AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Peur ? [pv]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 23
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Jeu 1 Juil - 17:29

    La faim. Oui. La faim me tiraillait le ventre. Mon cœur était prit dans un étau de glace ; de pierre ; et d'immortalité. Désormais, je n'étais plus qu'une âme errante. Une vampire comme... Kendra Shine. J'étais son égale à présent. Plus rien ne pourrait m'empêcher de vaincre sa puissance et d'être adulée par tous les habitants d'Exodus. Un sourire se dessina sur mon visage. Cette garce qui se pensait plus puissante et maligne que tous les autres allaient payer pour sa modestie profondément cachée. Mais l'heure n'était pas à la vengeance. Je la sentais cette odeur dont Dracula venait de me parler. Je la sentais même très bien. Elle me chatouillait les narines et je me surpris à me boucher le nez pour m'empêcher d'arracher sa jambe au vampire qui m'accompagnait. Il fallait que je boive du sang. Beaucoup plus que ce que j'avais avalé en léchant le mien ; celui qui avait coulé de mes lèvres lorsque je m'étais écorchée avec mes crocs flambant neufs.

    Il ne comprenait pas la véritable raison de mon remerciement. Moi-même j'avais cru d'abord que ce simple mot avait servi à le remercier de m'avoir transformée, sauvé la vie. Mais c'était en fait une toute autre chose. Je comprenais maintenant pourquoi j'avais prononcé ce mot si significatif. En fait, je voulais lui dire merci pour n'être pas parti. Surtout pas pendant ma transformation. Surtout pas maintenant que j'étais réveillée et que je ne souffrais plus. Même pas maintenant. Et puis, de plus, il m'avait emmenée jusqu'ici. Il aurait pu me laisser dans cette plaine aride ; seule et sans défense. Il aurait pu me laisser pourrir là-bas pendant que je me transformais comme une misérable ! Mais il ne l'avait pas fait. Il m'avait simplement transformée. Là était peut-être son erreur. Car le voulais-je vraiment ? Je n'en étais plus très sûre à présent.

    Dracula empestait la honte. Mais je ne voulais pas qu'il s'éloigne de moi uniquement parce qu'il avait fait ça. Il fallait qu'il comprenne que ce qui était fait était fait et qu'on ne pouvait ; ni lui ni moi ; revenir en arrière. Il ne devait pas s'en vouloir. Il était vrai que cela semblait terrible d'être immortel et de ne pas pouvoir trouver le repos éternel. Mais à deux, on peut tout affronter. J'espérais qu'il me prendrait sous son aile. Au moins le temps que j'apprenne à me servir de mon nouveau corps. Je lui offrais ma confiance et c'était à lui de la saisir. S'il partait sans aucune excuse valable, alors c'en était terminé. Je ne lui adresserai plus jamais la parole. D'ailleurs, c'est ce que lui semblait faire avec moi dès cet instant. Je sentais qu'il avait prit la décision de m'ignorer totalement. D'être froid et distant avec moi. Mais je ne voulais pas !

      “Oui j'ai faim. Et c'est vrai que l'odeur de ton sang me donne envie.”


    Je me décidai à lui expliquer l'origine véritable de ce remerciement.

      “Et pour le merci de tout à l'heure ; ce n'était pas pour m'avoir transformée. Parce que je conçois que ça doit être difficile d'être contraint de vivre éternellement et de se nourrir inlassablement de sang. Mais je voulais te remercier pour ne pas m'avoir abandonnée à mon propre sort pendant ma transformation. Car tu m'as amenée ici et tu es resté avec moi pendant ces trois jours où j'ai vécu les pires choses. Et tu aurais pu partir maintenant ; quand je me suis réveillée. Mais tu ne l'as pas fait et je t'en suis reconnaissante. Voilà.”


    Je me levai et marchai vers l'autre côté de la chambre. Le lit était dur mais assez confortable par rapport aux ruelles dont j'avais l'habitude. Je m'y assit et regardai la chambre dans son ensemble. Tout en essayant de croiser le moins de fois possible le regard de Dracula. Car même s'il était tourné vers la fenêtre, le reflet du verre me faisait plonger dans ses yeux dès que je les croisais. Et je ne voulais pas. Je n'avais pas le droit. Pas le droit d'aimer. Et surtout pas lui. Ç'aurait été comique... Morwenna et Dracula : Un couple d'assassins tuant pour le plaisir. Pitoyable. Les vampires n'aiment pas. Du moins je n'en connais aucun qui ait jamais aimé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 23
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Ven 2 Juil - 12:11

Oui, je crois que j'ai fais une erreur. J'aurais dû te tuer dès que je le pouvais. Tu ne dois pas penser que tu es plus forte ou aussi forte que Kendra Shine. Pour cela, il faudrait que tu sois à moitié démon, comme elle. Elle est plus vieille que tous les Vampires, et elle n'est pas seule. Certains disent avoir aperçu une silhouette encapuchonnée trainer non loin d'elle. Mais, ce qui m'inquiète le plus, hormis le pourquoi de la cape, c'est ce qui est en Kendra. Elle ne sent pas comme nous sentons, nous, Vampires. Elle a l'odeur nauséabonde des démons. Morwenna, ne pense pas pouvoir la terrasser. Kendra n'est pas normale. Elle n'est pas comme toi et moi.
Des légendes disent qu'un démon lui aurait arraché le cœur. Je n'ai pas envie d'y croire mais, le rapprochement peut se faire entre l'arrachement de son cœur par un démon et son odeur de démon. Méfis-toi, elle pourrait bien être attirée par ton odeur et essayer de te manipuler comme elle y arrive si bien. Voilà une autre raison pour expliquer pourquoi je ne dois pas t'abandonner. Je ne me donne pas la prétention de la faire fuir, mais il se pourrait bien qu'elle évite d'approcher si je suis avec toi. Elle ne m'aime pas beaucoup.

Tu la sens cette odeur, n'est-ce pas ? Tu as envie de me sauter dessus, n'est-ce pas ? Vas-y, qu'est-ce que tu attend ?! Prends mon sang. Prends ma vie. Je n'en ai plus besoin maintenant que je t'ai transformée. Maintenant que la honte m'empêche de vivre comme avant. En homme libre et sanguinaire. Sadique et emmerdeur. En tueur. Je vais devoir redevenir maître alors que j'ai juré de ne jamais le redevenir. Quand j'entendais ta réputation et les rumeurs qui couraient sur toi, l'envie de te rencontrer me poussait vers l'avant. Maintenant que tu as fait irruption dans ma vie, plus rien n'est pareil. Tout à changé d'un seul coup. J'avais juré de ne plus faire des choses que j'ai faite avec toi. Si je savais que ça finirait comme ça, je crois que je n'aurais jamais souhaité te rencontrer.

Je me levai de la fenêtre pour me diriger vers la porte. Elle commença alors à m'expliquer pourquoi elle m'avait remercié. Elle ne comprend donc pas le problème dans tout ça. Je serrais les dents et fermai les yeux, la laissant finir son monologue. Elle voulait que je lui dise quoi ? Que c'est parce que je l'aime que je ne l'ai pas abandonnée ? J'ai l'habitude de mentir, mais ce genre de mensonge, elle ne doit pas les entendre.
Morwenna... Tu as encore tout à apprendre. N'as-tu jamais remarqué des couples étrangement beaux dans les rues des villes ? N'as-tu pas remarqué leur visage parfait et leur accord parfait ? C'est ce qu'on appel un couple de Vampire. Il apporte l'admiration et la jalousie. Il attire les proies. Nombreux sont les Vampires amoureux d'autre Vampires. Ils vivent à deux et dans leur vie, ils ne seront que eux deux. Jamais, même si un des deux meurt, l'autre n'ira avec une autre personne. C'est ce que vous appelez de âmes-sœurs. Les Vampires s'aiment pour l'éternité ou ne s'aime pas. C'est comme ça.

''J'ai dit : viens ! Tu dois te nourrir avant de sauter sur n'importe qui.''


Je posai ma main sur la poignée et ouvris la porte. Avant qu'elle n'ait pu réagir, j'étais déjà dans le couloir et j'avançai à pas lent, comme les Humains. Nous ne devons pas paraître suspect. Notre arrivée a déjà assez attiré de regard sur nous deux. Maintenant qu'elle est comme elle est, il faut se faire discret. Se faire oublier. Je m'arrêtais devant l'escalier qui descendait dans la salle de l'auberge. J'attendis que Morwenna me rejoigne. Toutes ces odeurs risquent de ne pas arranger sa faim dû à sa renaissance. Je devais être là pour l'empêcher de faire une bêtise. C'est comme un chien qu'on tient en laisse. Même si on le tient, il peut, à tout moment, bondir et nous arracher la laisse des mains. Il faut quelqu'un de fort pour retenir un Vampire. Il faut, un autre Vampire. Il faut un Maître pour retenir l'Elève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 23
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Sam 3 Juil - 13:00

    J'avais correctement envisagé l'avenir. Depuis mon réveil, Dracula se montrait froid et distant vis-à-vis de ma personne. Je décidai donc d'obéir sans rechigner ; je ne savais faire que ça de toutes façons. D'après le vampire, je devais me nourrir avant de me jeter sur la première personne à ma portée dans le but de boire tout son sang. Où allait-il m'emmener pour que je me délecte du sang frais dont j'avais tant besoin ? Etait-il possible que je doive à nouveau tuer ? Cette fois-ci, néanmoins, pour me nourrir. Cela m'excitait à un tel point que je manquai de courir à vive allure vers l'extérieur. Mais la démarche lente et savamment mesurée de Dracula me fit revenir à moi et je compris qu'il ne fallait pas que nous soyons découverts. Ainsi, je me forçai à avancer le plus lentement possible ; comme je le faisais avant et comme le faisaient tous les humains. J'avais l'impression de marcher dans une autre dimension de l'espace-temps. Un dimension ralentie où il faut prendre le temps d'apprécier les choses. C'était une sensation bien étrange dont je ne pu me détacher qu'une fois arrivée à auteur de mon mentor.

    Les murs de l'auberge, ainsi que la rampe de l'escalier, étaient poisseux. Des bruits de conversation montaient de la salle où les repas étaient servis aux voyageurs qui s'apprêtaient à partir, juste en bas de l'escalier devant lequel nous attentions. Je tentai de ne pas prendre garde aux odeurs alléchantes de sang frais qui parvenaient à mes narines. La rampe de l'escalier luisait ; non pas de propreté étincelante mais de graisse que les ouvriers aux mains sales avaient déposée là. Je réprimai un haut le cœur. Cet endroit était sincèrement répugnant et il me tardait d'en sortir au plus vite. Mais Dracula, lui, ne semblait pas pressé. Je jetai un coup d'œil par dessus la rambarde qui donnait sur la salle qui se remplissait en bas. Un serveuse aux joues roses et au corps élancé faisait des allés-retours entre le comptoir du bar et les tables éparses où certains hommes buvaient déjà ou jouaient aux cartes. L'un deux appela la serveuse et lui dit de s'asseoir sur ses genoux. Je fronçai les sourcils et me penchai un peu plus, comme une enfant qui espionne les passants, pour mieux voir ce qui allait se passer. La serveuse exposa son décolleté bien en vue devant le client qui déposa une liasse de billet entre ses seins. Ils disparurent ensuite tous les deux dans une salle ; elle riant et lui lui donnant des tapes sur les fesses. J'ouvris grand les yeux, surprise, et me retournai vers Dracula.

      “Quand partons-nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 23
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Sam 3 Juil - 19:18

Morwenna arriva à ma hauteur. Au moins, elle avait décidé de m'obéir. C'était déjà ça de gagner sur les autres élèves. Elle observa la salle et je la laissai faire, croisant les bras sur mon torse. Elle semblait intriguée par la serveuse. Un sourire amusé étira mes lèvres. Elle ne devait pas beaucoup venir dans les tavernes du coin. La jeune serveuse disparut dans une autre salle, suivit du client. Mon sourire s'agrandit quand Morwenna leva vers moi des yeux écarquillés par la surprise. Et oui, ici c'est comme ça. Ce n'est pas propre mais on a le droit à la compagnie d'une femme en échange de quelques pièces. En guise de réponse, je lui montrai le bas de l'escalier du menton. Je commençai alors à descendre les marches sans faire de bruit. Mon sourire s'effaça pour que mon visage redevienne froid et sans expression. Arrivé en bas, je balayai la salle du regard. Les misérables qui me regardaient reprirent leur conversation pour éviter mes yeux bleus. Satisfait, je traversai la salle, le tavernier me demanda si ma jambe allait mieux, je lui répondis d'un signe de main pour le remercier de son aide.

''Ce n'est pas très propre, c'est vrai. Mais au moins, ici, on ne pose pas de questions. Dépêche toi !''

Je poussai la porte d'entrée et jetai un coup d'œil au ciel étoilé. Nous avions du temps devant nous. J'attendis que Morwenna sorte à son tour avant de lâcher la porte et de m'avancer dans une ruelle. Trouver un innocent était une chose facile. Mais je me demandais s'il fallait que je la laisse faire pour sa première fois. Et puis, de toute façon, je ne pense pas que sa soif soit étanchée avec une victime. Nous verrons bien. Ma jambe se mit soudain à m'élancer. Je serrai les dents et mes yeux passèrent aux rouges. Mes sens s'accentuèrent encore plus. Je découvris alors une odeur alléchante dans une rue parallèle. Je pris une rue sur ma droite pour arriver vers ma victime. Elle était là, seule. C'était une jeune femme adossée au mur. Je l'observai silencieusement avant de dire à Morwenna de rester ici, dans l'ombre.

Je m'approchai de la jeune femme. Elle me vit arriver et me détailla de haut en bas. Elle avait bien remarqué que mes pas ne se dirigeaient pas vers l'autre bout de la rue mais vers elle. Ma jambe commençait de plus en plus à me faire mal. Quel mouvement avait pu rouvrir ma blessure ? Je serrais les dents un peu plus et sans le vouloir, je me mis à boitiller. Je m'arrêtais au milieu de la rue pour essayer de contrôler la douleur. La femme se redressa et fronça les sourcils. Je tombai à genoux et serrai ma cuisse avec ma main. C'était insupportable. Il avait mit quoi sur sa flèche ? Du poison ? La femme était déjà à mes côtés, elle posa sa main sur mon épaule et me demanda si j'allais bien. En fin de compte, peut-être que ma blessure pouvait s'avérer utile. Elle m'aida à se relever même si ce n'était pas utile. Je gardai une main sur ma jambe tandis que de l'autre je me tenais au mur. Je fis signe à Morwenna d'approcher.

''Désolé de vous déranger Madame mais je cherche la sortie de la ville pour apprendre à ma fille des choses qui lui seront utiles dans la vie. Sauriez-vous où est la porte la plus proche s'il vous plait ?''

Je n'avais pas confiance en mes capacités à faire croire aux gens que je disais vrai. Mais j'espérais qu'elle tombe dans le piège. Elle sembla hésiter puis sourit et m'expliqua où était la sortie la plus proche. Puis elle tourna les talons. Elle n'allait pas partir comme ça. Je me redressai et tendis la main. Mes doigts se refermèrent sur son poignet. D'un mouvement, je la fis tournoyer en faisant voler sa longue robe. J'adore ces effets là. Je l'attirai à moi et passai mes doigts dans ses cheveux pour sentir leur doux parfum. Le souffle de l'innocente était si chaud sur ma peau froide. Elle n'osait plus bouger mais je la sentis frémir. De terreur ? Je ne saurais le dire. Je déposai un baiser sur sa peau blanche et un de mes crocs se planta très légèrement dans son cou. Le souffle de l'innocente se coupa pour reprendre mais il était irrégulier. Je savourai la perle de sang qui avait glissé sur ma langue pour couler dans ma gorge. Satisfait, je fis tournoyer la femme pour qu'elle atterrisse dans les bras de Morwenna.

''Vas-y Morwenna. Prends ton temps. On a toute la nuit pour nous.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 23
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Dim 4 Juil - 15:19

    La scène qui venait de se dérouler sous mes yeux, dans la salle où les clients s'affairaient, ne semblait pas choquer Dracula. Au contraire, il esquissa un léger sourire devant mon air étonné ; avant de reprendre son air distant, froid et sérieux. Je soupirai et le suivit à contrecœur dans l'escalier grinçant et impropre. L'aubergiste demanda au vampire des nouvelles de sa jambe, ce à quoi il répondit par un signe de main avant de pousser la porte et de me presser pour sortir. Je franchis le panneau de bois à sa suite, laissant derrière moi les bruits de conversation qui reprenaient après notre passage. Dehors, il faisait frais mais l'air était supportable. Les étoiles scintillaient dans le ciel d'un noir d'encre. La lune n'était plus pleine. Plus comme le soir où Dracula m'avait transformée. Je levai des yeux pleins de regrets vers le ciel étoilé avant de presser le pas pour rejoindre le vampire qui marchait relativement vite devant moi.

    Les rues étaient désertes à cette heure-là. Je suivais les pas précis de Dracula qui serpentait dans les rues de Myridia, la capitale des humains. Il s'arrêta un instant pour humer l'air nocturne. Je stoppai ma marche derrière lui et attendis qu'il se remette en route pour faire de même. Sa jambe blessée par la flèche du garde semblait le faire souffrir. Je ne pouvais rien faire ; il refuserait toute aide et je le savais bien. Je me contentai de faire comme si je n'avais rien vu et poursuivi ma route, ralentissant légèrement pour rester à son allure. Le vampire sembla avoir trouvé ce qu'il recherchait depuis que nous étions sortis de l'auberge : l'odeur du sang frais d'un être humain. Il s'engagea dans une ruelle sombre, plus sombre que les autres, où était adossée contre le mur une jeune femme. Il s'approcha et se tint la jambe qui lui faisait mal. La femme s'approcha de lui et posa une main amicale sur son épaule pour lui demander si ça allait. Je plissai les yeux, guettant une attaque soudaine de mon nouveau mentor. Il se releva avec l'aide de l'humaine et me fit signe d'approcher. J'obéis et l'écoutai mentir. Il demandait la sortie la plus proche, prétendant que j'étais sa fille et qu'il voulait m'apprendre ce qu'il appelait "les choses de la vie".

    La jeune humaine lui expliqua par où sortir de Myridia avant de tourner les talons. Mais Dracula fut rapide : il lui attrape la poignet et l'attira vers lui, faisant tournoyer sa robe. Il passa ses doigts d'hommes dans les cheveux de la jeune femme et embrassa sa peau appétissante. Je le regardai faire, emplie de jalousie, les lèvres serrées. Il planta un de ses crocs dans le cou de sa victime et laissa couler une unique goutte de sang frais sans sa gorge. Ensuite, il fit à nouveau tournoyer la femme pour qu'elle atterrisse dans mes propres bras. Il me dit que je pouvais prendre mon temps, que nous avions toute la nuit devant nous. A ces mots, mes yeux brillèrent d'espoir. Même si je savais que ses mots ne signifiaient pas la même chose pour lui que pour moi. Ne regardant pas la victime apeurée dans mes bras, je plongeai mes crocs immaculés dans son cou et m'abreuvai de son sang. C'était délicieux. J'avalai tout jusqu'à la dernière goutte et laissai tomber le corps de la jeune femme sur le sol dallé. Je m'essuyai la bouche du revers de la main et interrogeai Dracula du regard. Avais-je correctement agit ? J'avais envie qu'il soit fier de moi ; qu'il comprenne qu'il ne gagnait rien à m'ignorer et à rester froid avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 23
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Dim 4 Juil - 20:32

Je n'ai pas menti. Enfin, pas exactement. Dans un sens, je pourrais te considérer comme ma fille – ce que je ne ferais jamais – puisque je t'ai créée. Certes pas de la même façon qu'un père, mais je t'ai créée quand même. N'est-ce pas vrai que je t'apprend des choses qui te seront utiles dans la vie ? J'ai menti en disant que je cherchais la sortie. Parce que je connais cette ville par cœur. J'ai vécu assez longtemps pour connaître chacune de ses ruelles. Je m'adossai au mur derrière moi et croisai mes bras sur mon torse. Je ne loupais aucun des mouvements de Morwenna. Je vis l'espoir dans ses yeux mais je restais de marbre. Elle se nourrit rapidement et laissa tomber sans victime. Un de mes sourcils se haussa mais ce fut ma seule réaction. J'inclinai légèrement la tête et observai le ciel étoilé. Il fallait qu'on aille sur les toits.

Je fis un pas en avant et laissai mes bras retomber le long de mon corps. Mes yeux passèrent au rouge. J'utilisai ma vitesse vampirique pour m'approcher de Morwenna et passer mon bras autour de sa taille avant qu'elle puisse réagir. Je sautai alors sur un toit puis de toit en toit. Je m'arrêtai sur une maison plus haute que les autres mais qui semblait vide et abandonnée. Ici, nous serions tranquilles. Je reposai Morwenna puis observai une nouvelle fois le ciel étoilé. Mes yeux glissèrent jusqu'à l'horizon. Je fronçai les sourcils puis sondai les rues alentours à l'aide des mes sens surdéveloppés. Personne. Satisfait – encore une fois depuis tout à l'heure -, je m'assis sur un petit muret, dos au vide. J'observai Morwenna silencieusement. Puis, arrêtant de la fixer sans rien dire, ma voix s'éleva dans l'air frais de la nuit.

''Tu te débrouilles plutôt bien Morwenna. Mais, elle ne pouvait plus bouger et JE l'ai trouvé. Maintenant c'est à toi de le faire.''

L'ombre d'un sourire étira mes lèvres. Je ne lui dirais pas ce qu'elle devait faire pour le moment. Aux alentours, si elle n'essayait pas de faire d'efforts, elle ne remarquerait personne. Mais si, elle arrivait à contrôler ses nouveaux ''pouvoirs'' pour les accentuer au point de les emmener caresser les dalles de rues plus éloignées, elle découvrirait quelqu'un. Un jeune garçon d'une dizaine d'année. Si elle le repère, nous verrons bien sa réaction quand elle découvrira l'age de ce jeune garçon. De toute façon, c'est un orphelin. Ca se sent à l'odeur. Il put les égouts et la crasse. Dans sa vie il n'y a ni maison, ni femme, ni homme. Il est seul. Je continuai de fixer la Vampire, toujours impassible et impénétrable. Mystérieux et observateur. Je crois que c'est ça qui devait énerver les autres élèves. Ils ne devaient pas apprécier que je dise les choses à moitié, voir pas du tout. Ils ne devaient pas apprécier le fait qu'ils devaient toujours se débrouiller tout seuls et quand, enfin, ils s'avouaient vaincus, je leur disais... ou pas. Nous verrons bien si Morwenna est à la hauteur de mon ancienne élève. Ce qui est presque impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 23
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Lun 5 Juil - 16:22

    Je ne perçut aucune lueur de fierté dans son regard. Son cœur était réellement de pierre. Tout comme le miens le devenait au fil du temps. Pourtant, je pensais sincèrement qu'il changerait avec le temps. J'avais un espoir... Mais du temps, il nous en restait assez pour changer tous les deux. Largement assez. Le corps de la jeune femme gisait près de moi ; vidé de son sang, la tête appuyée contre la pierre froide et le regard plongé dans le lointain. Quelque part que personne ne pouvait voir à part les morts. Je ne regardai pas l'œuvre que j'avais accomplie. Je répugnais à le faire. Boire du sang pour vivre n'était pas dans mes habitudes. Mais il faudrait bien que je m'y habitue si je voulais faire une parfaite vampire. Et je le voulais. Plus que tout. Pour qu'il me remarque enfin et sache que je faisais tout cela pour lui ! Et si cela ne marchais pas... alors je m'en irai vivre seule dans le lointain. Solitaire comme l'ours des montagne. Belle mais vieille. Trop vieille pour aimer ou être aimée.

    Avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, ses bras s'enroulèrent autour de ma taille et nous nous élevâmes dans les airs pour atterrir sur les toits. Il sauta ensuite de toit en toit pour atterrir sur l'un d'entre eux qu'il semblait avoir choisi. Il me lâcha pour aller s'adosser à un muret qui bordait le toit de la maison. Ses yeux se posèrent un instant sur moi avant de se détourner vers le ciel étoilé. Puisqu'il voulait jouer les vampires froids et distants, j'avais décidé de faire de même. Je m'avançai jusqu'au bord du toit et montai debout sur le même muret que celui où Dracula s'était assit. Lui était dos au vide, moi face au néant. Ne le regardant toujours pas, fixant un point à l'horizon ou parcourant la ville de mes yeux surpuissants, je crachai :

      “Je peux me débrouiller seule. Tu n'étais pas obligé de me porter pour arriver jusqu'ici !”


    Je savais que j'avais tort, que je ne possédais pas encore totalement toute l'étendue de mes nouveaux pouvoirs. Que je n'en avais même pas encore conscience. Mais je n'acceptais pas de faire des efforts alors que lui semblait totalement se moquer de moi ! Je croisai les bras et pinçai mes lèvres bombées napée d'un rouge à lèvre couleur sang. J'entendais à peine ce qu'il me disait. En gros, ç'avait été trop facile pour moi d'ôter la vie à cette jeune femme et il fallait que je trouve et tue moi-même ma victime maintenant. Il était vrai que ma faim de sang... ou plutôt ma soif, n'étais pas tout à fait rassasiée. Dracula semblait attendre quelque chose de particulier de moi. Que je trouve moi-même ma proie d'accord. Il suffisait juste de se concentrer. En me retournant, je lis dans son regard qu'il voulait que je l'impressionne mais qu'il était presque sûr que je n'en étais pas capable. Je vis également qu'il pensait à son ancienne élève. Je grimaçai, légèrement jalouse. Puis je me retournai, sachant qu'il ne me dirait rien de plus et qu'il avait déjà trouvé la proie que je devais chercher.

    Je scrutai la nuit de mes yeux vifs et avertis. Il devait forcément y avoir un petit enfant perdu par là. Ou un amant en fuite. Plongeant mon regard dans celui de la lune, je l'implorai pour qu'elle m'aide. Cherchant un reflet dans son aura blanchâtre. Puis, enfin, une odeur de charogne et de crasse s'insinua dans mon nez. Je failli éternuer tant la puanteur était insupportable. A nouveau, je farfouillai dans la ville endormie, tous mes sens en éveil et aux aguets. Enfin je discernai l'ombre de ma prochaine victime. Un petit garçon âgé d'une dizaine d'année. Il était seul et effrayé. Ses vêtements déchirés témoignaient de l'absence de parents... ou de parents pauvres. Sans jeter un seul regard, même mauvais, à Dracula, je pris mon élan et sautai à bas du toit de la maison. Atterrissant sans presque aucun bruit sur le sol d'une rue déserte, je levai le nez vers le ciel pour humer l'air nocturne. Le petit garçon était plus loin que je ne l'avais prévu. Je sautai donc à nouveau sur le toit pour bondir sur la maison d'en face et ainsi de suite jusqu'à pouvoir sauter sur le jeune enfant sans effort.

    Mais la surface glissante d'un toit d'ardoise me révéla bien des surprises. Je me pris le pied dans une des dalles noires et polies et tombai. Heureusement, je parvins à me remettre debout rapidement et continuai ma course, faisant maintenant plus attention. Finalement, je commençai à regretter que Dracula ne me tienne pas par la taille pour m'aider à tuer le garçon. Tout aurait été plus facile... Mais je ne voulais pas montrer ma faiblesse ! Je courut jusqu'au dessus du jeune enfant et m'arrêtai, pas essoufflée puisque je n'avais pas de cœur. Plus de cœur. Je m'accroupis sur le bord du toit et regardai ma future victime fouiller dans les poubelles. Un orphelin. Il ne manquerait à personne. Je me délectai un instant de l'odeur de son sang avant de bondir sur lui telle une ombre. J'avais eu de l'entraînement pour la discrétion avec Satant. Je tombai près de lui et le pris par le bras pour l'attirer vers moi et poser une main ferme sur sa bouche pour l'empêcher de crier. Bientôt, il ne le pourrait plus jamais.

    Soufflant tel un félin dans le cou de ma proie, je plantai mes crocs dans sa veine battante et commençai à boire son sang, évitant de faire attention à ses cris désespérés. Une fois que j'eus terminé, je déposai le petit garçon dans la ruelle et sautai à nouveau sur les toits pour rejoindre mon mentor. J'espérais qu'il ne serait pas parti. Il en aurait profité. Je l'en savais capable. Mais lorsque je revins, il était toujours là. Je ne dis rien, m'asseyant sur le muret et attendant qu'il parle le premier. Je savais ce qu'il allait me dire : Ce n'était qu'un enfant faible et mal nourri incapable de se défendre. C'était une proie facile. Facile peut-être mais c'était la seule dans les environs ! J'espérais tout de même qu'il serait fier de moi. Au moins un peu. Mais je n'y croyais pas vraiment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 23
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Lun 5 Juil - 18:33

Changer ? Pourquoi devrais-je changer ? Ne suis-je pas bien comme je suis ? Ne m'aimes-tu pas comme je suis ? Il faut savoir ce que tu veux Morwenna. Je suis censé être ton mentor pendant quelques temps, pas ton père ! Alors calme-toi ma Belle. Ne me parle pas comme ça sinon ton apprentissage risque de se finir très vite. Mais je préférais ignorer la remarque pour le moment. Qu'elle soit irritée par mon comportement n'était pas un problème. En fait, je n'en avais strictement rien à faire. Mais si elle continuait comme ça, je sens que ça va mal finir entre elle et moi. Déjà que c'est plutôt compliqué pour le moment. Alors si, dès que je fais un truc, elle me parle de cette façon, on va pas s'en sortir. Je soupirai et fermai les yeux quand Morwenna partit. Apparemment, elle avait repéré sa proie. A moi de suivre la jeune Vampire et d'observer.

Je me concentrai pour envoyer mes sens vers Morwenna tout en restant aux aguets, prêt à repousser une quelconque attaque sur le toit. Ma jeune élève bondissait de toit en toit. Je pense qu'elle est capable de comprendre pourquoi je ne l'ai pas laissé faire quand je l'ai aménée ici. Elle ne contrôle pas encore entièrement ses nouvelles capacités, ça aurait mit trop de temps. Morwenna glissa d'un des toits mais se releva assez rapidement. L'ombre d'un sourire étira mes lèvres. Savait-elle que je l'observais ? Quelques secondes plus tard, elle s'arrêta près de sa cible, elle bondit, l'empêcha de crier et but rapidement. Puis elle commença à revenir. Je cessai de l'observer, lui faisant confiance. Si elle savait ça...

Morwenna revint peu de temps après et s'assit non loin de moi. Je l'observai du coin de l'oeil. Apparemment elle attendait que je parle le premier. Je réfléchis rapidement à ce que nous pouvions faire maintenant. Je me relevais et m'étirais, faisant craquer mes os. J'observai l'avancement de la lune, le scintillement des étoiles et l'obscurité du ciel pendant quelques secondes. Je me retournai vers Morwenna et pendant l'espace fou d'un battement de coeur, mes yeux brillèrent de fierté. Puis ils redevinrent glacials. Il fallait qu'entre nous l'atmosphère se détende. On ne pouvait pas continuer de cette façon. C'était une chose plutôt dangereuse.

"Bien. Je marquais une pause pour qu'elle comprenne que je parlais de ce qu'elle venait de faire. Maintenant, as-tu toujours envie de me remercier ? Aimes-tu mon cadeau ? Crois-tu que tu pourrais vivre une éternité comme ça ? Peux-tu me supporter assez longtemps pour que je t'apprennes ce que c'est d'être Vampire ?"

Un sourire indéchiffrable étira mes lèvres. Toutes ces questions n'avaient pas vraiment de sens. Qui pourrait me dire avec certitude si mon élève répondra ou ne répondra pas ? Personne. Parce que ces questions sont des questions que je n'ai posé qu'une fois avant Morwenna. Les autres élèves étaient tous les même : prétentieux, entêtés, idiots. Morwenna est différente, alors je lui pose des questions différentes. N'est-ce pas normal ? Mais c'est sûrement une des choses qu'elle ne saura pas, voir jamais. Je ne veux pas que si je lui révèle ça, elle change radicalement de caractère. Ce serait dommage. Debout au milieu du toit, je fixai Morwenna, les bras croisés sur le torse, attendant silencieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 23
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Mar 6 Juil - 9:08

    Les os du vampire craquèrent. Un son sinistre qui s'éleva dans l'immensité de la nuit et parvint à mes oreilles, berçant mon cœur de pierre comme le son de mon violon. Il leva les yeux, observant un instant le ciel nocturne, fixant les étoiles comme s'il y cherchait quelques réponses à ses questions. Mais rien ne sembla lui venir et il baissa à nouveau les yeux pour les poser sur moi. Je vis un court instant de la fierté luire dans ses yeux, ce qui m'arracha un léger sourire. Mais son regarde redevint froid presque immédiatement et je détournai le regard, agacée par ce comportement. Mais après tout, c'était sa nature, son caractère. D'ailleurs, je n'avais rien à dire : j'avais le même. Il me fit comprendre que j'avais réussi le défi qu'il m'avait lancé ; indirectement. Puis il continua, me demandant si j'avais toujours envie de le remercier pour ce que je considérais quelques heures plus tôt comme un cadeau de sa part. Il m'interrogea également pour savoir si j'étais prête à vivre une éternité à le supporter pour qu'il m'apprenne ce que c'était réellement d'être un vampire. Je fis la grimace. Entre nos deux caractères respectifs, cela risquait d'être difficile. Mais je ne pouvais nier que je ne pourrais m'en sortir seule.

      “Est-ce que j'ai vraiment le choix ? Sans ton apprentissage je ne saurai jamais me débrouiller seule.”


    Il me fixait, debout sur le toit de la maison où nous nous étions arrêtés. Je soupirai et levai les yeux vers la lune, lui demandant en silence pourquoi est-ce que mon destin était tel qu'il était. Je n'avais pas souhaité avoir une deuxième vie et le diable me l'avait offerte pour pouvoir se servir de moi. Et maintenant, Dracula m'avait donné la vie éternelle ; l'immortalité. Mais avais-je vraiment souhaité cela ? C'est vrai que l'on rêve de vivre éternellement pour connaître les siècles et le millénaires. Pour découvrir soi-même ce que d'autres auraient découvert si nous n'étions pas mort quand nous aurions dû l'être. Mais sous l'angle d'où je voyais l'éternité, je ne pouvais m'empêcher de ressentir l'amertume. A nouveau je grimaçai, pensant à toutes ces années et bien plus encore que je devrais endurer. Maintenant j'étais une vampire et j'allais vivre pour toujours, sans jamais pouvoir mourir. C'était ma faute. Non. Celle de Satan ! S'il m'avait laissé mourir la première fois, je ne vivrais plus aujourd'hui et ne serais pas une vampire par les crocs de Dracula. C'était ignoble...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 23
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Jeu 5 Aoû - 22:53

Le choix … Tu avais le choix depuis le début. Peut-être pas avec le diable, on a rarement le choix avec lui. Mais depuis le début de notre rencontre tu avais le choix. Tu avais le choix de me parler ou de passer ton chemin. Tu avais le choix quand je t'ai demandé de jouer du violon pour moi. Tu avais le choix de croire en le diable. Tu avais le choix d'avoir confiance en moi. Tu avais le choix quand tu as utilisé les quelques forces qu'il te restait pour me demander de t'aider. Ne t'ai-je pas aidé ? Tu m'as dit « aide-moi ». Tu saignais et tu étais à moitié morte. Quand le diable t'abandonne, il ne le fait pas qu'un peu. Et encore, tu as de la chance, j'ai pu te donner la vie qu'il t'enlevais. Quand on est déjà Vampire, on a pas beaucoup le choix, il faut trouver un Lié ou on meurt. Et c'est une chose impossible. Tu as eu une chance qui, en même temps, n'en est pas une. Je t'ai donné cette ''chance''. Et tu te plains encore ?! Que veux-tu Morwenna ?! Je me redressai m'approchai doucement de la jeune Vampire. J'attrapai ses poignets et plaquai la Belle contre la haute cheminée, l'empêchant de bouger. Puis, je lâchai ses bras pour passer mes doigts dans ses cheveux. Je déposai un baiser dans son cou et approchai ma bouche de son oreille pour murmurer quelques mots à la Vampire.

''Tu as encore le choix …''

Je souris, soufflant dans son cou en respirant. Aucun détail ne m'échappe. Je l'avais observée quand j'avais cueilli sa première victime. J'avais interprété sa réaction par de la jalousie. Nous verrons bien si j'avais raison ou si je me suis trompé. Ce qui ne serait guère étonnant. Je m'enivrai de sa délicieuse odeur. Ca donnait tant envie, cette peau si parfaite, si blanche. Mes doigts glissèrent encore un peu dans ses cheveux pour passer derrière son crâne. J'appuyai sur sa tête pour approcher sa bouche de mon cou. J'avais une idée, une merveilleuse idée ! Mon sourire s'agrandit. On m'a dit que je faisais peur quand j'avais une idée. Mais cette idée là … Je ne pensais pas qu'un blessure à la jambe pourrait m'être autant utile en si peu de temps. D'abord, la jeune femme innocente, puis l'idée génialissime qui vient de passer dans ma tête et que j'ai attrapé au vol. Ma jambe n'est toujours pas guérie ce qui n'est pas normale. Elle avait dû le faire depuis longtemps. C'est bien connu que les Vampire guérissent plus vite. Pendant que Madame dormait en souffrant, j'ai longuement observé la plaie et analysé la douleur. J'ai pu conclure que la flèche avait pu être empoisonnée. Maintenant, j'en suis sûr. Bizarrement, je ne l'ai toujours pas éradiqué. Je pense qu'il me faudrait du sang neuf. Ou alors … Morwenna est tout juste Vampire, ses défenses sont maximales. Le poison ne passera pas inaperçu, il sera tué en quelques secondes sans même que Morwenna ne sente quelque chose. Maintenant il fallait que je lui explique le choix qu'elle devait faire. Du bout de mes crocs j'effleurais sa peau nue puis je rapprochai sa bouche de mon cou.

''Toi … ou moi !''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 23
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Ven 6 Aoû - 14:42

    La pleine lune était haute dans le ciel et l'air froid de la nuit courait sur ma peau, entêtant. Les rues en contrebas étaient silencieuses, plus aucun orphelin comme celui que j'avais tué quelques minutes plus tôt, comme s'ils avaient tous compris que s'aventurer dehors, en pleine nuit, dans cette région de la ville, ne leur apporterait que la mort. Au loin, dans les montagnes qui s'étendaient à l'horizon, j'entendis des loups hurler à la lune. Je sentais en moi la puissance des pouvoirs que m'avait conférée la transformation opérée par Dracula. J'entendais et sentais mieux que lorsque je n'étais qu'une humaine. C'était comme si j'étais née de nouveau. Pour une troisième fois depuis ma véritable naissance. Chaque résurrection changeait quelque chose en moi. La première m'avait apporté ma faculté à tuer sans pitié ainsi que mon physique attirant. La seconde avait ajouté à cette physionomie des crocs acérés et un cœur de pierre. Je me souvins avec précision de la première fois où j'étais morte, lorsque le diable m'avait choisie pour le servir. Je sentis à nouveau le souffle chaud de la lave en fusion et l'image nette de la grotte où j'avais voulu mettre un terme à mes jours s'imposa à moi pendant quelques instant. Elle disparut instantanément lorsque j'entendis Dracula bouger. Je chassai la vision de mon esprit et le vis se lever pour s'avancer vers moi. Je ne bougeai pas mais sursautai lorsqu'il me pris par les poignets pour me plaquer contre la paroi d'une haute cheminée. Si mon cœur avait pu battre en ce moment, il l'aurait fait à tout rompre. Seul mon souffle était court et saccadé.

    Le regard fou de Dracula était effrayant et je ne pu m'empêcher de frissonner lorsque je sentis son souffle dans mon cou. Je tentai de fuir lorsqu'il lâcha mes bras pour passer ses mains dans mes cheveux mais j'étais comme paralysée. De toute façon, je n'étais pas sûre de vouloir réellement échapper à sa folie. S'il comptait me tuer, j'étais prête à accepter qu'il le fasse sans me débattre. Je sentis ses lèvres effleurer la peau de mon cou et je tressaillis lorsqu'il approcha sa bouche de mon oreille pour me susurrer de sa voix glaciale que j'avais encore le choix. Je sentis qu'il se délectait de ma peau, presque prêt à planter ses crocs dans ma chair pour se nourrir de tout mon sang, guérir sa blessure et ainsi mettre fin à ma vie pour redevenir le vampire solitaire qu'il avait presque toujours été. Je n'avais pas peur de la mort, nous étions de vieilles amies. Seul le regard fou de Dracula me donnait des frissons. Mais je ne pouvais en détacher le mien. A nouveau, son souffle caressa ma peau lorsqu'il respira. Je gémis en sentant qu'il approchait ma tête de son cou. Je regardai avec envie son artère jugulaire battre et sentis ses crocs effleurer ma peau. Je me crispai lorsqu'il prononça les trois mots que j'avais toujours redouté. C'était lui ou moi. Je devais faire un choix.

    J'avais compris où il voulait en venir. La flèche qui l'avait atteinte était imprégnée d'un poison qui aurait été mortel pour un être humain. Son corps aurait dû l'éradiquer rapidement sans trop de peine mais il semblait avoir besoin de sang neuf pour l'y aider. Or, si je ne faisais rien, il se servirait de mon propre sang jusqu'à la dernière goutte pour pouvoir survivre à ce poison. Il était trop ambitieux pour se contenter du corps chétif d'un mendiant. De plus, j'étais à sa portée et il n'avait qu'à faire un geste pour se nourrir du breuvage vital qui coulait dans mes veines. Je gémis à nouveau et me mordis la lèvre inférieure. Je n'étais pas sûre que c'était ce qu'il voulait. Je n'étais pas sûre que, si j'avalai son sang, le poison ne me tuerait pas plus vite qu'il ne risquait de le faire pour Dracula. Je n'étais pas sûre que cela le sauverait.

      “Tu veux que je te sauve tu poison qui coule dans tes veines ? Mais qu'est-ce qui me dit que je ne vais pas mourir si je l'avale ?”


    Je soupirai et levai les yeux vers la lune tant que je le pouvais. Si je venais à mourir, il faudrait que ce soit maintenant ou jamais, sous son regard bienfaiteur qui me protégeait depuis mon enfance. Je ne croyais pas en le destin ni en le hasard. Je n'étais pas croyante non plus envers le dieu auquel ma mère m'avait apprit à adresser des prières avant de manger ou de dormir. Je ne croyais plus en rien, même pas en moi-même. A quoi servait-il alors de vivre dans ces conditions ? A rien d'après moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 23
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Ven 27 Aoû - 15:49

La Belle m'aurait-elle trompée ? Ou, il se peut qu'elle était vraiment jalouse maintenant, mais de là où elle était, elle ne pouvait pas voir mes yeux fous. Maintenant que tu les vois de près Morwenna, qu'en penses-tu ? Tu n'as pas vraiment l'air d'apprécier mon contact et la proximité de mon visage. Je souris, dévoilant mes crocs blancs. Excuse-moi, mais je trouve ça marrant. Tu ne sais pas à quel point je suis jaloux de toi. J'aimerai voir quelqu'un me regarder avec les même yeux. C'est un rêve qui n'arrive pas à se réaliser. Dommage. Parlons sérieusement, j'aimerais de voir une nouvelle fois tuer quelqu'un. Ton manque de délicatesse m'offre à chaque fois un petit pincement au cœur. Si tu veux être mon élève il va falloir faire un élève. D'abord se rapprocher de la cible et lui faire croire qu'on l'aime bien. Il faut lui parler, rigoler avec elle ou pleurer avec elle, ce qui est plus rare pour ma part. Au moment où ta cible s'y attendra le moins, là tu devras boire son sang. Mais, il faut encore être délicat, c'est fragile ces choses là.

Je soupirai très légèrement et me redressai. Mes mains quittèrent son corps pour se poser à plat sur la haute cheminée, de chaque côté de son visage. Mon regard fou et mon sourire étrange étaient seulement à quelques centimètres de sa tête. Je la fixai dans les yeux, ne faisant rien pour le moment. Doucement mon sourire disparut pour que mon visage reprenne son expression froide. Seuls mes yeux restaient fous. Puis ils perdirent leur éclat pour redevenir bleus et froids. Une fois de plus j'approchai ma bouche de son oreille, ma joue frôlant la sienne de temps en temps.

''Et que dirais-tu de le faire par envie, ou par plaisir ? Je reculai de quelques pas après avoir extrais une simple perle de sang à son cou. N'as-tu pas envie de régler cette injustice qui pèse sur toi ? N'as-tu pas envie d'égaler les choses ? Ton sang coule dans mes veines, pourtant, le mien ne coule pas dans les tiennes. Oh mon dieu, quel injustice !''

Je levais un sourcil, observant sa réaction. Bien, c'est déjà un bon début. Je me retournai, croisant les bras sur mon torse. J'observai grâce à mes sens les alentours. Je nous repérais rapidement. L'auberge où Morwenna avait fini sa transformation n'était pas trop loin. Mon regard se perdit ensuite dans le ciel étoilé. La nuit était bien avancée mais il en restait encore une bonne partie. Je me tournais vers la Vampire et l'observai silencieusement. Je préférais aller vite, alors, qu'elle le veuille ou non, c'est moi qui nous emmène. Je m'approchai d'elle et l'attrapai par la taille pour l'attirer à moi. Une fois contre moi, je la fis passer dans mon autre bras en la faisant tourner. Je posai mes doigts un à un sur sa hanche en haussant un sourcil.

''Certaines personnes disent que je suis trop violent, tu en penses quoi ? Mon regard glissa sur sa robe pour tomber sur ma main, je raffermis ma prise sur son corps. Et ne me dis pas que tu n'aimes pas ça !''

J'aimais la voir s'enrager. Même si ça ne marchait pas, je voulais essayer de la pousser à s'énerver. Je la serrais un peu plus contre moi et la soulevai légèrement du sol. Je fronçai les sourcils et m'approchai du bord du toit. Je sautais sur l'autre, utilisant ma vitesse et ma force vampirique pour arriver plus vite. Une fois arrivés devant la porte de l'Auberge, je la reposai sur le sol, mais n'enlevai pas ma main de sa hanche. Je poussai la porte et entrainai la jeune Morwenna vers l'escalier. Nous gravîmes les marches silencieusement. J'observai la salle jusqu'à ce qu'elle disparaisse puis emmenai la belle Vampire dans la chambre une fois de plus grâce à mes pouvoirs. Je la fis s'assoir sur le lit et me retournai pour ouvrir une armoire. Je me décalai pour lui montrer le contenu de l'armoire. Il y avait plusieurs sortes de robes comme la sienne et des habits pour moi aussi. Je la regardai et m'assis sur le rebord de la fenêtre en scrutant l'obscurité. Un sourire malicieux étira mes lèvres fines.

''Ce soir, nous allons sortir Morwenna. Choisis vite, il ne faudrait pas que nous arrivions en retard.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 23
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Dim 29 Aoû - 16:22

    Son sourire me fit frissonner. Je vis mon reflet dans ses crocs tant ils étaient blancs et éclatants. Les rayons de la lune s'y reflétaient pour les rendre encore plus irréels, encore plus effrayant. Je tenais mon visage le plus éloigné possible du sien, évitant l'odeur insoutenable de son haleine. J'étais collée contre la cheminée, incapable de bouger. Je me détendis légèrement, imperceptiblement lorsque Dracula ôta ses mains de mon corps pour les poser à plat contre la haute structure sur laquelle je m'appuyais. Il les avait posées de chaque côté de mon visage, si bien que je ne pouvais toujours pas me dégager de ma position. Son visage était à quelques centimètres du mien et je trouvais ça profondément désagréable. C'est alors que son sourire disparut, laissant place à un visage froid comme la nuit. Mais son regard, plus fou que n'importe quel interne d'un asile, persistait à se planter dans le mien. Je ne pouvais l'éviter. Seulement il s'évapora lui aussi pour céder à un regard plus froid que la mort. Je frissonnai lorsque sa joue frôla la mienne, sa bouche s'approchant de mon oreille pour me susurrer des mots effrayants.

    Envie et plaisir n'était pas des mots qui m'attiraient. Je ne tuais pas par plaisir ni parce que j'en avais envie. Je tuais pour Satan. Mais à présent qu'il m'avait abandonné, que j'avais admis qu'il me traitait comme tous ses pions, devais-je y trouver un sens ? Dracula s'écarta et je vis une perle écarlate sur la pointe de son croc. Il avait réussi à prendre une goutte de mon sang sans que je m'en aperçoive. Je compris alors que j'avais encore beaucoup à apprendre. Il parla alors d'une injustice. Je le fusillai du regard, gardant une expression froide et distante malgré mon regard enflammé. Je frémis légèrement. Il parla alors du fait que mon sang coulait dans ses veines, mêlé au sien, mais que son propre liquide écarlate n'était pas présent dans mon corps. Je serrai les dents et les poings. Je détestais son hypocrisie, sa manière d'agir et de parler. Il ne semblait avoir aucun respect pour moi et changeait d'humeur en une fraction de seconde. Il haussa alors un sourcil, attendant une réponse de moi. Mais je restai silencieuse. Qu'il n'apprécie pas m'indifférait totalement.

    Dracula avait à présent le dos tourné et, les bras croisé sur sa poitrine, il observait attentivement les alentours. Je me décollai de la cheminée, faisant fuir une irrésistible envie de le vider de son sang dans la seconde. Mais je n'étais pas lâche. Je n'aimais pas attaquer mes victimes par derrière. Et je ne tuais jamais par simple plaisir. Je levai les yeux vers la lune, observant de notre terre ses cratères irréguliers. Je ne vis pas le Vampire s'approcher et le sentis trop tard. J'étais déjà contre son corps lorsque je sentis sa main me prendre à la taille pour m'attirer contre lui. Il m'était impossible de me débattre. Il me fit tourner sur moi même pour me faire passer à son autre bras. La violence ne faisait pas partie de son geste et pourtant il me demanda ce que je pensais de l'avis des gens à son égard. Comme si mon avis ou celui de quiconque l'importait. Je ne répondis pas et plantai dans ses yeux bleus un regard de braise où les flammes de l'enfer continuaient de danser.

    Il me tenait fermement contre lui et sautait d'un toit sur l'autre. Nous arrivâmes à l'auberge et il me reposa sur le sol. Je tentai alors de me dégager de son étreinte mais il laissa sa main sur ma hanche. J'avais envie de lui cracher au visage mais quelque chose en lui me retenait. Nous entrâmes dans l'auberge et il me guida dans l'escalier, me menant ensuite jusqu'à la chambre. Il me força à m'asseoir sur le lit mais je ne bronchai pas. Il ouvrit alors une armoire dans la chambre et s'effaça pour que je puisse en voir le contenu. Il y avait là des robes diverses ressemblant à la mienne ainsi que des habits pour lui. Il me regarda avant d'aller s'asseoir sur la fenêtre, observant la nuit. Dans le reflet de la vitre je vis qu'un sourire plein de malice étirait ses lèvres juste avant qu'il ne me dise que nous sortions ce soir et qu'il fallait que je choisisse une robe rapidement sans quoi nous serions en retard. Mon regard s'embrasa et je me levai en silence, m'approchant de l'armoire et effleurant la soie des robes de mes doigts fins. Avant de choisir, je me détournai de l'armoire pour venir me mettre derrière Dracula. J'adoptai alors un instant ses méthodes et lui murmurai au creux de l'oreille :

      “Je ne te savais pas si galant, toi le vampire sanguinaire.”


    Je passai un doigt fin dans son cou et me détournai pour retourner à l'armoire où se serraient les robes et les costumes. A nouveau, je parcouru la penderie et m'arrêtai sur une robe d'un noir d'ébène avec un corset peur serré et les épaules dénudées. Je la détachai de son cintre et la mis contre moi pour voir si elle m'allait. Je me postai ensuite devant la fenêtre pour me voir dans le reflet. Je posai alors mon regard sur Dracula, lui intimant de sortir sans avoir besoin de prononcer le moindre mot. Il s'exécuta et je pu enfiler la robe de jais. Je tournoyai dans la chambre comme une adolescente pour son premier bal et allai ouvrir la porte au vampire pour le laisser entrer. Je l'interrogeai du regard, lui demandant son avis :

      “Suis-je digne de sortir avec toi Dracula ?”


    Je croisai les bras, m'attendant à une remarque cinglante. Mes cheveux noirs et brillants tombaient en cascade sur mes épaules et dans mon dos et la robe faisait ressortir mes formes généreuses. Je fis un léger sourire, découvrant mes crocs que je commençais à apprécier. Être vampire me demanderait du temps mais je savais que Dracula, malgré son caractère, serait un excellent mentor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 23
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Dim 29 Aoû - 17:34

Envie et plaisir ne t'attire pas ? Voyons Morwenna … Serais-tu bête à ce point ? Je te donne une semaine avant que tu ne te rendes compte que tu tueras des gens pour le plaisir et l'envie de les tuer. L'envie de vivre et le plaisir du liquide coulant dans ta gorge. Tu verras que ce n'est pas si moche que ça après tout. Quand tu auras faim, attendras-tu que je t'ordonne de tuer un homme ? Attendras-tu qu'il te fasse du mal ? Attendras-tu une bonne raison de le tuer au lieu de le faire par envie ou par plaisir ? Tu auras besoin de son sang. Tu auras besoin de ce meurtre. J'espère que ta conscience est forte, parce que, nombreux seront les morts que tu feras juste par envie et plaisir. Accroche-toi bien, il paraît que c'est douloureux pour certains.

J'aimais l'énerver, j'aimais voir ce regard remplit de flamme ce poser sur moi. J'aimais la voir me fusiller de ses beaux yeux. Ca me donne des frissons et aussi l'envie de continuer, de la titiller encore plus. Si tu savais à quel point je vais être jaloux durant ton apprentissage. Si tu savais à quel point j'aimerais être une de tes victimes. Voir se regard haineux sur moi, admirer ce sourire sadique que tu auras et sentir tes crocs se planter dans ma chaire. Pourquoi ne veux-tu pas boire mon sang ? Ils le veulent tous tu sais ? Ils me disent tous que c'est injuste. Oh … pauvre chou. Bien sûr, je ne te dis pas qu'ils l'ont fait. Il y en a bien quelques uns qui ont essayé. Ils ont regretté je crois. C'est trop injuste, n'est-ce pas ?

J'observai la nuit, suivant du regard les rares passants. J'étais sur mes gardes comme toujours, mais plus que d'habitude. Voyez-vous, il y a certaines personnes qui ne m'apprécient pas beaucoup. S'ils avaient vent de ma nouvelle élève, je pense qu'ils essaieraient de la tuer et par la même occasion de me tuer, ou de m'affaiblir. Morwenna se leva et s'approcha de l'armoire. Même si je fixai la rue en bas, je percevais toujours ce qu'il se passait dans cette chambre. J'entendis ses doigts effleurer les robes puis elle s'approcha de moi. Je restais immobile, focalisant mon attention sur la rue. Il ne fallait pas que je tourne la tête, ce serait trop bête que je rate mon ennemi. Morwenna murmura à mon oreille quelques mots. Un sourire étira mes lèvres. Elle commençait à prendre goût au jeu, vous ne trouvez pas ? Morwenna prit une des robes et vint vers la fenêtre, du regard elle me demanda de sortir. Je me levai en soupirant et ouvris la porte. Avant de sortir je glissai quelques mots ainsi qu'un sourire provocateur et refermai la porte derrière moi.

''Tu n'aurais pas été la première, tu sais ?''

Je m'appuyai contre le mur, croisant mes bras contre mon torse. Je l'entendais changer de robe comme si je me trouvais à côté d'elle en ce moment même. Je fermai les yeux en soupirant. Je l'entendis tournoyer dans la salle et un léger sourire étira mes lèvres. Je me redressai et entrai dans la chambre quand elle ouvrit la porte. Je fis celui qui est surpris à sa question et reculai d'un pas pour la regarder mieux. Je laissai mon regard glisser de sa tête jusqu'à ses pieds en suivant les courbes de la robe. Un sourire étira mes lèvres. L'énerver est plus beau que la surprendre, mais je pense qu'elle s'attend déjà à une réponse cassante de ma part. Je m'approchai d'elle et pris sa main pour la faire tourner. Je la lâchai ensuite et la fixai de mes yeux bleus.

''En douterais-tu ?''

Je m'approchai ensuite de l'armoire et attrapai une chemise blanche et une veste noire. J'enlevai ma chemise et mon gilet rouge, observant un instant la blancheur de ma peau. J'esquissai une grimace légèrement dégoutée. J'avais l'impression de la voir pâlir chaque seconde. J'enfilais rapidement la chemise neuve et la veste noire. Je détachai ensuite mes cheveux noirs que je laissai tomber sur mes épaules. Je me retournai vers Morwenna après avoir refermé l'armoire. Je tapotai mon pantalon noir pour enlever la poussière dessus puis me redressai pour m'approcher de la Vampire.

''Dis-moi Morwenna, sais-tu danser ?''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 23
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Dim 29 Aoû - 19:32

    Je commençais à bien connaître Dracula et je su que la surprise qu'il afficha sur son visage à ma question était feinte. Mon regard s'enflamma alors de nouveau mais je le laissai m'observer de haut en bas. Je vis son regard suivre les courbes de mon corps et revenir à mon visage. Je me méfiai lorsqu'il sourit de ce sourire étrange qui lui était propre. Il prit alors ma main et me fit tourner sur moi-même. Lorsqu'il la lâcha, je laissai mon bras retomber lentement le long de mon corps et plantai mon regard embrasé dans le sien, glacial. Il me demanda alors si je doutais d'être digne de l'accompagner. J'eus un sourire amer mais ne répondis pas immédiatement. Je me détournai et marchai vers la fenêtre, faisant claquer les talons des bottes assorties à la robe que j'avais enfilées. Les mains jointes devant moi et les bras le long de mon corps à la verticale, j'observais la nuit silencieuse. Une pointe d'ironie perçait dans ma voix lorsque je prononçai ces mots, ne regardant Dracula que du coin de l'œil dans le reflet de la vitre.

      - Non, je n'en doute pas. Je souris légèrement. Serais-tu en train de d'apitoyer sur mon pauvre sort Dracula ? Je ne te savais pas si gentleman.


    Je me retournai vers lui. Il était entrain d'enfiler une chemise blanche et une veste noire. Ça me fait mal au cœur de l'admettre mais il était très élégant et plutôt beau dans cette tenue. Une fois habillé, il détacha ses cheveux qui lui tombèrent sur ses épaules. Je le regardai avec un intérêt non dissimulé - pourquoi l'aurais-je fait puisqu'il semblait lire dans mes pensées... ? - avant de détourner mon regard pour effacer distraitement un pli de ma robe. J'entendis Dracula taper légèrement sur son pantalon noir et serré pour en ôter la poussière. Il se redressa ensuite et je levai la tête vers lui. S'approchant de moi, il me demanda si je savais danser. J'éclatai d'un rire cristallin, rejetant ma tête en arrière et faisant voltiger mes cheveux bouclés. Je m'approchai ensuite de lui et posai ma main sur son épaule, prenant sa main opposée.

      - Et toi ? Sais-tu danser ?


    Je lui fis un sourire, prenant un air plein de défi. Mes yeux s'embrasèrent à nouveau mais d'excitation cette fois. Je n'avais intentionnellement pas répondu à sa question. Lui même évitait certaine chose lorsqu'elles le dérangeaient. Pour ma part, je n'étais pas dérangée par la danse puisque j'avais autrefois étudié les danses de salon avec ma mère qui voulait, malgré notre pauvreté visible, que je me conduise comme princesse. La seule chose qu'il m'avait manqué à cette époque était la robe de bal et la coiffure relevée. Aujourd'hui que j'avais tout ça, je n'allais en aucun cas me priver de mettre mes leçons d'enfance en pratique. Je découvris mes crocs et le laissai me guider s'il en avait envie. Il pouvait tout aussi bien me mordre l'artère jugulaire et me laisser me vider de mon sang sur le lit. Mais je sentais qu'il s'amusait de me voir en colère et qu'il ne me tuerait pas. Du moins pas pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 23
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Dim 29 Aoû - 20:10

Ce regard qui s'embrase, ce sourire amer. Si tu savais à quel point j'aime ça Morwenna. Ces poings et ces mâchoires qui se serrent. Cette colère qui monte en toi quand je te parle, je te touche, je te regarde. Ma simple présence suffit à t'embraser ma Belle. J'aime ça. J'aime te voir t'énerver. Et je rêve du jour où tu oseras me frapper ou me toucher pour punir mes paroles déplacées. Après je t'apprendrais à mieux contenir tes émotions en souriant. Tu sais, ce sourire que tu n'aimes pas. Ce sourire que j'aime tant t'offrir pour te voir t'énerver, encore et encore. C'est un jeu et les règles ne sont pas simple. Apprend à jouer et vainc ton ennemi avant qu'il ne le fasse. Tu verras, je suis sûr que tu vas aimer.

''Le mot « pitié » ne fait pas partie de mon vocabulaire Morwenna. Tu verras, tu apprendras à me connaître.''

Si tu me supportes tout ce temps, bien entendu. J'avais sentit son regard sur moi sans le faire remarquer. Je n'avais pas envie de la taquiner sur ça. La question que je venais de lui poser la fit rire. Je haussai un de mes sourcils puis souris. Oui, aucun doute, elle savait danser. Elle posa sa main sur mon épaule et prit ma main opposée. Mon sourire ne s'effaça pas. Pour une fois je ne voulais pas le faire disparaître. Pas tout de suite. Elle sourit ce qui dévoila ses crocs blancs. J'en effleurai un du bout de mon index en lui disant qu'il faudra cacher ça. Ma main glissa à sa taille et je rapprochai son corps du mien. Je commençai alors avec quelques pas simples et lents. Mon sourire s'agrandit.

''Aucun doute, tu sais danser. Pour ma part, on va dire que je me débrouille.''

Plus ça allait, plus j'accélérai la cadence, effectuant des pas plus compliqués. Pendant un instant je me suis demandé si elle savait vraiment danser ou si c'était juste une impression qui émanait d'elle. Mais maintenant j'étais sûr et rassuré. Je n'aurais pas besoin de lui apprendre. Je jetai un coup d'œil par la fenêtre pour observer la lune et son emplacement dans le ciel. Mon sourire s'effaça d'un seul coup. Je ralentis un peu la danse. Je commençai à ressentir des élancements dans ma jambe blessée mais ce n'était pas ça qui me faisait ralentir. Mon sourire revint presque aussi soudainement qu'il avait disparut. Je levai les yeux pour regarder derrière Morwenna. Je fis le dernier pas qui plaqua le dos de la Vampire contre la porte.

''Ce serait mal vu si nous arrivions en retard. Ce soir tu seras ma cavalière pour une danse ou deux. Je te demanderai d'essayer de ne pas faire de bêtise Morwenna. Il ne faudrait pas que nous nous fassions remarquer de trop.''

Je souris et reculai d'un pas. Je posai ma main sur son épaule pour la pousser avec douceur et ouvrir la porte. Je passai ensuite ma main dans le creux de ses reins pour la pousser dans le couloir. Je refermai la porte derrière nous et descendis les escaliers lentement. Les regards des personnes dans la salle se tournèrent vers nous deux. Ils nous observèrent en silence. Mon visage redevint froid et je fronçai les sourcils. Les conversations reprirent et les regards se firent fuyants. Je pressais Morwenna à sortir. Une fois arrivée dans la rue, je ralentis et enfouis mes mains dans mes poches en inclinant la tête vers le ciel légèrement. J'avais besoin d'apprécier la brise. Nous ne pourrions plus la sentir avant un petit moment. Je tournai la tête vers la Vampire.

''Si un homme t'invite à danser, que feras-tu, ma belle ?''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 23
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Dim 12 Sep - 15:07

    Dracula arborait toujours son sourire fou que je haïssais tout en étant irrésistiblement attirée par lui. Lorsque je souris, dévoilant aux yeux du Vampire mes crocs blancs immaculés, il leva la main et frôla l'une de mes deux canines acérées de son index. J'acquiesçai en silence avec un perpétuel sourire aux lèvre lorsqu'il me recommanda fortement de les cacher aux yeux des personnes que nous risquions de rencontrer. Je ne savais pas où nous allions mais jugeai intérieurement que ce n'était pas le moment de poser la question. Je frissonnai lorsque sa main virile se posa sur ma hanche, frissonnement imperceptible qu'il du quand même ressentir du fait de ses sens décuplés et de son observation. Il rapprocha mon corps du sien, m'attirant vers lui en me regardant dans les yeux. Je soutins son regard sans mot dire, essayant de paraître la plus froide et insondable possible, commençant par moi-même mon apprentissage de Vampire parfaite. Je suivis Dracula dans ses pas de danse, le laissant me guider en plaçant mes pieds d'une manière experte. Je vis le sourire de mon mentor s'accentuer et il avoua qu'il n'y avait aucun doute sur le fait que je savais dansé. Je fis une révérence ironique et il ajouta qu'il se débrouillait en la matière.

    Accélérant la cadence en suivant ses pas, je ne quittais pas son visage de mes yeux de jais. Il dévia le regard et je fus un instant satisfaite de mon effet jusqu'à ce que je me rende compte qu'il regardait par la fenêtre, derrière moi, la lune dans le ciel nocturne. Je plissai presque imperceptiblement les yeux et son sourire s'effaça pour réapparaître en un éclair. Il ralentit notre danse et esquissa un pas qui me colla contre la porte de la chambre de l'auberge. Je le regardai avec une pincée d'étonnement dans les yeux et il m'expliqua que ce serait mal vu si nous arrivions en retard. J'esquissai un sourire en coin et le laissai continuer. Sa cavalière pour une danse ou deux. J'espérais qu'il ne me considérait pas comme sa chose, celle avec qui il peut tout faire en étant continuellement pardonné. Une lueur de malice s'alluma dans mon regard enflammé lorsqu'il me demanda de me faire discrète pour que nous ne nous fassions pas remarquer. D'un ton ironique, je dis alors :

      - Je serai sage comme une image. Aussi discrète qu'il m'est possible de l'être.


    Je le laissai m'écarter doucement de la porte et suivis ses pas dans le couloir de l'auberge, sentant sa main dans le creux de mes reins. Sans regarder les clients, je sentis leurs regards inquisiteurs sur nous et esquissai un sourire indescriptible. Le visage de Dracula se glaça ainsi que son regard et les yeux des hôtes se firent fuyants. Nous sortîmes. La rue était silencieuse comme le temps mort au delà de tout. Mes sens perçaient de tous côtés mais la brise légère et fraîche me détendit. Dracula, les mains dans les poches de sa veste, profitait également de la brise nocturne. Lorsqu'il sortit de son extase presque hors du temps, il prit la parole pour me demander ce que je ferai si un homme m'invitai à danser. J'eus un sourire en coin et me tournai vers lui. Mes poings ses serrèrent et je mon regard s'embrasa. Ma belle. Comment osait-il s'adresser à moi aussi familièrement.

      - J'accepterai bien sûr. Mais à moi de te poser une question à présent. Seras-tu jaloux si je danse avec une autre homme ?


    Je me rapprochai de lui, collant presque mon corps au sien tout en restant un minimum écartée de lui. Qui pouvait dire qu'il ne me ferait rien ? Qu'il ne cherchait pas à gagner ma confiance pour me vider de mon sang une fois que le moment serait venu ? Je plissai imperceptiblement les yeux et posai sur la joue du Vampire un doigt fin, glacial. Je le laissai glisser sur sa peau, souriant en dévoilant mes crocs acérés. Je ris doucement, secouant mes épaules et faisant rebondir mes boucles noires. Je m'écartai ensuite de Dracula et me détournai, regardant la nuit noire dans laquelle se baignait la lune argentée. Je me tournai vers le Vampire, prenant un air intéressé et curieux.

      - Où allons-nous ?


    J'arquai un sourcil, attendant sa réponse. Je savais que nous sortions mais où m'emmenait-il ? Dans un bal de la ville ? Dans un bar mal fréquenté ? J'aimais les surprises mais uniquement lorsqu'elles me plaisaient. Les surprises désagréables n'étaient pas de mon goût.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 23
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Dim 19 Sep - 16:21

« Dracula »

Les yeux fermés pendant quelques folles secondes, j'écoutai le silence de la nuit. Le vent ne m'apportait aucun son suspect pour le moment. J'ouvris lentement mes paupières et mes yeux pâles se posèrent sur la Vampire. J'avais sentit sa haine aux simples mot : ma Belle. Un sourire satisfait étira mes lèvres. Morwenna s'approcha de moi après m'avoir répondu. Elle était si près de moi que je dûs arrêter d'avancer. Je la regardais, un de mes sourcils se leva quand son doigt caressa ma joue. Elle se mit ensuite à rire doucement. Je frissonnai imperceptiblement et la laissai repartir. Madame voulait savoir où nous allions ? N'est-ce pas évident ? Où a-t-on besoin d'être bien habillé et de savoir danser ? Ce sera un grand bal Morwenna. Oui, parce que j'ai faim et que le sang bourgeois est délicieux.

Mes yeux se fermèrent de nouveau et mon sourire s'agrandit. Je devais d'abord répondre à sa première question. Je fis un pas en avant et m'arrêtai encore une fois. Mes paupières s'ouvrirent dévoilant mes yeux rouges comme le sang et brillants comme des pierres précieuses. Mes lèvres se séparèrent alors que mon sourire s'agrandissait encore et dévoilèrent mes crocs blancs. Je disparus, utilisant ma vitesse vampirique pour que Morwenna ne sache pas ce que je fais et où je vais. Je m'arrêtais sans bruit, derrière la belle Vampire. Ma main glissa jusqu'à son épaule et retourna la jeune femme avec douceur. Je me penchai en avant pour la regarder dans les yeux alors que nos visages étaient très proches. Mes yeux étaient de nouveaux bleus pâles. Je soufflais alors dans un murmure.

''Et si je te disais que oui … ?''

Mes yeux repassèrent rouges sangs et j'utilisai une nouvelle fois ma vitesse vampirique pour me retrouver derrière elle. Mes mains saisirent ses bras pour l'empêcher de bouger. Ma bouche s'approcha de son oreille. Je fermai les yeux en sentant son doux parfum. Mes doigts se crispèrent sur ses bras et je la rapprochai un peu plus de moi. Je rouvris mes yeux bleus qui observèrent l'horizon un instant. J'avais un conseil à lui donner. Après, elle ferait ce qu'elle voulait. Ce soir, je lui offre quelques heures d'autonomie.

''Fais attention aux dernières notes de la chanson.''


Je la lâchai et reculai de quelques pas, observant une nouvelle fois la lune. Si ça continue, nous serons en retard. Je fis signe à Morwenna de me suivre et repris notre marche. Nous n'étions pas trop loin du lieu, heureusement. Je me dirigeais vers la grande maison au fond de la rue parallèle à la notre. Ce bâtiment dont toutes les fenêtres étaient allumées. C'était une maison de bourgeois comme une autre. Je levais mon index fin et blanc pour désigner le bâtiment à Morwenna. Je lui lançai un simple regard avant de remettre ma main dans ma poche. J'attendis quelques secondes avant d'expliquer simplement à la jeune Vampire.

''Nous allons là-bas. Maison bourgeoise où se déroule régulièrement de grands bals. Il y a tellement de monde que si une personne disparaît, personne ne s'en rend compte.''

Un sourire sadique et pleins de malice étira mes lèvres. Je soupirai et fermai les yeux pour continuer d'apprécier la douce nuit de ce soir. Passer plusieurs heures dans une maison bourgeoise n'était pas quelque chose que j'aimais énormément, mais je n'avais pas le choix. Je me rapprochai de Morwenna alors que le bâtiment ne se trouvait plus qu'à quelques mètres. On pouvait même distinguer des gens entrer dans la maison en souriant. Je pris le bras de la Vampire comme tout cavalier fait avec sa cavalière et me rapprochai de la porte d'entrer. Plusieurs personnes me saluèrent d'un signe de tête et je leur répondis en souriant. Un homme s'approcha et m'étreignit amicalement pour me saluer. Je me forçai à sourire, essayant de faire disparaître mon agacement. Il posa ensuite un regard envieux sur Morwenna et laissa glisser ses yeux sur ses courbes. Mon visage devint froid et je fronçai les sourcils. Je glissai ma main dans le dos de la Vampire pour agripper sa hanche et la rapprocher de moi. L'homme comprit et s'éloigna. J'entrainai la jeune femme à l'intérieur.

''Je suis plutôt connu ici. Excuse-moi pour cet homme là, je te conseille de l'éviter. On danse ?''

Je souris légèrement. Oui, je sais, ce n'est pas dans mes habitudes de m'excuser. Mais je déteste ce genre d'homme. Il se croit tout permit celui-là. Depuis quand a-t-on le droit de déshabiller du regard une femme, en face d'elle en plus ? Je ne l'aime pas du tout. Un jour, je vous le jure, je le tuerai de mes propres mains. Je commençai déjà à scruter la foule, cherchant ma prochaine victime. Je profitai que Morwenna soit toujours près de moi pour lui expliquer que celle qui dirige le bal est une amie et qu'elle n'autorise ni les massacres ni les geysers de sang. Je demandai alors à la Vampire de faire ça proprement et dans un coin discret. Après, elle pouvait tuer n'importe qui, je n'en avais rien à fait. Elle pouvait même ne faire que danser avec les hommes si ça lui plait. Cette nuit, c'est sa nuit d'autonomie, je l'ai dit, elle peut faire ce qu'elle veut. Même partir et fuir pour ne plus jamais me revoir. Aucune importance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Morwenna Ivanov

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2009
Age : 23
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 17

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Sam 9 Oct - 12:06

    Regard glacial. Regard de braise. Les deux éléments s'opposaient par le biais de nos yeux. La surprise. L'originalité. Dracula avait une tactique particulière que je comptais m'approprier. Il parlait par énigmes, chose que j'avais l'habitude de faire, toujours mystérieusement. Et j'avais parfois moi-même du mal à le comprendre. Il était fourbe et sans pitié et je devais apprendre à l'être aussi pour survivre dans ce monde. Je ne détournai pas mon regard, soutenant le sien avec ardeur jusqu'à ce qu'il disparaisse à mes yeux pour se retrouver derrière moi. Je sentis sa main sur mon épaule mais ne réagit pas, réprimant un infime frisson. Il me retourna alors et se pencha en avant, plantant son regard bleu glacé dans le mien. Nos deux visages étaient à quelques centimètres l'un de l'autre seulement. J'esquissai un imperceptible sourire à sa remarque et eut à peine le temps de voir ses yeux virer au rouge qu'il était déjà de nouveau derrière moi. J'allais me retourner vivement lorsqu'il prit mes bras pour m'empêcher de bouger. Je sentais ses doigts se crisper sur mes poignets et je me mordis l'intérieur des joues pour ne pas gémir de douleur. Comme je m'y attendais, je sentis bientôt le souffle de Dracula dans mon cou et frissonnai malgré moi. Il m'avertis alors des dernières notes de la chansons. Je souris légèrement et il me lâcha enfin.

    Je le suivis dans les rues de la ville. Il m'amena dans une rue éclairée par des torches aux murs. Au loin, une maison plus éclairée encore, d'allure imposante et bourgeoise. Je devinai avant même qu'il ne me le dise que c'était notre destination. Des couples habillés pour la soirée, ombres excitées de retrouver leur aman et entrant au bras de leur mari désireux de passer du temps avec leur maîtresse, passaient la lourde porte et disparaissaient dans la lumière vive de la salle de réception. Je souris lorsque Dracula parla de personnes qui disparaissaient sans que quiconque ne s'en rende compte. L'orphelin fouillant dans les poubelles n'avait pas été assez copieux pour moi. Nous nous dirigeâmes vers la grande bâtisse et, à une poignée de mètres de la porte d'entrée, le vampire prit mon bras et se rapprocha. J'esquissai un indéchiffrable sourire et pénétrai à ses côtés dans la hall.

    Lorsque nous passâmes la porte principale, une souffle chaud vint nous balayer le visage. Odeurs d'alcool et de parfum de femmes mélangées à l'eau de Cologne abondamment appliquée sur les costumes des hommes. L'un d'eux, justement, s'approcha de Dracula et vint l'enlacer comme s'ils étaient deux vieux amis. Je jetai sur cet inconnu un regard mauvais avant qu'il ne se détache du vampire pour me déshabiller du regard. Je restai impassible jusque dans mon regard de jais et mon mentor et cavalier passa sa main sur ma hanche pour me rapprocher de lui. L'homme s'inclina légèrement avant de nous quitter, amplement déçu. Nous avançâmes plus encore dans la maison et Dracula ma chuchota à l'oreille que les marres de sang et les massacres n'étaient pas tolérés dans cette maison. Je fis une moue déçue et me rapprochai de lui pour commencer à danser. Je n'avais pas encore prononcé un seul mot mais il était inutile de le faire. Je scrutai la foule de mes nouveaux yeux et passai en revue tous les invités avant de me laisser aller à la danse que je menais avec Dracula. Le repas viendrai plus tard.

    HS : Désolée, c'est nul...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracula Skrekk

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 23
Localisation : Exodus, Roncëlyon, Elvendil, capitale Vampire.
Expérience : 29

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   Mer 13 Oct - 19:59

« Dracula »

Discrètement, je repérais mes potentielles proies de cette nuit. La danse n'était pas une chose que j'aimais beaucoup. J'avais même tendance à préférer m'assoir dans un coin. Mais, là, il y avait Morwenna, je préférais me forcer un petit peu. Je fis un faux-pas et bousculai maladroitement la jeune Vampire. Grâce à ma vitesse surhumaine, je réussi à la rattraper sans que personne ne nous remarque. Je baissai les yeux vers elle et m'excusai en un souffle avant de reprendre, me concentrant un peu plus. Je n'aimais pas trop ces endroits étouffants où il y a tant de monde. Je me demande bien pourquoi la maîtresse de la maison ne fait pas des fêtes plus petites. Ce serait mieux pour tout le monde. Pendant la danse, je soufflais à l'oreille de Morwenna le nom et le titre des gens importants que nous croisions, mais, aussi, les étranges manies de certains. Comme cette femme là-bas qui aime bien sortir dans la jardin et se poser sur un banc près du mur d'enceinte. Etant donné qu'il ne faut pas oublier que, à cette heure, si on s'assoit près du mur, l'obscurité est la seule chose qui tienne compagnie.

''A la fin de cette danse, je fais une pause, fais ce qu'il te plait, moi j'ai besoin d'air.''

Je souris légèrement, attendant avec impatience l'arrêt de la musique. Petit à petit, les joueurs se mirent à jouer tout doucement jusqu'à arrêter complètement. Je poussai un soupir et remarquai que mon amie était déjà descendue dans la salle. J'emmenai Morwenna avec moi, traversant la salle en faisant bien attention de ne pas trop utiliser mes capacités de Vampire. Nous arrivâmes enfin à un coin dans la grande pièce, loin des musiciens, près de l'entrée du jardin. Je la reconnaissais bien dans le choix de son petit coin. Je m'arrêtais en la voyant, attendant qu'elle se retourne, ce qu'elle fit rapidement. C'était une femme comme les autres, avec de longs cheveux ébènes où dansaient de magnifiques reflets argents. Ses yeux étaient aussi rouge que le sang et aussi froid que la glace. Sa peau était blanche, et, malgré la froideur de son visage, elle était très belle. De belles formes sous une robe d'un noir encre et d'un rouge sang, rappelant ses cheveux et ses yeux. C'était une femme très respectée.

« Ah ! Mon ami, Dracula ! Oh, mais que m'amènes-tu là, mon cher ? Je ne me rappelle plus trop la beauté de ta dernière fille, mais, il me semble que celle-là est bien plus jolie, bon choix. »

''Je … Hum, je ne l'ai pas choisie.''
« Dracula, tu changes beaucoup, d'où te viens cette manie d'hésiter, où est ta franchise ? Dis-moi, quelque chose ne va pas ? Tu as les sourcils froncés mon cher, ce n'est pas bien de te négliger ainsi. »
''Juste une vilaine blessure qui va bientôt disparaître.''
« Veux-tu que je te soigne ? »
''Non ! Surtout pas. Désolé, Morwenna, Zara, je vous laisse, j'ai besoin d'air.''

Je m'inclinai légèrement et filai dehors, ne pouvant plus tenir dans cette pièce. Déjà que je n'aimais pas ce genre de fête, si, en plus, je dois faire face à Zara ! C'est impossible, surtout avec ce poison dans mes veines qui me ronge. Cette femme remarque tous les détails, tous, sans exception. Je m'arrêtai une fois arrivé au fond du jardin, en m'aidant légèrement de ma vitesse vampirique. Je me retournai pour regarder la maison brillante dans la nuit. Je me frappai le front de ma main en pensant soudain que j'avais oublié de dire certaines choses à Morwenna. Je ne sais pas si elle pourra le remarquer, Zara est assez dure à cerner, même pour moi. J'ai oublié de lui dire le plus important : Zara est une Vampire. Et, elle sait beaucoup de choses sur moi, elle veut savoir beaucoup de choses sur moi. Je soupirai en pensant aux questions qu'elle pourrait lui poser. Bon, ne plus y penser, maintenant, c'est l'heure de la chasse, j'ai faim et j'en ai marre du poison dans ma jambe. Déjà je remarquai ma première victime, un homme solitaire dans l'ombre du mur. Dans l'obscurité de cette nuit, mes yeux rouges brillèrent d'envie et de joie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sad-life.forums-actifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Peur ? [pv]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Peur ? [pv]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Peur de l'hiver
» Avoir peur du noir !!! (ou l'intérêt de jouer des mandragores)
» sPeeDy n'a pas peur des sosies!
» Cité des mensonges et Peur de l'Hiver
» peur du dragon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Chronicles ~ v8 . :: M Ë N Y A R. :: 
[[. Plaine Félicité.
-
Sauter vers: