage qui me faisait tousser. Aujourd'hui une telle chose ne devrait plus m'arriver. Et pourtant lui a réussi a me faire subir l'humiliation. La même que je ressentais lorsque les garçons du villages, ceux que j'admirais tant et avec qui je rêvais de mariage et d'amour, riaient de moi aux éclats en me voyant m'étaler sur le chemin boueux. Une voix me souffle de me venger de ce geste qui m'a fait perdre le peu de fierté qui me restait. A l'intérieur de ce cœur qui ne peut plus ni aimer ni prendre en pitié. Et pourtant, je ne peux pas m'attaquer à lui. Lui qui a l'air de tout connaître ; de tout pouvoir m'apprendre. Satan est-il jamais venu sur terre ? Dracula l'a fait pendant des milliers d'années.

      "Tu as raison. Il ne m'a pas sauvée parce que j'étais spéciale mais pour se servir de moi. Jamais plus je n'obéirai à ses ordres maintenant. Je suis une idiote. Qui croit tout savoir mais qui ne sait rien."


    Je marche vers lui. Mes jambes me paraissent être du coton pur. Celui que l'on ramasse dans les champs blancs l'été et dont on fait des oreillers. Je me raccroche au désespoir qu'il me reste. La seule chose à vrai dire qui puisse animer mon corps presque dénué de vie. Un cailloux mal placé, bien que minuscule, me fait trébucher et je m'étale dans la poussière. Un autre de ces pierres écorches ma main qui saigne abondamment. Mon visage est lui aussi complètement déchiré. Mes yeux ne pétillent plus du malheur des autres ; comme avant. Je me retrouve comme l'enfant que j'étais autrefois. Avant de croire à tout ce que me murmurait Satan à l'oreille. J'entends déjà les rires rauques de Dracula. Il va me laisser là c'est presque sur. Je ne peux plus me relever de toutes façons. C'est comme si je n'avais plus aucune force. Comme si mes pouvoirs s'étaient tous envolés. Mais je sais pourquoi. Parce que Satan a entendu. Il a compris que je ne le servirai plus. Et il m'a ôté ce qui faisait ma force et qu'il m'avait donné. Je suis donc redevenue une pauvre humaine. J'ai seulement gardé mon physique attirant ; ça il ne peut pas me l'enlever. Il ne peut pas me le prendre. Tout cela m'appartient à présent. Mais que vais-je faire ? Le noire s'empare de moi. J'appelle à l'aide.

      "Je t'en prie. Aide-moi."


    Mon souffle se perd. Ma voix s'éteint. Je perds peu à peu conscience. Je ne vois plus que le visage de celui qui m'a faire prendre conscience de la réalité. Dracula. Serait-il possible que j'éprouve quelque chose pour lui ? Ou n'est-ce qu'une illusion ? De toutes façons, ça ne pourrait être réciproque. Il ne peut aimer que lui-même. Et personne d'autre. Et encore moins une idiote égocentrique comme moi. Je l'admire plus que je n'ai admiré mon sauveur. Aurais-je le droit à une seconde chance ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 22
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Lun 28 Juin - 16:18

Doucement elle se relève, je l'entends d'ici. Elle semble si faible. Qu'ai-je fait ? Je fermai les yeux pour ne pas penser à tout ça. Ne pas penser que je viens de lui ôter ce qu'elle avait de plus cher. Je n'ai pas envie de croire qu'elle va perdre la vie cette nuit. Cesse de gémir ! Fais-toi oublier ! Je ne veux pas t'entendre te trainer jusqu'à moi. Non, ne parle pas ! Ne dis pas ça ! Surtout pas ça ! Arrette-toi Morwenna... Je me redressai lentement, me retrouvant assis au milieu de la pleine. J'ouvris les yeux pour la voir se trainer vers moi. Tu vas mourir si tu continues... Ne fais pas cette bêtise là... Non... Je la vois tomber, mais je ne peux pas bouger. Tout mon corps est paralysé alors que je suis le spectateur de l'abandon du diable. Encore une fois je vois cette chose horrible. Il t'a donné la vie... Il va te la reprendre... Non... Il ne doit pas faire ça ! J'entends son murmure, son coeur bat toujours mais il est épuisé. Qu'ai-je fait ?

"Morwenna..."

Simple murmure, je ne peux rien dire de plus. Mais, que pourrais-je dire ? Je viens de la condamner à mort. Elle a renoncé à Satan. Il va reprendre tout ce qu'il lui a donné. Ne m'avais-tu pas dit qu'il t'a donné une seconde chance ? Une seconde vie ? Tout ça, il va te le reprendre Morwenna. Il ne fallait pas dire ça, je n'aurais pas dû faire ça. Excuse-moi. Comprends-tu pourquoi je le déteste maintenant ? Comprends-tu ce qui fait bouillir mon sang ? Il abandonne ses disciples sans pitié. Il ne leur laisse même pas une petite parcelle de vie. Pourquoi ne pourraient-ils pas vivre encore un peu ? Le temps qu'ils se rachettent ? Mais non. Morwenna... Je ne veux pas voir ça. Je ne peux pas.

Je voulus me lever, je jetais même un coup d'oeil à ce violon posé sur le sol. J'allais tourner les talons quand l'odeur du sang emplit mes narines. Je tombai à genoux alors que la douce chanson résonnait dans mon crâne. Je portais mes mains à mes oreilles et me pliais en deux. Non ! Je ne devais pas la mordre ! Pas elle ! Arretez ! Mais les voix ne cessent de s'amplifier. Je ne veux pas faire ça. Je ne dois pas... Ton sang continue de chatouiller narines. Un si délicieux parfum ne devrait jamais exister. Il ne devrait pas car il apporte la malédiction des Vampires ou la mort. Je ne veux pas te mordre. Je ne dois pas. Crois-tu que je pourrais résister jusqu'à l'abandon de la vie dans ton corps ? Morwenna... Empêche-moi de faire ça... S'il te plait...

Mais le chant est plus fort. Si envoutant. Il est si mélodieux. Un chant parfait en harmonie avec une odeur parfaite. Doucement je me relève, mes yeux rouges brillants de milles feux dans l'obscurité de la nuit. Mes pas sont lents et mes yeux fermés. Mais je continue de marcher, je sais où je vais, je suis guidé par le parfum si délicieux. Oh Morwenna, si tu sentais ce que je sens maintenant, tu comprendrais que je n'ai pas le choix. Que tu ne me laisses pas le choix. Je me penchais avec délicatesse sur son corps immobile sur le sol. Doucement je le fais basculer sur le dos. Ta main est pleine de sang. Mais ce n'est pas ta main que je vois. Mes yeux rouges ne peuvent se détacher de cette artères qui bat difficilement dans ton cou. Je laisse ma main glisser sous ta tête, je m'approche de ta peau si blanche et si fragile. La lune se cache derrière un nuage, elle aussi elle ne veut pas voir ça. Avant que mes crocs ne se plantent dans ton cou, j'arrive à articuler deux mots.

"Excuse-moi..."

Le chant reprend le dessus et mes crocs se plantent dans sa peau si douce et parfaite. Je sens le délicieux liquide couler dans ma gorge. Mes yeux se ferment et je continue de boire lentement. Savourant son gout si particulier. Si tu savais à quel point je m'en veux. Mais, je ne peux pas oublier ses mots. « Je t'en prie. Aide-moi. » Avant que je n'ai pu lui arracher la vie, je redeviens maître de moi-même. Je me redresse, laissant le venin faire ce qu'il a à faire. Tu voulais une seconde chance ma belle ? Te voilà servit. Maintenant, tu deviendras une Vampire comme je le suis moi. Maintenant tu seras condamnée à vivre une éternité sur cette terre de malheur. Excuse-moi Morwenna. Je ne voulais pas faire ça. Sans réfléchir, je pris son corps si fragile entre mes mains et je la serrais contre moi. Me maudissant mentalement. Qu'ai-je fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 22
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Jeu 1 Juil - 10:07

    Il allait m'abandonner ici. J'allais mourir alors que j'aurais pu accomplir tant de chose. Je sentais déjà toutes mes forces m'abandonner. J'aurais voulu qu'il me redonne un peu de vie. Un minuscule parcelle avec laquelle j'aurais pu continuer à tuer pour mon propre compte. Pour mon propre plaisir. Même si avec le peu de forces qui me restaient, je n'aurais pas pu tuer tant de gens que ça. Et pourtant, Dracula ne semblait pas vouloir me sauver. Mais de toutes façons ; qu'aurait-il pu faire... M'achever peut-être ? Pour que je ne souffre plus de l'abandon de Satan. Le noir avait déjà voilé ma vision. Je ne voyais plus rien ; même la lueur rassurante de la lune avait disparue. C'était la fin. Je ne voulais pas mourir comme une simple victime. Comme ceux que j'avais pris du plaisir à faire frissonner le soir à la sortie du bar. Comme le simple jouet du diable. Sa marionnette. Voilà pourquoi il m'avait appelée sa poupée. Je ne pouvais pas comprendre. Trop idiote. Dracula avait raison. Finalement, je méritais peut-être de mourir comme la victime du dieu des enfer. Du maître de la mort. Du meneur de Cerbère.

    Les pas du vampire s'éloignaient déjà et n'étaient plus qu'un son étouffé dans mon esprit. Je me laissai tomber à terre ; dans la poussière. Je ne pu reprendre espoir lorsque le vampire revint. Je n'entendais plus ses bottes s'enfoncer dans la terre sèche et je ne le voyais plus. Je compris qu'il était revenu lorsque son souffle chaud me fit frissonner. Je sentis ses lèvres effleurer mon cou. Je gémis ; très faiblement. Je savais ce qu'il allait faire. Je n'étais pas vraiment sûre d'en avoir envie. Pas vraiment sûre de vouloir devenir ce qu'il était : un être éternel qui vit pour ôter le plaisir de vivre au gens. Mais était-il vraiment comme ça ? Oui. Sûrement. Comme pouvait être un vampire qui avait souhaité le devenir et le rester pour toujours. Sans pouvoir mourir. Sanguinaire ; je ne voyais pas d'autre possibilité. D'autre échappatoire.

    Je ne bougeais plus. Mes muscles ne répondaient plus. Je n'entendis pas ce que Dracula prononça comme parole. Des adieux ? Des excuses ? Je m'en fichais bien. Ses crocs se plantèrent dans l'artère faiblement battante de mon cou et le venin s'insinua dans tout mon corps. Je le sentais prendre possession de toute ma personne. Dracula absorbait mon sang ; presque jusqu'à la dernière goutte. Il pouvait me tuer ça ne me ferait rien. De toutes façons j'étais déjà presque morte. A quoi bon garder espoir ? Et pourtant, avant qu'il ne me vide entièrement de ce qu'il me restait pour vivre, il retira ses crocs tranchant de ma chair. Je me sentais défaillir. Lui me prit dans ses bras. Corps chétif étreint par un géant. Si j'avais pu ; si j'avais été en possession de tous mes moyens et de toutes ma conscience, je crois que je l'aurais... embrassé ?! Non. Je ne pouvais pas faire cela. C'était contre nature. Contre ma propre nature mais aussi contre la sienne. Et pourtant...

    Maintenant, la transformation, ma transformation, avait commencé. J'allais vivre trois jours de calvaire ; de souffrance ; de désir de mourir encore plus qu'autre fois. Et cela commençait vraiment dès maintenant. Je sentais une force nouvelle en moi. Mais je n'arrivais pas à la contrôler comme je contrôlais la vie de mes dessins. Le froid et le chaud se battaient dans mon corps. Je frissonnait et bouillonnait. C'était comme si deux bêtes féroces s'affrontaient dans mon cœur. Mon esprit était totalement embué. Et heureusement que j'étais allongée contre Dracula car je me serais affalée par terre si je m'étais tenue debout. Et ce n'était que le début de cette souffrance irréfutable. Je gémissais, hurlais, criais. Je voulais me tuer d'un coup de couteau. Je tentai d'en dessiner un sur le sable pour qu'il apparaisse et que je puisse l'utiliser mais mon corps n'obéissait pas. Bientôt je serai Morwenna la vampire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 22
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Jeu 1 Juil - 12:34

Morwenna. Comment t'expliquer ma haine en ce moment. Comment t'expliquer ma honte en ce moment. J'ai honte d'avoir succombé au chant de ton sang. Honte de devoir te forcer à devenir Vampire. Et si tu ne veux pas ? Et si tu préférais mourir ce soir ? Mourir dans mes bras, alors que je te serre contre moi. Je ne cesserai jamais d'avoir honte, même si tu me dis que c'est ce que tu voulais. J'accompagnerais tes premiers pas pour me faire pardonner. J'ai fait quelque chose d'impardonnable, je le sais. Mais laisse-moi t'accompagner. Telle sera ma punition. Je n'aurais jamais dû faire ça. J'ai laissé le chant m'envahir et conduire mes pas jusqu'à toi. Je n'avais pas le choix, et bientôt, tu comprendras toi aussi ce que ça fait d'être Vampire.

Quelque chose de mort en moi depuis des siècles, se tordait dans tout les sens en me faisant affreusement mal. Je ne pouvais pas la regarder souffrir en plein milieu de cette plaine, dans mes bras. Je me relevai, la serrant contre moi, ne la lâchant pour rien au monde. Je pris son violon et le posai sur son corps allongé sur mes bras. Sans plus attendre, je me mis en marche. La lune ne souhaitait pas réapparaître, elle se cachait derrière les nuages alors qu'à ce moment là, j'avais affreusement besoin d'elle. Mais, tant pis, je m'en passerais pour cette nuit.

Le soleil se levait à l'horizon quand j'atteins les portes de Myridia. J'avais déjà marché pendant deux nuits et un jour. Morwenna souffrait toujours alors que je la tenais contre moi. Mon souffle était rauque et irrégulier, comme si j'avais courus pendant des heures en simple humain. Mais je n'avais fait que marcher pour ne pas agiter ma protégée. Mes cheveux noirs barraient mon visage sale. Le garde à l'entrée de la ville ma barra le chemin. Il n'avait pas confiance en moi apparemment. Mais, quand je m'arrêtais, les cheveux de Morwenna s'écartèrent pour dévoiler son visage endormie mais souffrant. Je levais mes yeux vers le garde qui semblait choqué. Sans plus attendre j'entrais dans la ville. Les gens se poussaient sur mon passage, effrayés par mon visage sale et mon souffle difficile. Mais surtout, par la femme que je portais et la flèche qui dépassai de ma cuisse mais qui ne m'empêchait pas de continuer d'avancer. Mon sang coulant lentement le long de ma jambe. J'ignorais la douleur et continuai, approchant de mon but.

L'aubergiste avait eu d'abord envie de nous virer de son établissement. Mais en observant bien l'état de ma protégée et le mien, il avait décidé de nous donner une de ses chambres. Ce n'était pas la meilleure mais il y avait un lit. Je déposai Morwenna sur le matelas et tombai sur le sol, épuisé. Sans réfléchir, j'enlevai la flèche plantée dans ma chaire et serrai les dents. La douleur était largement plus supportable que celle qui m'habitait mais les deux ensembles allaient finir par m'achever. J'eus le droit de me laver et de panser ma blessure en échange de quelques pièces. La jambe en feu, j'étais assis à la fenêtre de la chambre. J'observai l'extérieur, ne voulant pour rien au monde quitter cette pièce. J'avais à mes côtés une dague, celle que je gardais dans ma botte, pour dissuader les gens qui voudraient nous embêter. C'est le dernier jour, le soleil va bientôt se coucher. Morwenna va bientôt se réveiller. Elle découvrirait la salle dans laquelle elle a enduré sa transformation. Elle découvrira son violon, posé juste à côté d'elle. Elle découvrira la beauté de la nuit et surtout... la faim des Vampires. Je fermai les yeux, redoutant de croiser son regard quand elle se réveillera. Morwenna...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 22
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Jeu 1 Juil - 15:22

    Tout serait bientôt terminé. Pendant ces trois jours qui m'avaient paru durer une éternité, je n'avais cessé de souffrir. Parfois, la douleur s'estompait légèrement pour devenir plus vive l'instant d'après. Et même en ce moment, alors que je sentais que le supplice interminable allait prendre fin, la douleur était plus forte que jamais. J'allait bientôt me réveiller. Mes crocs seraient pointus. Je serai une vampire. Et pour toujours. La seule chose que je souhaitait, c'était que Dracula reste avec moi... pour toujours. Pour l'éternité ! Puisque nous étions tous les deux immortels ; tous les deux avides de tuer. Tous les deux amoureux de la lune. Et tous les deux contre le diable.

    La douleur cessa enfin. J'étais libérée d'un poids dans mon cœur. Une force qui se battait contre mon corps depuis le début. Avais-je la force d'ouvrir les yeux ? Oui. J'écorchai l'une de mes lèvres à mes crocs de vampire. Je gémis. Le sang perlait à ma lèvre inférieure. Je l'effaçai du bout de la langue et me délectait de ce goût merveilleux qu'il avait. C'était donc ça être un vampire ? En plus d'être immortel, on ne pouvait plus se passer de ce liquide rouge ? Pourquoi pas après tout. Je commençais à regretter de n'avoir pas demandé plus tôt à Dracula de me mordre. Je regrettais aussi d'avoir souhaité mourir. Car après tout ce n'était pas si mal ce nouveau corps.

    Je me levai du lit où le vampire m'avait posé. Du moins je pensais que c'était lui qui l'avait fait. Mon violon était posé près de moi. Je caressai le bois finement sculpté et verni. J'avais moi-même décidé des motifs qu'il arborerait. Et je le trouvais toujours aussi magnifique que la première fois qu'il m'était apparu. C'était mon tout premier dessin. Et j'en étais plutôt fière. Je me mis debout sur le sol de l'auberge. Je reconnaissais cet endroit. Je n'en habitais pas loin étant enfant. La tête me tournait toujours un peu mais je parvins à rester debout. Dracula était toujours là. Je ne savais pas quoi lui dire. Merci peut-être ? Il semblait s'en vouloir. Et toujours cette envie irrésistible de... Il ne fallait pas !

    Je m'approchai de la vitre et m'assit près de lui. Mon physique n'avait pas changé. De mes doigts fins, j'effleurai mes crocs. Ils étaient tels de l'ivoire : résistants et blancs comme la neige. C'était une sensation étrange mais intéressante. En somme ; rien chez moi n'avait changé. Il faudrait juste m'habituer à ce nouveau corps. Une vitesse et une force vampirique. Des crocs pour tuer. Une peau encore plus blanche qu'elle ne l'était avant. Et, telle Blanche Neige, des lèvres rouges comme le sang. J'étais devenue encore plus belle qu'avant. Magnifique. Plus encore que Satan n'avait su me rendre. Je me tournai vers Dracula et prononçai un seul mot ; à mi-voix :

      "Merci..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 22
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Jeu 1 Juil - 16:36

Morwenna se réveillait. La voir souffrir avait été insupportable mais jamais, jamais je n'ai quitté cette pièce. Je devais rester ici. Je le devais jusqu'au moment où elle se réveillerait. Maintenant qu'elle était réveillée, j'aurais pu partir. Mais je restais là, assis sur le bord de la fenêtre, les yeux fermés. Je l'entendis gémir, et instinctivement, je portais une main à la dague et sondai la pièce à l'aide de mes sens surdéveloppés. Il n'y avait personne, mais pendant une seconde, je sentis l'odeur du sang. De son sang. Elle était si forte que pendant cette seconde, je ne sentis plus mon propre sang qui continuait de couler, imbibant le bandage à ma jambe. Je savais que, une fois qu'elle serait entièrement réveillé, elle sentirait cette odeur. Si forte... La chambre empeste l'odeur de mon propre sang. Penser que j'en perd autant me donne envie de vomir. Mais grâce au fait que je suis Vampire, la blessure est en train de guérir. Bientôt, ça ne sentira plus.

La jeune Vampire se leva. Je la sentis caresser son violon puis elle s'approcha et s'assit non loin de moi. Son odeur, si forte et si délicieuse, me força à ouvrir les yeux. Mon souffle se coupa l'espace d'un battement de cœur. La transformation l'avait embellie plus que le Diable n'avait réussi à le faire. Un sourire étira mes lèvres devant le défi que je lui avais lancé en créant cet être d'exception. Ma vie sera d'un coup plus intéressante. Je sens que je vais devoir lui montrer à quel point ma haine me rend fort. Oui, juste la haine, parce que dans mon cœur de Vampire, il n'y a pas de place pour autre chose. Je jetais un coup d'œil à Morwenna. Oh si, il y a de la place pour la fierté. Parce que, en dessous ma honte, je suis fier d'avoir créé Morwenna la Vampire. Mais après, peut-être pour... Ca m'étonnerait, mais pourquoi pas. Les caprices d'un cœur sont impossible à décrypter pour ceux qui ne veulent pas regarder. Pour ceux qui ont autre chose à penser. Pour les gens comme moi.

''Ne me remercie pas. Pas pour ça. On ne dit pas merci pour ça. Je t'ai laissé une chance mais le prix de cette chance est insupportable. Tu es condamnée à rester en vie et à te nourrir de sang. Crois-tu que c'est une chose bien ? Je parie que tu as faim Morwenna, et l'odeur de mon sang ne doit pas arranger ça. Viens.''

Oh oui ma belle, tu vas très vite regretter tout ça. Je ne pourrais pas te regarder sans avoir honte. Et pour ne pas te montrer cette honte, je vais être froid et distant. Ce n'est pas ce que tu voulais je présume. Mais c'est comme ça. Tu es là devant moi, rayonnante de beauté et assoiffée de sang. Mais ça, ça me rappelle que j'ai laissé le chant m'envahir. Ca me rappelle que je t'ai mordu et étant dans l'incapacité de t'enlever la vie, je t'ai transformer. Après t'avoir vu souffrir pendant trois jours, je ne peux toujours pas supporter de te regarder sourire et me remercier pour ça. Cette chose qui est sûrement ma plus grande honte. Mais ton merci me refait penser à mon ancienne élève. Alors systématiquement mes yeux coulent vers toi pour admirer ma création. Puis fuient sous la honte. Et oui Morwenna, désormais, plus rien ne semble être pareil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Peur ? [pv]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Chronicles ~ v8 . :: M Ë N Y A R. :: 
[[. Plaine Félicité.
-
Sauter vers: