AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entre deux mondes [Adanaëll]

Aller en bas 
AuteurMessage
Nwryan Hymlia

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 20/11/2009
Age : 23
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 9

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
1/100  (1/100)

MessageSujet: Entre deux mondes [Adanaëll]   Dim 27 Déc - 21:42

Il est difficile d'expliquer à ses proches que l'on préfère être seul pendant un instant. Si vous le leur avouez, ils se mettront en tête que vous avez un problème et, même si vous tentez de leur expliquer que ce n'est pas le cas, ce lanceront dans la quête totalement stupide de vous aider. Dès lors, ils se mettront en quatre pour trouver votre problème, vos tourments ou tout ce qui pourrait gêner la quiétude familiale et vous embêteront beaucoup plus que les ennuis imaginaires qui pourraient vous tracasser. C'est pourquoi je préfère rester muette à l'égard de ma famille concernant mes problèmes ou mes dilemmes car je sais qu'ils ne me lâcheront pas d'une semelle avant que j'aille mieux. La seule et unique raison pour laquelle je peux leur parler des noirs dessins susceptibles de me traquer, c'est le danger de mort. Le cas échéant, je me dois de les avertir ; soit pour qu'ils fuient la menace qui peut se retourner contre eux, soit pour qu'ils m'aident à résoudre le problème et me protègent jusqu'à ce que la terreur se dissipe. C'est l'unique raison et il ne faut en chercher d'autre : il n'y en a pas et n'y en aura jamais. Mais aujourd'hui je ne suis pas venue me réfugier pour une quelconque raison. Non ; il suffit de voir mon visage rayonnant pour comprendre que je ne suis actuellement exposée à aucun problème conséquent. Pourquoi suis-je heureuse ? Je n'en ai aucune idée. Mais y a-t-il essentiellement besoin d'une raison pour être heureux ? A-t-on besoin de se justifier si l'on veut simplement sourire à la vie sans motif visible ? Je ne crois pas et de toutes façons je ne me justifierai pas. Je suis heureuse. Point. Tant mieux pour toi inconnu si tu te trouves sur mon chemin. Lorsque je suis heureuse, je ne tue pas.

Passage Faël. Un passage entre deux mondes en somme. Celui de créatures ailées au visage d'ange et à l'apparence humaine et celui d'autres créatures ailées crachant du feu et aussi serviables que des esclaves sous les coups de fouets. Les Falariels et les Dragons. Je ne souviens pas avoir jamais rencontré un seul dragon de ma vie mais mon père me racontait autrefois qu'ils sont aussi magnifiques qu'une pierre de Lapis-Lazuli et aussi majestueux que notre reine. Il m'avait aussi confié qu'il avait possédé un dragon étant jeune et qu'il avait été déchiré à sa mort. Un Vampire lui avait arraché le cœur devant lui et l'avait obligé à le prendre dans ses mains pour le déposer dans une boîte en chêne. Ce passage-là me répugnait étant petite et il en était de même pour l'instant présent. Les Falariels quant à eux me sont totalement incconus. Ma mère les connaissait extrêmement bien et avait même une Falariel magnifique pour meilleure amie mais jamais je n'ai pu faire sa connaissance. J'en étais toute émoustillée lorsque, à la mort de mes parents, le vieux sage de notre village perdu m'a avoué la liaison entre ma mère et cette Falariel inconnue. J'ai voulu retrouver sa trace un jour mais ai abandonné l'idée de me plonger dans les profondeurs d'un monde totalement inconnu. Maintenant je passe au travers de ce passage entre deux mondes qui me sont étrangers et presque hostiles. Ce pont tendu dans les racines entrelacées d'un arbre plusieurs fois centenaire. Pas de balustrade. J'en profite pour m'asseoir sur le rebord et pour admirer le bois rigide qui soutient ce végétal impressionnant. Mes jambes se balancent doucement dans le vide et mes mains agrippent fermement le rebord des lattes de bois. Je ne voudrais tomber pour rien au monde. Peut-être ferais-je ici une rencontre qui changera ma vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adanaëll Sarawyn

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 24/11/2009
Age : 23
Localisation : Dans la Forêt
Expérience : 7

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Entre deux mondes [Adanaëll]   Mar 29 Déc - 18:16

    « Un jour, je devrais vous quitter et avec moi mourra l'Art de la Guérison... »
    Mais pour le moment je suis toujours vivant et je profite de ma longue vie pour aider tous ceux qui en ont besoin. Certains me connaissent à force. L'autre fois, un tigre est venu chez moi. Il savait où j'habitai. C'est incroyable. Je ne pensais pas qu'un jour la moitié de la forêt où j'habite, sait qui je suis et où est situé ma maison. Mais bon, au moins je m'ennuie moins souvent. Mais je crois que je sais pourquoi. Je crois que quand je soigne, un lien se créer entre moi et celui que je dois soigner. Un lien étrange. Je crois que c'est ça qui fait que le tigre savait où il pouvait me trouver. Je crois qu'à chaque fois, l'animal, s'il s'agit d'un animal, enregistre des informations sur moi. Comme mon odeur, mon physique. Enfin, tout ça est compliqué. Mais je comprend mieux pourquoi je me sens si proche de la nature.
    Je m'avançai tranquillement entre les racines d'un des plus vieux arbres d'Exodus. Je vis une silhouette féminine sur le pont. Mais ça ne m'empêcha pas d'avancer encore. Mon premier pas sur le pont n'émit aucun son. Je m'arrêtai. Je ne regardai pas cette femme, mais l'ombre qui boitillait en avançant sur le pont. Je couru la main sur la poignée de mon sabre. Arrivé à son hauteur, je remarquai qu'il s'agissait d'une magnifique panthère. Je m'accroupis et lui montrai une de mes mains qu'elle sentit avant de s'écrouler sur le flan. Je passai une main à un centimètre de son corps et trouvai le mal qui était entrain de la tuer. Ma main s'illumina d'un blanc pur et quand la lumière disparut, la panthère se releva d'un bond et traversa le pont à grande vitesse. Dans sa course elle bouscula la jeune elfe qui tomba.

    Je couru le plus vite possible et tendis la main. J'agrippai son bras. Je ne pourrais pas la relever tout seul. Je poussai un léger grognement. J'étais allongé sur le pont et nous étions seuls. Je relevai la tête pour voir les racines de l'arbre. Ce sera sûrement dur mais mieux vaut essayer. Je me concentrai. Il y eu un léger tremblement puis une racine commença à s'extirper du sol. Je me concentrai un peu plus. La racine se dirigea vers la jeune femme et entoura son ventre. Je lâchai sa main et la racine s'éleva pour ensuite poser la femme sur le pont. Je me relevai difficilement alors que la racine retournait se planter dans la terre.
    Je m'assis sur le pont et passai une main dans mes cheveux. Mon énergie revenait assez vite étant donné ma maîtrise de l'Art de la Guérison. Je soupirai et posai mes yeux or dans le vide. Je m'attendais à toutes les réactions possibles et imaginables de la part de la jeune elfe. Une claque, un merci. Mais bon, je lui ai quand même sauvé la vie. Et puis de toute façon, maintenant j'ai l'habitude. J'en ai connu des réactions. De toutes sortes. De l'envie de me tuer à l'envie de m'embrasser. Il faut savoir s'attendre à tout parfois. Vraiment à tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nwryan Hymlia

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 20/11/2009
Age : 23
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 9

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
1/100  (1/100)

MessageSujet: Re: Entre deux mondes [Adanaëll]   Mar 29 Déc - 19:46

Ce ne fut pas tout à fait le genre de rencontre à laquelle je m'attendais. Pour être franche, cet Être était d'une beauté inimaginable et il me fut difficile d'éviter de porter mon regard sur lui. D'ailleurs, était-ce lui ou elle ? Sa musculature et son pas élégant attira définitivement mon attention et j'attendis que cet Être soit près du pont pour détourner le regard. Son pelage soyeux brillait dans la faible lumière qui arrivait à percer les racines entremêlées du vieil arbre et ses yeux luisaient dans la pénombre qui prenait évidemment le pouvoir sur cette faible source lumineuse. Cependant, cette créature dont je percevais le souffle haletant semblait être blessée et je sentis, lorsqu'elle s'engagea sur le pont qui liait les deux mondes, qu'elle boitait sérieusement et avait même des difficultés à se déplacer. Sa démarche boitillante associée à son souffle roque et irrégulier me serra le cœur et je compati à sa douleur. Je préférai tourner complètement la tête jusqu'à ce qu'elle s'en aille tout en redoutant qu'elle ne meure près de moi. Je ressenti bientôt une deuxième présence ; venant de l'autre côté du pont celle-ci. Tout en essayant de ne pas me faire remarquer, je tournai la tête vers cet inconnu qui s'avança d'un pas fluide vers l'animal blessé. Après lui avoir gentiment tendu sa main, il s'appliqua à soigner la blessure de la panthère et celle-ci se leva d'un bond une fois rétablie. Je tournai la tête vers le lointain lorsqu'elle arriva à ma hauteur mais n'eus pas le temps de m'écarter de son chemin - comme aurais-je pu d'ailleurs étant donné que j'étais assise au bord du pont - qu'elle me percuta et ralenti sa course avant de repartir de plus belle. Aussi agile que je pu être, je n'arrivai pas à me rattraper aux lattes du pont et me résignai déjà à l'arrivée imminente de la fin de mes jours lorsque...

Vif comme l'éclair, l'inconnu se précipita et m'empoigna fermement le poignet, arrêtant ainsi net ma chute. Ce geste me surpris d'autant plus que je ne connaissais pas cet étranger mais je ne pouvais m'en plaindre ; aussi décidais-je de me taire, tout simplement. Je vis sur son visage la douleur et compris qu'il ne pourrait pas me tenir très longtemps et qu'il ne pouvait pas non plus me hisser sur le pont. J'étais prête à renoncer à ma vie pour épargner la sienne mais il fut plus rapide que moi et fit appel à ses pouvoirs magiques pour faire vivre une racine qui vint me récupérer et me déposer sur les lattes de bois. Mon cœur battait la chamade. Non pas pour cet inconnu mais pour ce qu'il venait de se passer. La racine qui m'avait soulevée se rétracta docilement et le silence s'abattit sur les lieux. J'en profitai pour détailler mon sauveur. C'était un elfe, comme moi. Sa tunique sombre et ses cheveux bruns et longs lui donnaient un air mystérieux. Ses yeux perçants étaient d'or et deux oreilles pointues traversaient ses cheveux sombres. Craignant de paraître impolie, je détournai mon regard pour le poser sur ma jambe qui pendait encore dans le vide. Je découvris ainsi avec horreur une plaie relativement profonde causée par un piquant discret de la racine qui avait lacéré ma jambe et ainsi déchirée une partie de ma tunique. Serrant les dents pour étouffer un cri de douleur et de surprise, je tournai la tête vivement pour que l'elfe ne puisse voir la minuscule larme qui roula sur ma joue. Je l'essuyai du mieux que je pu et tentai de me lever en lançant un sincère :

“Merci beaucoup.”

Malheureusement, ma blessure me lançait terriblement et je ne pu faire que quelques mètres avant de tomber gracieusement sur le sol poussiéreux. Cette fois-ci, je me mordis carrément les lèvres pour ne pas montrer à cet Elfe que je souffrais et attendis un peu avant d'essayer de me lever à nouveau. Tout comme ma mère, j'étais assez têtue et je voulais absolument arriver à tout ce que j'entreprenais. Ce qui était, aux yeux de tous, un défaut que certains arrivaient à transformer en qualité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adanaëll Sarawyn

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 24/11/2009
Age : 23
Localisation : Dans la Forêt
Expérience : 7

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Entre deux mondes [Adanaëll]   Mar 29 Déc - 20:52

    « Votre vie passe avant la mienne... »
    Une devise ? Non. Juste une phrase comme ça. Juste une promesse. J'ai vécu assez longtemps maintenant. Je connais tout Exodus par coeur. Je n'ai plus qu'une chose à faire ici. Sauver la vie des autres. J'ai aimé, j'ai détesté. J'ai vu toutes les faces de la Vie. J'ai vu la mort et la vie. J'ai donné la mort et j'ai redonné la vie. J'ai failli mourir. Il me l'a dit avant de mourir. "Ta vie a plus d'importance que la mienne, prends en soin." Alors moi je vous dis la même chose. Si je dois mourir, j'espère que ce sera pour sauver une des vôtres. Enfin bon, je ne mourrais pas pour le moment. Je le sais.
    Elle me remercia et je lui souris. Je suis là pour ça après tout. Sauver des vies. Elle s'était levée et commençai à partir. Elle tomba sur le pont et je fronçai les sourcils. Je vis alors une perle de sang tomber sur le bois du pont. Je me relevai souplement et m'approchai silencieusement. Elle essayai de se relever alors que sa blessure lui faisait mal. Je ressentais sa douleur. Je posai ma main sur son épaule et la fixai de mes yeux or pendant plusieurs secondes. Mes yeux lui criaient de me laisser faire. Je m'accroupis et fronçai les sourcils. Ma main passa au dessus de la plaie et s'arrêta. Une lumière blanche en sortit et caressa sa jambe avec douceur. C'était une lumière chaude et douce qui entrait dans la plaie pour la soigner. Elle était douce et chaude pour faire oublier la douleur et pour mieux soigner. Enfin, tout ça est compliqué. La lumière disparut et il n'y avait plus de trace de la blessure. Même la tunique était rafistolée. Je me relevai en souriant et lui offrit un clin d'oeil.
    Je m'approchai doucement du vide. Je m'arrête avant de tomber et admire l'obscurité du vide. Un jour quand je serais seul, je le ferais. Je sauterais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nwryan Hymlia

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 20/11/2009
Age : 23
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 9

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
1/100  (1/100)

MessageSujet: Re: Entre deux mondes [Adanaëll]   Mar 29 Déc - 22:27

Son sourire me revint en mémoire ; celui-là même qu'il m'avait fait quelques secondes plus tôt alors que je le remerciais pour son geste de bravoure. Il semblait trouver normal de m'avoir sauvée. Moi non. Après tout, nous ne nous connaissions pas et il aurait pu tout bonnement passer son chemin et me laisser périr au fond du ravin. Mais tout bien réfléchis, cela aurait fait de lui un assassin et qui voudrait être jugé pour ne pas avoir secouru une jeune femme en péril ? Personne. Pas moi du moins. Et de toutes façons il me semble que c'est la moindre des choses que de ne pas vouloir être traité comme un meurtrier. Mais passons sur tout cela ; il n'y a là dedans rien d'important. Il s'approche de moi tandis que je tente de me relever. Ma jambe me fait affreusement souffrir et je sens également une vive douleur à l'intérieur de mon crâne. Il pose une main ferme mais rassurante sur mon épaule. Ses yeux dorés qui me fixent depuis déjà un petit moment me lancent soudain un appel : je ne dois pas bouger. Alors j'exécutai sa demande et je restai là où je suis - de toutes façons, que pouvais-je faire avec une jambe à moitié déchiquetée ? - et il s'accroupit près de moi, se penchant sur ma jambe blessée en fronçant ses sourcils. Cette expression lui donnait un air encore plus mystérieux, ce qui me fit sourire. Il passa sa main au dessus de la plaie saignante et une douce lumière vint envelopper ma jambe pour la caresser doucement. Après un petit moment, la lumière chaude disparut et laissa place à... une jambe parfaitement intacte. Je le regardai, bouche bée. Lui souriait simplement et me fit un petit clin d'œil qui ne m'échappa pas. Il se leva ensuite pour s'approcher du rebord du pont. Il semble admirer quelque chose. Mais quoi ?

Ma blessure étant guérie - ou du moins presque guérie -, je peux me lever sans trop de mal. Doucement, je m'approche de lui avec la discrétion d'un félin en train de chasser et me poste à ses côtés, admirant moi aussi l'endroit magnifique qu'est le Passage Faël. Même si la lumière ne peut atteindre ces lieux magiques que très difficilement, ce passage entre deux mondes est tout aussi somptueux qu'une salle totalement illuminée. Je décide de me rasseoir en prenant toutes fois la précaution de vérifier qu'une panthère blessée ne va pas surgir et me renverser à nouveau. Mon cerveau bouillonne et au moins un millier de question me brûlent les lèvres. Mais je les refoule ; craignant d'offenser cet Elfe en les lui posant. Soudain il me vient une illumination. Le minimum serait peut-être de se présenter. Je pousse un soupir las. Je n'ai pas réellement envie de lui révéler mon nom mais c'est la moindre des choses et, de plus, je suis quelqu'un de poli. C'est pourquoi je me relève lentement et lui annonce mon nom dans une simple phrase. Mon ton n'est pas dur, il est presque amical. Je n'ose pas parler fort de peur de briser le sompteux silence qui nous entoure. Lui n'a pas encore parlé et ce sera déjà la deuxième fois que je lui offre ma voix. Mais tant pis. Mes parents m'ont toujours élevée dans les règles de la politesse et de l'honnêteté et ce n'est pas leur disparition qui me fera oublier leur apprentissage laborieux. Alors je lui révèle mon prénom, tout simplement.

“Je m'appelle Nwryan.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adanaëll Sarawyn

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 24/11/2009
Age : 23
Localisation : Dans la Forêt
Expérience : 7

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Entre deux mondes [Adanaëll]   Ven 8 Jan - 14:15

    « L'appel du vide, un appel irrésistible... »
    Je regarde ce fond invisible à nos yeux. La tentation est si grande que je me demande comment je vais pouvoir me retenir. Mais j'essaie. Je n'ai pas le droit de sauter et de laisser seule cette jeune femme. C'est quelque chose que je ne pourrais jamais faire. Pour ne pas me laisser tomber, je l'observai silencieusement détachant ainsi mes yeux du vide. Elle était fine et élancée, sûrement très souple. Sa chevelure bleu tombait en cascade sur ses reins. Je n'avais vu qu'une fois des cheveux aussi long. Et encore, il n'arrivait qu'à la taille de la propriétaire. Elle avait des yeux violets plus clairs que le dernier oeil violet que j'ai vu. Je la devinais jeune. En même temps, des elfes aussi vieux que moi, ça ne courent plus les rues. Elle avait en revanche, le même age d'apparence que ma sœur. Dix-huit ans.

    Elle se leva peu de temps après s'être assise. Je la regardai dans les yeux. Elle me révéla son nom. Je lui souris. C'est un beau nom. Nwryan. Moi j'en ai un que malheureusement on oublie pas souvent. Je ne sais pas pourquoi. Mais ceux qui le connaissent ne l'oublient pas. J'aurai aimé pourtant. Parce qu'on me recherche. C'est pour ça que je ne dis pas mon nom de famille. Car ceux qui me recherchent le connaissent. Et il me rappelle trop mon passé. Il révèle qui je suis. Et la plupart des elfes connaissent ma famille. Enfin, connaissaient. Je passai une main dans mes cheveux, qui retombèrent sur mon oeil droit. Pour la première fois, ma voix s'éleva avec douceur dans l'air. Après ce mot, mes yeux furent systématiquement attirés par le vide.

    "Adanaëll."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nwryan Hymlia

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 20/11/2009
Age : 23
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 9

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
1/100  (1/100)

MessageSujet: Re: Entre deux mondes [Adanaëll]   Dim 24 Jan - 20:05

  • Cet Elfe semble être irrésistiblement attiré par le vide. Debout près du pont, il regarde en bas. Dans ses yeux brille une lueur envieuse. Je devine qu'il a envie de sauter. C'est bien étrange. Qui pourrait vouloir se jeter dans le vide infini ? Qui pourrait vouloir mettre un terme définitif à sa vie ? Je hausse les épaules pour moi-même. A quoi bon essayer de comprendre ? Depuis que je suis petite, personne n'a jamais voulu se confier à moi. Je n'ai jamais pu savoir la vérité sur quoi que ce soit et ai été élevée dans le mensonge et les secrets. Mes frères et sœurs se gardaient bien de me mettre au courant de ce qui se passait dans le cercle familial. Il m'est arrivé plusieurs fois de pleurer toutes les larmes de mon corps, maudissant ma famille entière de me tenir à l'écart sans arrêt. Certes, j'étais jeune et j'avais beaucoup de différence d'âge avec mes frères et sœurs. Mais était-ce réellement une raison pour me rejeter ? Etait-ce une raison pour m'oublier ? Certainement pas ! Tout du moins ce n'était pas mon avis à ce moment là. Et pourtant, malgré les nombreuses querelles durant lesquelles j'étais seule face à ma famille, j'aimais mes parents plus que tout et leur mort subite m'a affecté. Et je ne recherche pas le reste de ma famille à Shaar-Lun pour rien. Au fond de mon cœur, j'éprouve une certaine tristesse à vivre seule. Je n'ai pas d'amis, pas de famille. Je suis livrée à moi-même dans un monde dont je ne connais qu'une infime partie. Et je cherche ardemment quelqu'un qui aura confiance en moi. Je cherche. Encore et encore. Existe-t-il quelqu'un dans ce vaste monde qui ne pourra se séparer de moi et dont je ne pourrais me séparer ? Je ne cherche pas l'amour éternel, juste la confiance et l'amitié.

    Adanaëll. C'est un prénom qui ne me dit rien. Pourtant, il semble quelque peu réticent quant à me le révéler. Peut-être que son don de guérison l'oblige à rester dans le secret et à ne révéler son nom à personne. Je commence à comprendre maintenant. Cet Elfe n'est pas comme les autres. Derrière son visage impassible, je peux sentir une profonde tristesse, l'angoisse d'avoir perdu un être cher. Je déglutis. Comment puis-je lire dans ses sentiments ? Seuls les télépathes en sont capables ! Et je suis en train de lire en Adanaëll comme dans un livre ouvert. Je frissonne. Il m'arrive parfois de m'effrayer toute seule. C'est stupide et j'en suis consciente mais c'est automatique et je ne peux l'empêcher. Lorsque son regard se pose sur moi, je frissonne à nouveau et essaye de ne pas le regarder trop longtemps dans les yeux. Cette chose étrange qui agit en moi me communique toutes les pensées des autres. Leurs sentiments pénètrent en moi et se transforme en un goût amer, acide ou sucré sur ma langue. C'est vraiment très étrange. Je l'observe moi aussi, tandis qu'il se retourne vers le vide, toujours attiré par le fond du ravin. Le pont n'a pas de balustrade et rien ne l'empêche de se pencher en avant pour tomber. Seule ma présence semble l'en dissuader. Son regard me procure une sensation de chaleur que je n'ai jamais éprouvée. Ce n'est pas de l'amour, plutôt un sentiment de sécurité. Même si je ne le connais que depuis quelques secondes, j'ai l'impression que nous nous connaissons depuis toujours. Mais je ravale bien vite mes émotions. J'ai l'air trop bête comme ça, à le regarder béatement. Alors je détourne mon regard et le fixe droit devant moi. Je ne regarde rien de bien précis, seulement un point vague. Et d'une voix douce, je demande :

    “Tu as le pouvoir de guérir les choses n'est-ce pas ?”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adanaëll Sarawyn

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 24/11/2009
Age : 23
Localisation : Dans la Forêt
Expérience : 7

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Entre deux mondes [Adanaëll]   Mer 27 Jan - 18:29

    « On a tous des envies incompréhensibles, inexplicables. »
    Sauter dans le vide en est une des miennes. C'est bizarre de voir quelqu'un qui a envie de sauter d'un pont alors qu'il ne voit même pas le fond. Un suicidaire ? Pour ma part non. Si vous saviez à quel point c'est génial de se laisser tomber. Sentir le vent caresser son visage. Les premiers atterrissage sont souvent difficile. Mais quand on est habitué, ça passe tout seule. Je ne touche jamais le fond d'un ravin si ça peut vous rassurer. Et je ne suis pas un Falariel donc je ne peux pas voler. Je l'aurai bien fait si Nwryan n'était pas là. Ou alors il faudrait qu'elle vienne avec moi. Mais je ne crois pas qu'elle en est vraiment l'envie. Pour pouvoir faire ça, il faut avoir confiance en sois et en moi. Oui. Parce que je suis la clé de ce jeu. Sans moi, c'est la mort assuré. Et à ce niveau là, ce n'est même pas la peine d'avoir ne serait-ce qu'un brin d'espoir. A ce niveau là, en rencontrant le sol, c'est la mort directe. Je ne peux rien faire. Je ne ressuscite pas les morts. Je suis juste Guérisseur. Seulement Guérisseur.

    ''Je peux guérir une blessure, un os cassé, un tissu déchiré, une table cassée. Mais je n'ai pas le pouvoir de guérir les blessures d'un cœur. Et pourtant, ces blessures là sont sûrement celles qui font le plus de mort.''

    Je lui souris. C'est assez idiot de ne pas pouvoir guérir un cœur. Nombreux sont ceux qui meurent à cause de leur cœur. Il suffit qu'une personne meurt pour que le cœur soit briser et que son propriétaire meurt de chagrin. Je ne peux pas guérir comme je guéris une plaie. Mais je peux toujours aider. Non. Je ne sais pas faire ces choses là. Je ne sais pas trouver les mots pour réconforter quelqu'un. Le jour où ma sœur se réveillera, je partirai la retrouver et elle, elle pourra m'aider. Elle sait aider quelqu'un qui meurt de chagrin. Elle sait lui faire remonter la pente. Enfin bon. Pour le moment elle reste une autre personne. Elle ne sait toujours pas qui elle est. Je peux encore rester ici.

    ''Aimes-tu les sensations plus ou moins fortes ?''

    A mon tour de poser une question. Une question hors du commun je sais. Mais je ne peux pas m'en empêcher. J'ai besoin de savoir si je peux céder à mon envie ou si je dois rester ici à attendre, attiré par le vide. Si elle me dit oui, je lui explique ce que je veux faire. Il faudra qu'elle est confiance en moi. Mais il n'y a pas de risque. Au pire elle peut me tenir. Je sais ce que je fais, mais si ça peut la rassurer. Si elle dit non, je me recule du bord et m'assois. Alors commencera une conversation banale sur un sujet banal entre deux personnes banales. Banales ? Vraiment ? Pour ma part, je suis Guérisseur et ce n'est pas très banale. Elle non plus n'a pas l'air comme tout le monde. Je retire ce que j'ai dit. Le dernier banal n'a rien à faire ici. Je soupirai. Je pensais vraiment des choses bizarres parfois. Après tout, je suis un Sarawyn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nwryan Hymlia

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 20/11/2009
Age : 23
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 9

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
1/100  (1/100)

MessageSujet: Re: Entre deux mondes [Adanaëll]   Sam 30 Jan - 19:30

  • Le silence se répercutait contre les épaisses racines de cet arbre centenaire. Une légère brise vint jouer dans ma chevelure bleue un instant avant de tournoyer vers Adanaëll pour l'envelopper dans sa fraîche étreinte. Elle fit voleter ses cheveux bruns avant de s'éloigner en caressant sur son passage la végétation environnante. Je la suivi des yeux pendant un moment ; jusqu'à ce qu'elle disparaisse à l'horizon, rejoignant un courant d'air chaud pour remonter dans le ciel.
    Je baissai les yeux sur Adanaëll qui semblait réfléchir sérieusement à quelque chose. Je préférai ne pas le déranger. Comme depuis qu'il était arrivé ici, il fixait avec intérêt le fond pourtant invisible du ravin. Je fermai les yeux et, soudain, je sentis un goût de liberté dans ma bouche. La brise envolée sembla revenir et me caressa le visage jusqu'à ce que j'ouvre les yeux. Ce fut une sensation étrange bien qu'agréable mais je préférai ne pas renouveler l'expérience.

    Adanaëll m'expliqua qu'il pouvait presque tout guérir, sauf un cœur blessé. Il ajouta également que les blessures d'un cœur sont les plus graves. Après quoi il se tourna vers moi pour me sourire. Ensuite, il se passa un long moment de silence que je ne voulut pas briser. L'Elfe, lui, ne se gêna pas pour le faire. Ainsi, il me demanda si j'aimais les sensations plus ou moins fortes. Je déglutis, devinant ce qu'il souhaitait faire. Son regard irrésistiblement attiré par le vide m'avait mise sur la voie mais cette sensation étrange qui m'avait envahie tout à l'heure y avait également participé. Je plongeai mon regard dans le siens et une saveur sucrée se déposa sur ma langue. J'avalai ma salive avant de lui répondre d'une voix assurée qui m'étonna moi-même.

    “Si je pense à ce que tu penses, alors je suis d'accord.”

    Bizarrement, mon corps faisait aveuglément confiance à Adanaëll. Alors je fis confiance à cet Elfe également et attendis patiemment ses instructions. Le regard moi aussi fixé sur le fond du ravin, j'appréciais ce qui était en train de m'arriver, les changements qui s'opéraient dans mon corps. Car j'étais maintenant presque sûre de pouvoir lire les pensées des autres, même si c'était totalement idiot de le penser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adanaëll Sarawyn

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 24/11/2009
Age : 23
Localisation : Dans la Forêt
Expérience : 7

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Entre deux mondes [Adanaëll]   Jeu 18 Fév - 19:18

Comme un souffle qui nous pousse vers l'avant...
La brise revint, plus douce. Elle caressa nos deux visages avant de partir vers l'arrière. Mon sourire s'agrandit quand j'entendis sa réponse. J'allais enfin pouvoir sauter. Sentir la caresse du vent et le murmure de la liberté. Ce n'est même plus adorer au point où j'en suis. J'en redemande encore et encore. C'est une envie irrésistible de sauter. Comme si j'en avais besoin pour vivre. De plus, cet exercice m'aide à contrôler de mieux en mieux ma magie. J'y arrive sans trop de mal. Mais j'aime bien essayer de pouvoir contrôler la terre le plus longtemps possible. C'est ça que j'améliore. Mon temps de contrôle. Enfin bon. Ne parlons pas de ma magie. Ma mère était bien plus douée que moi.

''Quand la brise te poussera vers l'avant, tu sautes. Si tu veux tu peux prendre ma main. Mais dans tous les cas, je te récupère avant le fond. Une racine se déposera sous tes pieds, tu me lâches et je te rejoins. Après il faut courir sur la racine. A un certain moment, il faudra s'arrêter et sauter dans le vide pour s'accrocher à une autre racine. Il faut alors se hisser sur la racine et courir une nouvelle fois. Encore une fois il faudra sauter dans le vide, mais dans le sens inverse. Une autre racine, on monte. Après on court. On s'arrête une nouvelle fois et normalement, il faudra que tu te baisses rapidement pour te relever et sauter. La racine ne t'attendra pas. C'est celle que je contrôle le moins, c'est pour ça. Ensuite on monte en courant une nouvelle fois. Et là, il faudra sauter dans le vide dans l'autre sens. Une chute un tout petit peu plus longue. Normalement tu ne devrais pas rater cette racine là. Ce sera le choque le plus dur. Après, je te conseil de bien t'accrocher, on remontera tout pour redescendre une partie et arrivé près du pont, on se fera éjecté. Ca bouge beaucoup puisque les racines sont en mouvements. Et tu devrais laisser ce qui peut tomber ici. C'est plus sûr. Alors, toujours envie de venir ?''

Je lui souris. Ce n'était pas de tout repos, il fallait avoir un bon souffle et avoir une certaine force. Ne pas être fatigué sinon c'était foutu. Dans son cas, je pouvais toujours la récupérer avant qu'elle ne touche le sol mais bon. Si elle pouvait éviter de tomber c'est mieux. Je connais le truc par cœur. Ce n'est pas la première fois que je le fais. Et ce ne sera certainement pas la dernière. C'est grâce à ma mère si je peux faire tout ça et je lui en suis très reconnaissant. Elle m'a permis de vivre heureux. Comprenez-vous maintenant ce manque ? C'était une belle femme. Toujours prête à aider les autres. Elle prenait soin de nous avec tant de tendresse. Je me rappelle encore la fierté qui illuminait son regard quand elle me regardait jouer avec Isil. Et je me rappelle aussi l'admiration dans les yeux de ma sœur.

Que de bons moments. Je poussais un soupir et laissai Nwryan réfléchir. Elle pouvait toujours revenir sur sa décision. En ce qui me concerne, c'est trop tard. Je sauterai même si elle ne vient pas avec moi. Je m'approchai de l'autre bord et pris mon sabre que j'enlevais de ma ceinture. Je le tendis au dessus du vide et une racine le prit avec délicatesse avant de disparaître. Je me retournai souplement et coinçai mon écharpe dans ma ceinture pour éviter qu'elle gêne mon saut. Je m'approchai de Nwryan et m'arrêtai à ses côtés, fixant le vide. Le départ allait bientôt arriver, il fallait qu'elle se décide maintenant. Oui ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nwryan Hymlia

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 20/11/2009
Age : 23
Localisation : Dans l'antre du Diable...
Expérience : 9

Personnage
Informations:
Relations:
Level:
1/100  (1/100)

MessageSujet: Re: Entre deux mondes [Adanaëll]   Sam 20 Mar - 12:29

  • Une forme de loisir bien étrange. Sauter dans le vide. Un loisir suicidaire. Et même. Je sens que ce n'est pas seulement un loisir. Pour lui c'est tout autre chose. Pour moi c'est un suicide presque involontaire. Un saut dans l'abîme avant lequel on appréhende trop pour se faire du soucis. Je sens toutes ses émotions. Le désir si intense de se jeter dans la brise et de la laisser vous porter. L'enivrement d'une mort que l'on peut éviter. Une nouvelle énergie m'habite et m'enserre comme un étau géant. Je ne peux m'en délivrer. Je sens les émotions, les envies, les désirs, les craintes, les colères. Je sens tout cela. Mais est-ce que je le veux vraiment ?

    Explication fastidieuse. Je pense avoir compris mais ce n'est pas le tout. Il faut mettre en pratique, expérimenter, se lancer. Mais son sourire me donne de la chaleur, de la force et du courage. Deux elfes solidaire qui se tiennent par la main. Serait-ce un présage ? Un signe venu de mes ancêtres qui signifierait “Ensemble même dans la mort.” ? Peut-être. Après tout on peut y croire. Mais mieux vaut ne pas s'évader et rester dans une concentration des plus extrême. La rigueur. Oui, c'est le mot juste. De la rigueur, du courage et de la force. C'est tout ce dont j'aurai besoin.

    Je sens qu'il est temps que je me décide. Je peux revenir sur ma décision quelque peu risquée et immature. Mais je dois continuer ; je le sais. De toutes façons, il sautera, même sans moi. Alors autant participer. Aurais-je dans ma vie une seule autre occasion de sauter dans le vide sans me tuer à coup sûr ? Non. Je ne crois pas. Alors il faut que je me lance. Je m'avance d'un pas vers le vide. La pointe de mes bottes dépasse du pont et je ne peux plus reculer. Il faut que je saute. Avec ou sans la vie mais il le faut. Je regarde Adanaëll avec un léger sourire. Je serre les dents. Je ne dois pas montrer ni ma peur, ni ma réticence à abandonner. Je ne dois pas montrer que je suis trop fière et orgueilleuse. Non. Je ne peux pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre deux mondes [Adanaëll]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre deux mondes [Adanaëll]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Biblio] Histoire de l'entre deux guerres
» Les Vaisseaux des Mondes de La Trinité
» Spartakistes
» Passation de pouvoir
» ☆La culture des noeuds☆

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Chronicles ~ v8 . :: W E L D E N I A. :: 
[[. Passage Faël.
-
Sauter vers: